Nous suivre Industrie Pharma

Covid-19 : « Une troisième dose sera utile », Olivier Bogillot (Sanofi France)

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,
Covid-19 : « Une troisième dose sera utile », Olivier Bogillot (Sanofi France)

Olivier Bogillot, président de Sanofi France

© Sanofi

Invité de la Matinale de France Inter, Olivier Bogillot, président de Sanofi France, a fait le point sur l’avancée du vaccin Sanofi contre le Covid-19 dont la mise sur le marché est prévue pour le mois de décembre. 

Le patron de Sanofi France, Olivier Bogillot, était invité, ce lundi 5 juillet 2021, sur France Inter pour échanger sur différents sujets au cœur de l’actualité. L'occasion de faire le point sur le vaccin de Sanofi contre le Covid-19. 

Un vaccin Sanofi disponible en décembre

Longtemps attendu et après avoir subi des retards, le vaccin de Sanofi pourrait finalement être disponible en décembre de cette année, a annoncé Olivier Bogillot.

Actuellement en phase III, ce vaccin repose sur une technologie à protéine recombinante, associée à un adjuvant développé par le Britannique GSK. Une technologie éprouvée qui serait complémentaire des vaccins à ARNm (Pfizer/Biontech, Moderna) ou à vecteur viral (Janssen, AstraZeneca) déjà sur le marché. 

Un vaccin qui pourrait servir de troisième dose

« Au fond, j’aimerais vous dire que ce vaccin arrive trop tard, mais beaucoup de Français ne sont pas vaccinés et seulement 20 % de la population mondiale est vaccinée », a commenté Olivier Bogillot sur l’arrivée tardive du vaccin de Sanofi contre le Covid-19, alors que plusieurs vaccins sont disponibles.

Au-delà de ce besoin pour des premières vaccinations, le patron de Sanofi France a souligné le rôle que pourrait avoir le vaccin de Sanofi comme dose de rappel.

« Nous pensons que ce vaccin pourra être utile si vous êtes amenés à avoir une troisième dose. Au regard de la circulation des variants, on peut estimer qu'une troisième dose sera utile pour rebooster votre système immunitaire », a-t-il souligné.

Un investissement sur les ARNm

 « Cette crise montre que nous avons besoin de capacités de bioproduction », a-t-il expliqué. Et la technologie à ARNm fait partie des cibles prioritaires. « L’ARNm a démontré son potentiel à l’occasion de cette crise, c’est extrêmement important que l’on ait des capacités de recherche et de production sur cette technologie », a insisté Olivier Bogillot.

Sur ce sujet, Sanofi dispose d’un partenariat avec Translate Bio, une biotech américaine avec laquelle le laboratoire français développe plusieurs vaccins à ARNm, contre le Covid-19 mais aussi contre la grippe traditionnelle.

Le laboratoire français a, par ailleurs, annoncé investir 400 millions par an dans un centre d’excellence dédié au sujet.

Interrogé sur le retour de la production du paracétamol en France, Olivier Bogillot s’est félicité de cette relocalisation. « Le paracétamol en France est une bonne nouvelle », a-t-il commenté, avant de préciser : « Il ne faut pas nécessairement tout relocaliser en France, ce qui est important c’est d’avoir des sources de production en Europe. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Takeda et Frazier Healthcare Partners lancent HilleVax

Takeda et Frazier Healthcare Partners lancent HilleVax

Le laboratoire et le fonds veulent mettre sur le marché un vaccin contre les norovirus. Takeda et la société de capital-risque américaine Frazier Healthcare Partners vont collaborer pour lancer la biotech HilleVax,[…]

Sanofi peut compter sur le Dupixent

Résultats

Sanofi peut compter sur le Dupixent

Amgen s’empare de Teneobio pour 900 M$

Amgen s’empare de Teneobio pour 900 M$

Covid-19 : J&J, Pfizer, Moderna… Combien vont vraiment rapporter les vaccins aux laboratoires ?

Covid-19 : J&J, Pfizer, Moderna… Combien vont vraiment rapporter les vaccins aux laboratoires ?

Plus d'articles