Nous suivre Industrie Pharma

Une feuille de route santé en préparation

Alors que la nouvelle Agence de développement économique « Auvergne-Rhône- Alpes Entreprises », lancée début 2017, est en train de s'organiser, elle pourra s'appuyer sur des structures fortes du territoire, dans le domaine de l'innovation en santé, au premier rang desquelles le Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes (Clara) et le pôle de compétitivité Lyonbiopôle.

« La santé sera de toute évidence un axe majeur de l'agence », assurent les services de la Région, précisant que la feuille de route est pour l'heure en préparation.

Les atouts en matière de santé émanent de l'ensemble du territoire, avec notamment le pôle de compétitivité Lyonbiopole - dont « l'extension actuelle relève davantage d'un processus thématique que strictement géographique », souligne sa directrice Florence Agostino-Etchetto - ; en Auvergne, le Biopôle Clermont Limagne, qui est une pépinière d'entreprises ; et en Isère, le BHT2, qui accueillera au 2e semestre 2018, au sein de Minatec, à Grenoble, des entreprises innovantes, avec la mise à disposition de plateaux pré-équipés et aménageables sur mesure pour la recherche et le développement, ainsi que Biopolis, piloté par l'université de Grenoble. « Les missions de l'agence et du pôle sont très complémentaires », affirme Florence Agostino-Etchetto, rappelant que contractualisé jusqu'en 2020, Lyonbiopôle poursuit la phase 3.0, en déclinant sa feuille de route stratégique.

 

Le Clara : un modèle d'organisation Santé qui marche

 

« Le Cancéropôle Lyon-Auvergne-Rhône-Alpes (Clara) est avant tout un modèle de structuration d'un réseau de chercheurs centré sur la recherche, l'innovation et la valorisation en cancérologie », rappelle Véronique Trillet-Lenoir, présidente du Clara, notant que celui-ci a anticipé la réforme territoriale et peut, d'une certaine manière, servir de laboratoire d'expérimentation de ce qu'il est possible de faire en termes de rapprochement entre les ex-régions Rhône-Alpes et Auvergne. Saluant les visionnaires qui ont décidé, dès 2005, du périmètre élargi, elle rappelle les forces vives sur lesquelles s'appuie le Clara sur l'ensemble du territoire : par exemple, les compétences en biologie cellulaire et moléculaire à Lyon, les nanotechnologies à Grenoble, la prévention en cancérologie à Saint-Étienne, la nutrition à Clermont-Ferrand. « Ce découpage est un peu réducteur et mieux vaut considérer nos programmes structurants », observe-t-elle. Le cancéropôle fédère ainsi les forces des grands centres de recherche : le Centre de recherche en cancérologie de Lyon (CRCL), l'Institut for Advanced Biosciences (IAB, Grenoble), la plate-forme Hygée à St-Étienne, et enfin, l'Institut de recherche d'Auvergne.

« À travers la nouvelle agence économique, il y a un effort de cohérence pour intégrer le Schéma de développement économique de la Région et la stratégie régionale enseignement supérieur/recherche/innovation », observe V. Trillet-Lenoir, avec sa casquette de conseillère régionale (Société civile apparentée au Groupe Socialistes démocrates), notant qu'il est prévu au Conseil de surveillance deux postes pour les pôles de compétitivité et clusters.

Unique en France, le dispositif « Preuve de concept » imaginé par le Clara, doté d'un budget annuel de près d'1 M€, a récompensé 45 projets depuis sa création en 2005.

À cette première brique du dispositif de financement s'ajoutent une seconde brique pour l'accompagnement et l'aide à l'ingénierie des projets, qui implique des experts issus de l'industrie pharmaceutique, et une troisième brique dédiée à la détection de projets et à l'émergence de partenariats public-privé, à travers la convention d'affaires « Research2Business Oncology Meeting ». « L'ensemble catalyse les collaborations porteuses entre laboratoires académiques et industriels, et ce dispositif global garantit que des projets de recherche de qualité soient efficacement transférés du laboratoire à l'entreprise et donc au patient », affirme V. Trillet-Lenoir, soulignant que le programme mobilise des académiques de haut niveau et un tissu industriel fort. À noter par ailleurs la capacité du programme Preuve de concept à exercer un effet levier qui engendre souvent des levées de fonds supplémentaires et des emplois. « Pour 16,5 M€ injectés par les collectivités, les entreprises soutenues ont au total levé plus de 325 M€ », se réjouit-elle, pointant l'intérêt en termes de développement économique à travers un retour sur investissement sur le même territoire.

Jusqu'à présent, en l'absence d'une agence économique régionale, le Clara a travaillé en amont avec les différentes agences de développement du territoire (l'AEPI à Grenoble, l'Aderly* à Lyon, etc.) pour réussir la fertilisation croisée entre industriels et académiques. « La future agence pourra aider au développement des projets en oncologie sur tout le territoire, et au-delà, être un organisme de partenariats public/privé dans d'autres domaines de la santé que la cancérologie », suggère la Présidente du Clara, appelant de ses voeux qu'un cluster, tel le Cancéropôle, qui se trouve avoir une expérience de structuration sur exactement le même périmètre que l'agence régionale, soit intégré dans sa gouvernance. Ce d'autant que la dimension régionale du Clara lui permet d'activer les coopérations à l'international ..., et que l'internationalisation figure parmi les ambitions de l'agence.

La feuille de route de la jeune structure co-présidée par Laurent Wauquiez, président de la Région, et Jean-Dominique Senard, p-dg de Michelin, est attendue avec la prise de fonction de Cécilia Tejedor, au 1er juillet, comme directrice générale.

*Agence pour le développement économique de la région lyonnaise (Aderly), Agence régionale du développement et de l'innovation (Ardi) Rhône-Alpes, Agence régionale de développement économique Auvergne (Arde), Agence d'études et de promotion de l'Isère (AEPI).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

La fondation du Leem soutient 12 initiatives en oncopédiaterie

La fondation du Leem soutient 12 initiatives en oncopédiaterie

La fondation des entreprises du médicament débloque une dotation de 600 000 euros pour soutenir des organismes d’intérêt général à but non lucratif, qui œuvrent contre le cancer de[…]

Des nanoparticules lipidiques contre le VIH

Des nanoparticules lipidiques contre le VIH

Le Genopole dévoile ses 11 lauréats

Le Genopole dévoile ses 11 lauréats

Recherche : Un consortium inédit contre l'insuffisance cardiaque

Recherche : Un consortium inédit contre l'insuffisance cardiaque

Plus d'articles