Nous suivre Industrie Pharma

Valeant s’empare de Salix pour 14,5 Mrds $

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

L’américain Salix Pharmaceuticals a fait son choix. Alors qu’il faisait récemment l’objet de deux offres de reprise, provenant du Canadien Valeant et du Britannique Shire, il a donné ses faveurs au groupe canadien.

Salix et Valeant ont signé un accord définitif de rachat le 22 février. Le laboratoire canadien déboursera 158 dollars par actions, ce qui valorise Salix à 14,5 milliards de dollars. La transaction a déjà été approuvée par le conseil d’administration des deux groupes. Elle devrait être finalisée au deuxième trimestre de 2015.

Basé à Raleigh (Caroline du Nord), Salix est spécialisé dans les traitements pour les affections gastro-intestinales. Son portefeuille comprend 22 produits, dont le traitement du syndrome du côlon irritable Xifaxan (rifaximine), les médicaments contre la colite ulcéreuse Uceris (budénoside) et Apriso (mesalamine) ou encore le traitement de la constipation Relistor (méthylnaltrexone). « La franchise gastro-intestinale leader sur le marché de Salix est un ajustement stratégique idéal pour le portefeuille diversifié de Valeant dans les produits de spécialité », a expliqué Michael Pearson, p-dg de Valeant. Via l’intégration de Salix, le groupe canadien table sur un chiffre d’affaires de 7,9 milliards de dollars en 2015 (contre 5,9 Mrds $ sans Salix). Les médicaments gastro-intestinaux devraient représenter 24 % des ventes. Valeant s’attend en outre à générer plus de 500 M$ d’économies annuelles grâce à l’acquisition.

Depuis quelques années, le groupe canadien a multiplié les opérations de croissance externe afin de muscler son portefeuille. Il est maintenant spécialisé dans la dermatologie, l’ophtalmologie, la neurologie et les génériques. Mais il a essuyé un échec cuisant l’an dernier avec l’Américain Allergan. Alors qu’il tentait depuis plusieurs mois de s’en emparer, il s’est fait doubler fin 2014 par Actavis. Il se console aujourd’hui avec Salix, qui lui permet d’étoffer une nouvelle fois son portefeuille.

De son côté, le groupe américain a fait souvent parlé de lui au cours des derniers mois. Les marchés avaient notamment évoqué l’été dernier un possible mariage avec Allergan. Toujours à l’été 2014, Salix avait signé un accord pour fusionner avec son concurrent irlandais Cosmo Technologies, une opération qui a finalement été abandonnée quelques mois plus tard.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles