Nous suivre Industrie Pharma

Une région représentative de l'industrie française

Aurélie Dureuil

Avec 14 % des emplois de l'industrie pharmaceutique française, la région Rhône-Alpes affiche son dynamisme.

« Nous constatons de plus en plus une logique de filière, notamment dans les actions mises en place dans la région », constate Emmanuelle Garassino, directrice adjointe des affaires générales, industrielles et sociales du Leem. « Les interactions se développent entre le secteur du médicament et celui du diagnostic, mais aussi entre le médicament et les dispositifs médicaux, etc. » Ainsi la région Rhône-Alpes compte « près de 30 000 emplois pour l'industrie de la santé », souligne le Leem. Rien que l'industrie du médicament à usage humain emploie 14 000 personnes, soit 14 % des effectifs français. La région se place ainsi au 2e rang des employeurs de l'industrie pharmaceutique en France. Et Emmanuelle Garassino observe une particularité de la région : « c'est la seule région qui regroupe toutes les activités de nos entreprises. On y trouve à la fois des sièges sociaux de grands groupes, des activités de R&D importantes et des installations de production ». En effet Sanofi Pasteur, BioMérieux, Boiron mais aussi les laboratoires Aguettant y ont établi leur siège. Au-delà de leurs sièges, les grands groupes du secteur mais aussi les PME et ETI comptent également des installations de production. La synthèse de l'étude prospective sur les facteurs d'évolution des industries de santé et leur impact à 10 ans sur l'emploi réalisée en 2012 par la branche du médicament et l'État associant les autres industries de santé et les collectivités territoriales montre que 39 % des effectifs de la région Rhône-Alpes travaille en production. Un chiffre supérieur à la moyenne nationale (36 %). La région compte de grandes implantations des groupes tels que Sanofi et ses filiales Sanofi Pasteur, Genzyme et Mérial, mais également BioMérieux, Boiron, Roche, Becton Dickinson, etc. Elle recense aussi 80 PME et biotechs dans sa synthèse de la stratégie d'innovation. Le Leem cite notamment Flamel Technologies, Erytech Pharma ou PX'Therapeutics... Emmanuelle Garassino souligne également la présence « assez importante des façonniers : Famar, Delpharm, Patheon, XCell Vision, Haupt pharma... » La R&D est elle aussi bien représentée sur ce territoire avec 18 % des effectifs contre 13 % au niveau national. En recherche, les industriels de la pharmacie comptent des centres de R&D et bénéficient d'un écosystème de recherche académique. La directrice adjointe des affaires générales, industrielles et sociales du Leem cite « les structures de R&D comme l'Inserm, l'Institut Pasteur et l'université Lyon 1 ». Elle ajoute : « Il s'agit d'un tissu R&D riche et l'IRT BioAster a un effet d'entraînement fort sur les effectifs de production ».

 

Une logique de filière régionale

 

Le secteur bénéficie également de la présence de centre hospitalo-universitaire (CHU) et de structures comme les pôles de compétitivité Lyonbiopôle et Minalogic. La logique de filière est également marquée par la présence de références dans les différents secteurs de la santé. En effet, la région est vue comme « un centre de référence mondial en matière de diagnostic, de vaccin et d'infectiologie » du côté de Lyon notamment, mais aussi « un centre d'excellence international en micronanotechnologies et en biologie structurale » avec la région grenobloise, selon l'étude du Leem.

Cette particularité de la région explique peut-être une autre spécificité relevée par Emmanuelle Garassino : « En termes d'évolution des effectifs, le secteur a plutôt tendance depuis 2008 à enregistrer une baisse d'environ 1 % par an au niveau national. Cela s'explique par une réorganisation complète du business model de nos entreprises, un changement de modèle et un problème d'attractivité de la France. En Rhône-Alpes, les effectifs augmentent. Sur les dix dernières années, la croissance est d'environ 1 % par an pour les industries du médicament ». La région a vu le développement des biotechnologies, au travers de reconversion ou de croissance de laboratoires emblématiques mais aussi avec l'essor de sociétés innovantes. Le pôle de compétitivité Lyonbiopôle a contribué à la création d'entreprises de biotechnologie. Le Leem contribue à ce développement. « Pour répondre aux besoins en compétences des biotech, nous avons créé en 2008 Compétence biotech. Il s'agit de proposer aux PME de biotechnologie du partage de compétences. Par exemple, un responsable qualité, une personne spécialisée dans la propriété intellectuelle et une assistante, tous salariés en CDI du groupement d'employeurs partagent leur temps entre plusieurs entreprises. Une dizaine de PME se sont montrées intéressées », précise Élodie Sencier, chef de projets ressources humaines du Leem.

L'organisation patronale a par ailleurs signé en septembre 2013 un Adec Industries de santé (Actions pour le développement de l'emploi et des compétences) qui vise à mettre en place des actions en matière de ressources humaines au niveau national mais également régional. Rhône-Alpes fait ainsi partie des régions ciblées.

 

Six défis stratégiques à relever

 

Cet Adec a pour objectif de répondre à six « défis stratégiques » : anticiper les évolutions des métiers et de l'emploi ; faciliter les partages et transferts de compétence entre acteurs ; préparer les compétences stratégiques de demain au travers de la formation initiale et continue ; sécuriser les parcours professionnels ; valoriser les métiers des industries de santé dans une logique de filière et développer des actions emploi/formation régionales. Rhône-Alpes est notamment concerné par la mise en place d'un « référentiel de compétences commun aux industries de santé ». Un outil qui « détaillera les compétences incontournables définies selon chaque domaine d'activité (R&D, production, commercialisation) et par niveau de maîtrise des compétences ». « À partir de ce référentiel, nous allons réaliser des pilotes de formation afin d'aller au plus proche des entreprises et de leurs besoins. Deux thèmes de formations sont pressentis : une formation sur la gestion de projets et un thème autour du marketing-commercial », détaille Élodie Sencier. Des formations qui devraient débuter entre fin 2014-début 2015. Par ailleurs, Lyonbiopôle met en place actuellement une formation avec l'Ipil (Institut de pharmacie industrielle de Lyon au sien de la faculté de pharmacie) sur l'environnement économique te de santé des PME. La région n'oublie ainsi pas la formation pour poursuivre le développement de sa filière industries de santé.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Avec le confinement et le développement du travail à distance, la transformation numérique de l'industrie n'a jamais paru aussi pertinente. Et si la crise liée au Covid-19 accélérait[…]

La pharma se dévoile en chiffres clés

La pharma se dévoile en chiffres clés

Production : SalamanderU propose un dossier de lot à commande vocale

Production : SalamanderU propose un dossier de lot à commande vocale

Biolog-id surveille les produits thérapeutiques sensibles par RFID

Biolog-id surveille les produits thérapeutiques sensibles par RFID

Plus d'articles