Nous suivre Industrie Pharma

abonné

Vaccins, R&D, Chimie fine... Ce qu'il faut retenir de l'audition d'Olivier Bogillot, président de Sanofi France, au Sénat

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,
Vaccins, R&D, Chimie fine... Ce qu'il faut retenir de l'audition d'Olivier Bogillot, président de Sanofi France, au Sénat

© Sanofi

Le dirigeant était auditionné par la commission des affaires sociales du Sénat pour répondre sur les différents sujets qui ont placé Sanofi au cœur de la polémique, ces derniers mois. Morceaux choisis de cet échange.

Retard sur le vaccin contre le Covid-19, suppressions dans sa R&D en France, stratégie financière qui fait la part belle à ses actionnaires... Les sujets d'incompréhension vis-à-vis de la stratégie de Sanofi se sont accumulés, ces derniers mois.

Olivier Bogillot, président de Sanofi France, a tenté de préciser la politique du laboratoire lors d'une audition par la commission des affaires sociales du Sénat, qui s'est tenue, ce mercredi 17 mars 2021. Passage en revue des différents thèmes abordés. 

Sur le vaccin contre le Covid-19

Olivier Bogillot a défendu le choix de Sanofi de développer un vaccin à base d'une protéine recombinante. "Sanofi a fait le choix d’une technologie particulière dans la course au vaccin. Au mois de mars 2020, des industriels se positionnent sur différentes technologies : ARNm, adénovirus, protéines recombinantes ou virus inactivé. Nous avons préféré utiliser la technologie que nous maîtrisions le mieux : la protéine recombinante, qui était aussi la technologie la plus reconnue dans le monde du vaccin. C'était un choix rationnel, même si d'autres technologies se sont finalement imposées."

Une course aux vaccins que Sanofi a perdue, puisque les vaccins à ARNm sont déjà sur le marché. "Les vaccins à ARNm arrivés sur le marché en neuf mois sont un exploit extraordinaire. Nous aurions pu être sur le marché avec notre vaccin en juin ou juillet 2021, nous le serons plutôt à l'automne", a précisé Olivier Bogillot, alors que les résultats de la phase II de ce vaccin, développé avec un adjuvant de GSK, sont attendus pour le début du mois de mai.

Le dirigeant a enfin argumenté sur la nécessité d'avoir plusieurs vaccins disponibles, prenant ainsi l'exemple des vaccins à adénovirus développés par AstraZeneca et J&J dont l'efficacité pour des[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Le Cyltezo devient le premier biosimilaire interchangeable à l’Humira

Le Cyltezo devient le premier biosimilaire interchangeable à l’Humira

Aux États-Unis, le Cyltezo (adalimumab-adbm) de Boehringer Ingelheim pourra désormais se substituer à l’Humira (adalimumab). La FDA vient d’accorder le statut de biosimilaire interchangeable au composé du[…]

Oncologie : Ipsen s’associe à Accent Therapeutics

Oncologie : Ipsen s’associe à Accent Therapeutics

Boehringer Ingelheim injecte 100 M€ supplémentaires sur son site de Lyon-Jonage

Boehringer Ingelheim injecte 100 M€ supplémentaires sur son site de Lyon-Jonage

Thérapie génique : Takeda signe un partenariat avec Selecta Biosciences

Thérapie génique : Takeda signe un partenariat avec Selecta Biosciences

Plus d'articles