Nous suivre Industrie Pharma

Une prise de sang pour prédire la récidive des cancers

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,

Une équipe de chercheurs est parvenue à mettre au point une méthode pour prédire la récidive des cancers de la vessie à partir d'une simple prise de sang. Une découverte qui est désormais évaluée sur d'autres types de cancers et qui pourrait permettre de mieux traiter les récidives de la maladie.

L'immunothérapie a permis des avancées considérables dans le traitement des cancers. Mais l'immunologie peut être aussi utilisée à des fins préventives. Utiliser le mécanisme de reconnaissance du soi et du non-soi pour détecter la récidive de cancer, telle est la prouesse accomplie par une équipe de l'hôpital Saint-Louis, de chercheurs du CEA et de l'université Paris-Diderot. Les recherches, menées par les professeurs Edgardo D. Carosella et François Desgrandchamps, ont permis d'établir un lien entre la présence d'un type de lymphocytes dans le sang et le risque de récidive pour des cancers de la vessie. Pour comprendre le principe de ce test, il faut faire un court voyage dans le temps jusqu'au début des années 90. « En 1992, une question se posait encore, pourquoi la femme enceinte ne rejette pas son enfant comme un corps étranger ? », rappelle le Pr. Edgardo D. Carosella, « Cette année-là, j'ai décrit pour la première fois la molécule HLA-G (pour Human Leukocyte Antigen) qui est un antigène non classique, parce qu'il s'exprime, au moment de la grossesse sur les trophoblastes ». Un antigène produit par les cellules du foetus et qui inhibe la réponse immunitaire de la mère, ce qui permet au foetus de ne pas être rejeté. À partir de cette découverte majeure, qui a notamment permis des avancées sur les greffes d'organe et leur tolérance par l'organisme, les chercheurs ont exploré le rôle de cet antigène dans le développement du cancer. « La première expérience s'est faite sur le mélanome, avec la découverte qu'HLA-G s'exprime sur les mélanocytes tumoraux », précise le Pr Carosella qui détaille le fonctionnement de cet antigène : « HLA-G s'exprime dès l'apparition de la cellule tumorale, c'est un checkpoint majeur. L'antigène peut interagir avec l'ensemble des récepteurs présents sur les différentes cellules du système immunitaire : ILT2, ILT4 et KIR2DL4. Il bloque ainsi toute la réponse immunitaire face au cancer. ». La tumeur n'est alors pas reconnue par les défenses de l'organisme et peut se développer ou récidiver. À partir de cette observation, les chercheurs se sont alors interrogés sur la possibilité de prédire indirectement le développement du cancer en analysant la réponse immunologique.

En 2014, les équipes des professeurs Carosella et Desgrandchamps ont testé leur hypothèse en démarrant une étude sur les cancers de la vessie qui comprenait l'analyse des tumeurs prélevées mais aussi le suivi des patients. Ils ont notamment ciblé un type de cellule du système de défense de l'organisme, les lymphocytes cytotoxiques CD8, circulant dans le sang. Ces agents sont porteurs d'un récepteur ILT2, qui, lorsqu'il rencontre et se lie à l'antigène HLA-G, inactive l'action de défense immunitaire du lymphocyte.

Analyses sanguines pour le suivi et la prévention des cancers

L'étude, menée sur une centaine de patients, aura demandé deux ans de suivi. Les chercheurs estiment qu'au-delà de 40 % de CD8 inactivé (ou CD8+ILT2+) dans le sang, le risque de récidive de cancer de la vessie est important et qu'il peut être estimé comme faible pour un taux en dessous de 20 %. La mesure du taux de CD8+ILT2+ permettrait ainsi de détecter les patients qui ont un risque accru de récidiver. À terme, c'est un traitement anticipé de la récidive et un gain de chance pour le patient qui est espéré. « Avec ce test, on peut prédire une possibilité accrue de récidive, l'idée, c'est aussi de réfléchir à ce qu'on peut faire pour que cette récidive n'apparaisse pas et comment on peut faire évoluer ces cellules immunes de façon à ce qu'elles puissent agir contre la tumeur », souligne le Pr Carosella, qui insiste sur l'aspect complémentaire du test : « Le but, c'est aussi d'articuler ce test avec les nouveaux traitements actuels d'immunothérapie des cancers ». Les chercheurs développent actuellement une nouvelle étude sur le cancer du rein pour déterminer si ce test peut-être étendu à d'autres localisations. La mesure du taux de CD8+ILT2+ peut être réalisée par une simple prise de sang avec une technique de cytométrie en flux présente dans la plupart des laboratoires. Une demande de brevet a par ailleurs été déposée par l'AP-HP, l'université Paris Diderot et le CEA en vue du développement d'un kit d'évaluation. « L'analyse sanguine permet d'abord d'être le moins invasif possible, c'est un confort pour le malade. Pour le service, cela permet des résultats les plus dynamiques par rapport aux techniques d'imagerie, un peu plus compliquées et qui nécessitent plus de temps », remarque le Pr Carosella. Le recours aux analyses sanguines pour le suivi et la prévention des cancers est une tendance présente dans de nombreuses études parues ces derniers mois, avec, par exemple, l'analyse de biomarqueurs ou de mutations de l'ADN. Elles visent à mieux anticiper le développement des cancers. « Cette évolution est très importante. Grâce à ces analyses, on va faire un suivi beaucoup plus rapproché. On peut se placer bien avant que la tumeur s'établisse et se développe », se félicite le Pr Carosella. Au-delà de la prévention des récidives, d'autres recherches menées actuellement visent à cibler directement HLA-G et à empêcher ainsi les tumeurs d'avancer masquées et de passer sous le radar du système immunitaire.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles