Nous suivre Industrie Pharma

Un secteur en pleine restructuration

La rédaction

En 2013, les plans de réduction d'effectifs se sont une nouvelle fois succédés dans l'industrie pharmaceutique, particulièrement en France. Le secteur a également été marqué par des opérations de taille au niveau mondial, avec plusieurs acquisitions dépassant le milliard de dollars.

 

JANVIER

 

Inquiétudes face aux pilules

30 plaintes sont déposées en France contre les pilules de 3e et 4e génération. L'ANSM suspend de fait les ventes de Diane 35. Mais l'EMA imposera en juin de le remettre sur le marché.

 

Allergan s'empare de MAP Pharmaceuticals

Le laboratoire américain débourse 958 M$ pour s'offrir MAP Pharmaceuticals, spécialisé en neurologie. L'opération sera finalisée en mars.

 

FÉVRIER

 

BMS taille dans ses effectifs français

Bristol-Myers Squibb annonce la suppression de 235 postes au cours de l'année en France, où il emploie 2 600 personnes. La mesure concerne des fonctions supports et commerciales.

 

Zoetis lève 2,24 Mrds $

La division santé animale de Pfizer lève 2,24 Mrds $ dans le cadre d'une introduction en Bourse. Zoetis sera séparé de Pfizer en juin.

 

MARS

 

Deinove se désengage des antibiotiques

Deinove transfère son activité dédiée aux antibiotiques au sein d'une nouvelle société, Deinobiotics. Celle-ci est détenue à 49 % par Deinove et à 51 % par la Holding Incubatrice Chimie Verte.

 

Vaste restructuration pour AstraZeneca

Le laboratoire anglo-suédois prévoit de couper plus de 5 000 postes entre 2013 et 2016 au niveau mondial. 1 600 emplois dans la R&D et 2 300 postes dans la vente et l'administration sont sur la sellette.

 

AVRIL

 

Ferro tourne la page de la pharmacie

Exit la pharmacie pour le groupe américain ! Ferro cède sa filiale dédiée Pfanstiehl Laboratories au fonds d'investissement américain Med Opportunity Partners. L'opération s'élève à 16,9 M$.

 

BMS ferme le siège d'Amylin

Bristol-Myers Squibb restructure sa filiale Amylin, acquise en 2012. Il prévoit de fermer en 2015 son siège social situé à San Diego (Californie) qui emploie environ 420 personnes.

 

Roche réduit la voilure

Roche tire un trait sur l'activité Applied Science, de sa division Diagnostic. Cette mesure affecte 170 salariés en Allemagne et aux États-Unis.

 

MAI

 

Bayer s'empare de Conceptus

Bayer HealthCare met sur la table 1,1 Mrd $ pour acquérir la société américaine Conceptus, spécialisée dans les contraceptifs. L'opération sera bouclée en juin.

 

Warner Chilcott rejoint le giron d'Actavis

Actavis met la main sur la société irlandaise Warner Chilcott. L'opération, finalisée en octobre, s'élève à environ 8,5 Mrds $.

 

Valeant met la main sur Bausch et Lomb

Valeant jette son dévolu sur le spécialiste américain de l'ophtalmologie Bausch et Lomb. Il propose 8,7 Mrds $ pour prendre la totalité du capital. Le rachat sera effectif en octobre.

 

JUIN

 

Teva en plein scandale sanitaire en France

Un problème de conditionnement est suspecté au sein de l'usine française de Sens (Yonne) de Teva, après qu'une patiente ait ramené un lot du diurétique Furosémide contenant des somnifères. L'enquête conclura qu'il s'agissait vraisemblablement d'une maladresse d'une personne âgée et sera classée sans suite.

 

Pfizer perd l'exclusivité du Viagra en France

Le brevet du Viagra de Pfizer tombe dans le domaine public dans l'Hexagone. Pour limiter la casse, le groupe américain lance une version générique : le sildénafil Pfizer. Ce dernier sera produit au sein de l'usine d'Amboise (Indre-et-Loire), revendue en septembre à Fareva.

 

Aspen courtise des activités de GSK

Le génériqueur sud-africain veut reprendre les activités de GSK dans le domaine de la thrombose, qui comprennent un portefeuille de produits et l'usine de Notre-Dame de Bondeville, en Normandie, qui recense 700 salariés. L'offre, qui s'élève à 700 M£, sera acceptée par GSK en octobre.

 

JUILLET

 

6e Csis-CSF

44 mesures d'amélioration du secteur pharmaceutique sont mises en place en France lors du 6e Conseil stratégique des industries de santé (Csis) et du Comité stratégique de filière (CSF).

 

Aspen reprend des actifs de Merck

Aspen débourse 1 Mrd $ pour racheter une activité de production d'API de l'Américain Merck. Dans ce cadre, il mettra la main sur des unités aux Pays-Bas et aux États-Unis.

 

Décès de Pierre Fabre

Pierre Fabre, fondateur des laboratoires éponymes, décède le 20 juillet à l'âge de 87 ans. La direction générale du groupe sera confiée quelques semaines plus tard à Bertrand Parmentier, jusqu'alors président du directoire du groupe aéronautique Latécoère.

 

Elan dans le giron de Perrigo

L'Américain Perrigo, spécialisé dans les OTC et la nutrition, propose 8,6 Mrds $ pour racheter la société irlandaise de biotechnologies Elan. Il coiffe sur le poteau Royalty Pharma, qui avait offert 7,9 Mrds $ au printemps pour Elan. L'acquisition sera finalisée en décembre. Le nouveau groupe sera renommé Perrigo Company.

 

AOÛT

 

Lilly injecte 90 M€ à Fegersheim

Le groupe américain va investir 90 M€ d'ici à fin 2016 dans une nouvelle unité de production de cartouches d'insuline dans son usine de Fegersheim, près de Strasbourg (Bas-Rhin).

 

Amgen s'empare d'Onyx

Amgen met la main sur son concurrent et compatriote Onyx Pharmaceuticals. La transaction, finalisée en octobre, s'élève à 10,4 Mrds $.

 

SEPTEMBRE

 

Boehringer restructure en France

La direction française de Boehringer Ingelheim lance un plan de sauvegarde de l'emploi visant à alléger de 20 % les effectifs. 178 postes de délégués médicaux et de fonctions supports sont menacés. En octobre, ce sera au tour de la filiale américaine d'être impactée, avec une suppression attendue de 1 100 postes.

 

Les industriels contre le PLFSS

Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2014 est fortement décrié par l'industrie pharmaceutique. D'après le Leem, il impliquerait des baisses de prix de 960 M€

 

Merck taille dans ses usines françaises

L'Américain Merck prévoit d'alléger de plus de 100 postes les effectifs de deux usines françaises situées à Saint-Germain-Laprade et Riom, en Auvergne. Il envisage en outre de vendre le site de Saint-Germain-Laprade. Quelques semaines plus tard, le groupe annoncera la suppression de 8 500 postes dans ses activités commerciales et de R&D au niveau mondial.

 

OCTOBRE

 

Teva réduit sa masse salariale

Le laboratoire israélien va diminuer de 10 % ses effectifs mondiaux, ce qui impactera 5 000 postes. La majorité des coupes aura lieu d'ici à la fin 2014.

 

GSK sabre ses effectifs en France

GSK resserre les rangs dans l'Hexagone, où il emploie 4 200 salariés. Il prévoit de supprimer 271 postes, majoritairement dans la visite médicale et les fonctions supports.

 

Calaire Chimie repris par Synthexim

En redressement judiciaire depuis juin, la société calaisienne Calaire Chimie est reprise par Synthexim, filiale d'Axyntis basée également à Calais.

 

NOVEMBRE

 

Endo offre 1,7 Mrd $ pour Paladin Labs

Endo Health Solutions propose 1,7 Mrd $ pour prendre le contrôle de Paladin Labs, une société canadienne de spécialités pharmaceutiques. L'opération devrait être bouclée début 2014. Les deux groupes seraient alors sous le contrôle d'une holding irlandaise.

 

Shire débourse 4,2 Mrds $ pour Viropharma

Le laboratoire britannique débourse 4,2 Mrds $ pour s'offrir Viropharma, une société américaine spécialisée dans les maladies rares.

 

Fusion entre DSM Pharma et Patheon

DSM Pharmaceutical Products et Patheon veulent fusionner leurs activités et les regrouper dans une nouvelle société. Le montant de la transaction s'élève à 2,6 Mrds $.

 

DÉCEMBRE

 

Bayer convoite Algeta

Le groupe allemand propose 2,1 Mrds € pour prendre la totalité du capital du Norvégien Algeta, spécialisé en oncologie.

 

Pfizer et Janssen licencient en France

Les Américains Pfizer et Janssen ont, coup sur coup, annoncé des restructurations dans l'Hexagone. La filiale française de Pfizer prévoit de se délester de 183 postes, ce qui concernera essentiellement les délégués médicaux et les fonctions supports associées. De son côté, Janssen France coupera 176 postes dans la visite médicale et son encadrement.

 

AstraZeneca reprend un portefeuille de BMS

AstraZeneca a signé un accord avec Bristol-Myers Squibb pour la reprise intégrale de leur alliance dans le domaine du diabète, qui avait été initiée en 2007. L'opération se chiffre à plus de quatre milliards de dollars et comprend un paiement initial de 2,7 Mrds $, des paiements d'étapes et des redevances sur les ventes.

3 Questions à Patrick ERRARD, président du Leem

Quels sont les principaux faits ayant marqué le secteur pharmaceutique en 2013 ? Le marché français du médicament est entré en récession, avec un chiffre d'affaires remboursable en ville en recul de 2,5 % en 2013. La production française a fait face à une forte compétition internationale, à la fois au sein de l'Europe et avec les pays émergents, tout en étant encore dans une phase de mutation structurelle profonde, compliquée par un contexte de crise économique mondiale. L'an dernier, 27 plans de sauvegarde de l'emploi ont été mis en place entraînant un recul de l'emploi de 2,1 %. Les effectifs sont passés sous la barre des 100 000 salariés, ce qui correspond au même niveau que 2004. L'époque des blockbusters est révolue ce qui entraîne des restructurations impactant essentiellement les métiers du marketing, de la vente et de l'administration/support. Il y a également eu une mutation de la R&D qui tend vers un modèle de plus en plus externalisé. Pour la première fois en 2013, nous avons observé une baisse de l'emploi en R&D, qui a reculé de 2,9 %. La France n'est plus qu'en 4e position dans les pays les plus attractifs pour la recherche clinique en Europe. Il y a eu un effondrement des essais cliniques dans certaines aires thérapeutiques et un ralentissement de l'accès à l'innovation. En outre, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2014 pénalise une fois de plus l'industrie pharmaceutique avec des niveaux de prélèvement sur notre secteur qui atteignent annuellement 1,5 milliard d'euros ces trois dernières années. Il est temps de tirer la sonnette d'alarme car il y a un impact sur la compétitivité industrielle du secteur pharmaceutique. Mais il y a tout de même eu quelques éléments positifs. Par exemple la tenue du Conseil stratégique des industries de santé (Csis) et du Contrat de filière (CSF) en juillet, avec 44 mesures ayant fait l'objet d'un contrat de filière et un dialogue renforcé sur certaines questions. Autre élément encourageant : la pérennisation du crédit impôt recherche Quels sont les objectifs pour 2014 ? Il y a urgence à maintenir et développer l'attractivité de la France. Il faut déjà commencer à préparer le prochain PLFSS. Dans cette perspective, nous avons proposé à la ministre de la Santé la formation d'un groupe État-Industrie qui suivra trois objectifs : nous mettre d'accord sur les données macroéconomiques du secteur, tester les grandes hypothèses macroéconomiques qui sous- tendent la construction des dépenses de médicaments dans le PLFSS et prévenir les risques de contradiction entre les engagements du Csis ou CSF de moyen et long termes et les mesures de régulations de court ou moyen terme. Il faudra aussi développer l'innovation en France, notamment en simplifiant les démarches administratives de la recherche clinique et en instaurant un meilleur système. Un contrat unique pour tous les hôpitaux, proposé par les industriels lors du Csis, devrait être mis en place dès février 2014. Le maintien du système des Autorisations temporaires d'utilisation (ATU) est également nécessaire. Sur le plan social, nous observerons la création et l'émergence de nouveaux métiers dans les domaines de la production de médicaments biologiques, de l'information médicale, de la pharmacovigilance, de la médico-économie, de l'accès aux marchés, etc. Quels seront à plus long terme les grands enjeux pour l'industrie pharmaceutique française ? La loi de financement est un outil obsolète et inadapté, il faut donc changer de mode de fonctionnement. Nous avons besoin, en tant qu'entreprises dont les activités obéissent à des cycles de long terme, d'une visibilité qui dépasse la simple annualité. Nous proposons donc de nous orienter vers une programmation pluriannuelle des dépenses de médicaments. Des mesures alternatives de régulation économique qui ne passent pas exclusivement par le prix du médicament devront aussi être explorées. Au niveau social, il faudra mettre en place des actions pour maintenir l'emploi, notamment en développant l'insertion professionnelle des jeunes, en préparant la mobilité et la reconversion des salariés occupant des métiers en mutation ou encore en préparant les compétences de demain sur des technologies émergentes. Propos recueillis par Audrey Fréel

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Rétrospective 2018: Lifting de portefeuilles

Rétrospective 2018: Lifting de portefeuilles

L'année 2018 n'aura pas échappé à de grandes fusions-acquisitions dans l'industrie pharmaceutique. Mais les opérations géantes ont été plus rares, les acteurs se concentrant sur[…]

2017, année sans grande surprise

2017, année sans grande surprise

Trois questions à Patrick Errard, président du Leem

Trois questions à Patrick Errard, président du Leem

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

Plus d'articles