Nous suivre Industrie Pharma

Vaccins : Sanofi Pasteur et Acambis partenaires dans la lutte contre le virus du Nil occidental

Sujets relatifs :

,
Acambis vient de conclure un partenariat majeur avec Sanofi Pasteur, la division Vaccins de Sanofi Aventis. Il porte sur ChimeriVax, un vaccin contre le virus du Nil occidental développé par la société de biotechnologies de Cambridge (Royaume-Uni).
Selon cet accord, Acambis recevra 10 millions de dollars (6,8 M€) en 2007 et des paiements additionnels qui pourrait atteindre 70 M$ (48 M€) s'il est homologué aux États-Unis. Cette maladie, pour laquelle il n'existe pas de vaccins ni de thérapies homologuées à ce jour, est endémique en Amérique du Nord. Outre-Atlantique, on dénombrait plus de 32000 cas de maladie et un peu moins d'une centaine de décès sur l'année 2007 jusqu'à début novembre. « Nous débutons une collaboration avec un des leaders du marché mondial des vaccins, et nous comptons être les premiers à amener un vaccin sur le marché, a avancé Ian Garland, directeur général d'Acambis. Ce vaccin est le plus avancé des programmes de recherche en cours contre le virus du Nil occidental, selon Acambis. Il est actuellement en phase II de développement. Les résultats préliminaires ont montré l'apparition d'un taux d'anticorps spécifiques de 98 % chez les patients avec un profil de tolérance satisfaisant. « Acambis conduira le développement du vaccin », a précisé Ian Garland. Le vaccin sera produit pour le compte de Sanofi Pasteur à partir de l'usine américaine de la société de biotechnologies basée à Canton (Massachusetts). Cet accord n'est pas le premier entre les deux groupes. En février dernier, Sanofi Pasteur a acquis une licence auprès d'Acambis sur son vaccin monodose contre l'encéphalite japonaise, ChimeriVaxTM-JE (CPH n°373). Cet accord va donner un peu d'oxygène à Acambis qui, en mars dernier, avait dû évincer son directeur exécutif Gordon Cameron en raison du mécontentement des actionnaires (CPH n°376). Ceux-ci reprochaient au dirigeant la chute du titre de plus de 65 % en trois ans, notamment pour « le manque de diversité du portefeuille en dehors du secteur de la biodéfense », et pour « l'utilisation partielle des réserves de liquidités ». Des reproches qui ont été faits suite à un échec cuisant de la société qui avait été coiffée au poteau par Bavarian Nordic sur un contrat de 1,6 milliard de dollars (1,09 Mrd €) octroyé par le gouvernement américain. (CPH n°385). C.G.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles