Nous suivre Industrie Pharma

Une bonne année pour Abbott

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Des centaines de postes supprimés aux États-Unis

En marge des résultats, Abbott a annoncé que 700 postes seront supprimés aux États-Unis, notamment sur des sites de production de stents, de diagnostics ou de produits pharmaceutiques. D'autres centaines de postes supplémentaires pourraient être supprimées également en 2012, selon le groupe. A fin 2011, Abbott recensait 91 000 salariés.

Certes, avec des ventes moindres de son traitement contre le VIH, Kaletra, et de ses stents, le laboratoire américain n'aura pas atteint les 10,6 milliards de dollars (8,05 Mrds €) de ventes globales au quatrième trimestre 2011 que les analystes escomptaient. Abbott a dû se contenter d'un chiffre d'affaires de 10,38 Mrds $, en croissance de 4,1 % sur le dernier trimestre. Le groupe évoque aussi avoir été pénalisé par un dollar fort en fin d'année. Pour autant, Abbott a conclu 2011 sur une croissance de 10,5 %, à 38,85 Mrds $. A l'aube d'une séparation du reste du périmètre direct du groupe, qui est en cours et attendue avant la fin de l'année (CPH n°567), sa division Pharmacie a surpassé la progression de l'ensemble avec une croissance de 11 %, à 17,02 Mrds $. Son principal, et de loin, blockbuster, Humira (adalimumab), indiqué dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde a largement contribué à cette performance avec des ventes en hausse de 21,1 % sur un an, à 7,93 Mrds $. De son côté, la division Established pharmaceuticals, qui regroupe les génériques et génériques de marque, a affiché la plus forte progression parmi les activités (+19,8 %), en atteignant 5,4 Mrds € de ventes. Dans l'ensemble, les ventes du groupe à l'international ont été plus vives que sur son marché américain. Et les marchés émergents représentent aujourd'hui plus de 25 % des ventes totales du groupe. Côté rentabilité, Abbott affiche un bilan bien plus mitigé, avec un résultat opérationnel en baisse de 5,5 %, à 5,75 Mrds $, et un bénéfice net en croissance de seulement 2,2 %, à 4,73 Mrds $. Le groupe se félicite en revanche d'avoir généré un cash flow record de plus de 9 Mrds $, et prévoit ainsi un programme de rachat d'actions cette année, ce qui semble de bon augure avant la séparation de la division pharmaceutique du reste des autres activités, au sein d'une société dont le nom n'est toujours pas connu.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles