Nous suivre Industrie Pharma

Une croissance dans tous les secteurs pour Bayer

Aurélie Dureuil

Sujets relatifs :

, ,

Le groupe allemand affiche une croissance de 5 % de son chiffre d'affaires. Que ce soit HealthCare, CropScience ou MaterialScience, toutes les divisions ont contribué à cette progression.

« 2014 n'a pas seulement été une année marquante par les décisions stratégiques prises, cela a été une année extrêmement réussie sur le plan opérationnel », s'est félicité Marijn Dekkers, p-dg du groupe allemand à l'occasion de la présentation des résultats. Bayer affiche une croissance de 5,2 % de son chiffre d'affaires qui s'établit à 42,24 milliards d'euros. Son Ebitda atteint 8,81 Mrds € en progression de 4,9 %, malgré des effets de change négatifs qui ont pesé à hauteur de 410 M€. Ces bons résultats se retrouvent dans les différentes divisions du groupe qui a annoncé en 2014 son intention de se focaliser sur les sciences de la vie, avec ses activités HealthCare et CropScience.

La première a enregistré une croissance de 5,6 % de son chiffre d'affaires (19,98 Mrds €) en 2014. Une progression portée par la division Pharmaceuticals (12,05 Mrds €) à laquelle ont contribué les lancements de produits. « L'anticoagulant Xarelto, le traitement ophtalmologique Eylea, les anticancéreux Stivarga et Xofigo, ainsi que l'Adempas, traitement de l'hypertension pulmonaire, ont enregistré un chiffre d'affaires total de 2,9 Mrds € (1,52 Mrd € en 2013) », selon le groupe. Et le p-dg ajoute : « En 2015, les ventes de ces cinq produits vont augmenter jusqu'à 4 Mrds €. Globalement, nous continuons à penser qu'ils ont un potentiel de pic de ventes annuelles combinées de près de 7,5 Mrds € ». Du côté de la division Consumer Care, le chiffre d'affaires a atteint 4,2 Mrds € en hausse de 5,3 %. Cette division est concernée par des opérations de croissance externe du groupe. Bayer a ainsi finalisé en octobre 2014 la reprise des OTC de Merck et Co et en novembre celle de Dihon Pharmaceuticals. Un renforcement de portefeuille que le groupe entend mettre à profit « dans les deux prochaines années » pour « étendre notre activité dans les marchés émergents », selon le dirigeant.

L'activité CropScience affiche une solide croissance de 11,2 % des ventes, qui s'établissent à 9,5 Mrds €. Une progression portée par « tous les groupes d'activité et toutes les régions », s'est félicité Marijn Dekkers, qui note par ailleurs des « gains de parts de marché » pour cette activité. « Les ventes de Protection des cultures ont grimpé de 10,5 %, tandis que les Semences ont affiché un gain de près de 20 % », a précisé le dirigeant. Là encore, le groupe souligne l'importance de l'innovation avec 70 % des résultats de sa division Protection des cultures réalisés à partir de produits mis sur le marché depuis 2006. Le groupe anticipe une progression de 14 % de cette division pour atteindre 2,8 Mrds $ de chiffre d'affaires en 2017.

Enfin, l'activité MaterialScience a également vu son chiffre d'affaires augmenter (+ 3,7 %) pour atteindre 11,7 Mrds € en 2014. « Cette croissance est due principalement à la hausse des volumes. Toutefois, les prix de ventes ont légèrement baissé », précise Marijn Dekkers. L'Ebitda avant exceptionnel de cette activité a progressé de 10,7 % (1,2 Mrd €). Le groupe a profité de la présentation de ses résultats pour revenir sur l'avancement de sa séparation d'avec l'activité MaterialScience. Annoncé en septembre 2014, le projet suit son cours, selon Marijn Dekkers. « Nous avons aujourd'hui finalisé la phase de "conception " pour décider des futures structures légales et organisationnelles. La tâche dans les prochains mois sera de l'implémenter », a-t-il précisé. La prochaine étape d'autonomisation économique et juridique devrait être achevée d'ici à la fin août, tandis que la décision entre une introduction en Bourse ou un spin-off serait prévue pour le second semestre.

Outre la préparation de la séparation de ces activités, Bayer entend poursuivre l'intégration des activités OTC de Merck et Co et Dihon en 2015. Des événements qui devraient générer des charges spéciales de l'ordre de 700 M€, selon le groupe. L'année 2015 devrait par ailleurs être portée par la croissance organique des activités HealthCare et Crop-Science. Bayer prévoit ainsi d'atteindre un chiffre d'affaires de 46 Mrds € et une croissance de l'Ebitda, avant éléments exceptionnels de l'ordre de 10 à 15 %.

Une croissance de 9 % en France

« Pour la France, nous avons enregistré une croissance de 9 %. La filiale représente vraiment une forte contribution et ce, pour la deuxième année consécutive », se félicite Frank Garnier, président de Bayer en France. Le groupe allemand a réalisé un chiffre d'affaires d'1,78 Mrd € en 2014 dans l'Hexagone. « Le levier essentiel est l'innovation », poursuit le dirigeant français qui rappelle que Bayer France compte 5 sites dédiés à la R&D. L'investissement dans ce domaine a représenté 150 M€ en 2014, en croissance de 7 % par rapport à 2013. Autre facteur lié à l'innovation : le lancement de nouveaux produits Healthcare et CropScience. « Si aujourd'hui, nous progressons plus vite que les autres pays européens, c'est lié au décalage dans les lancements de produits. En France, les délais d'approbation sont systématiquement plus longs », précise-t-il. En terme de production, l'année 2014 a été marquée par 22 M€ d'investissements dans l'outil industriel en France, notamment pour « le développement des fabrications de fongicides de soja pour le Brésil sur le site de Villeurbanne », selon le président de Bayer France. Il souligne également l'embauche de 184 CDI en 2014, pour porter les effectifs à 3 200 personnes. Pour 2015, le dirigeant affiche des « ambitions équivalentes » à celle du groupe et aborde ce nouvel exercice de façon confiante. Concernant la scission avec MaterialScience, « nous envisageons cette opération de façon relativement sereine », indique Frank Garnier qui précise que l'activité représente environ 20 % du résultat et compte environ 130 salariés sur le territoire.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Maintenant 3x plus rapide avec le nouvel isolateur VarioSys

Publi-Rédactionnel

Maintenant 3x plus rapide avec le nouvel isolateur VarioSys

La nouvelle version de l'isolateur VarioSys (PSI-L 2.0) à de quoi séduire : catalyseurs intégrés, cartouches filtrantes (FiPa) à haute efficacité et système SKANFOG breveté. La[…]

08/07/2020 |
Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Plus d'articles