Nous suivre Industrie Pharma

Un premier cri vital

Aurélie Dureuil

Sujets relatifs :

Un premier cri vital

Les neurones de l'ep-F qui participent au contrôle de la respiration sont localisés sous le noyau facial (VII) (image de gauche) et sont visibles dans l'agrandissement (flèches blanches à droite).

© © CNRS

Grâce à un modèle de souris mutantes, des chercheurs du CNRS ont identifié un gène qui interviendrait dans la respiration. De nouvelles perspectives de recherche s'ouvrent sur le fonctionnement de certains neurones et à plus long terme sur les troubles de la respiration.

Les parents attendent fébriles. Le bébé est né et pousse son premier cri. Signe que ses poumons fonctionnent correctement et que l'enfant respire. Si les actions d'inspirer et expirer paraissent naturelles, le changement peut sembler brutal au nouveau-né qui passe de la vie intra-utérine à l'autonomie aérienne. Jusqu'à présent, le fœtus s'était développé dans un milieu liquide. Le cordon ombilical constituait sa seule source d'oxygène tandis que ses fonctions pulmonaires étaient pratiquement absentes. Au cours de travaux sur le gène teashirt 3 (Tshz3), des chercheurs de l'Institut de biologie du développement de Marseille Luminy (IBDML) ont mis en évidence l'implication de ce gène dans le premier souffle du nouveau-né. « Nous avions généré des souris, chez lesquelles nous avions inactivé ce gène. Puis, nous avons commencé à observer des défauts », dévoile Laurent Fasano, responsable des recherches au sein de ce laboratoire du CNRS. Des premières observations ont fait l'objet de publications sur le rôle de ce gène pour la formation des muscles lisses dans l'uretère. « En son absence, il n'y a pas de transport de l'urine du rein vers la vessie. Nous travaillons actuellement pour essayer de comprendre les mécanismes qui sont dérégulés », indique-t-il.

Le gène Tshz3 agit sur la respiration

C'est en poursuivant leurs observations sur les souris mutantes, que les chercheurs ont constaté que « les souris semblaient incapables de respirer à la naissance. » Ils ont alors contrôlé si les organes impliqués dans le mécanisme de respiration étaient absents ou présentaient des défauts. Les conclusions font état, chez les souris mutantes, de poumons normaux, de diaphragme fonctionnel, etc. « Petit à petit, nous avons éliminé les différentes hypothèses concernant les organes. Nous sommes ainsi remontés jusqu'au système nerveux central, confie Laurent Fasano. Nous devions faire des recherches fonctionnelles. » Son équipe s'est alors rapprochée du Centre de recherche en neurobiologie - neurophysiologie de Marseille et du Laboratoire de neurobiologie et développement, des entités du CNRS et de différentes universités. L'équipe, impliquant alors une dizaine de chercheurs, a découvert que le gène Tshz3 s'exprime dans une région du système nerveux central impliquée dans le contrôle de la respiration. En effet, plusieurs circuits de neurones, situés dans deux régions du cerveau postérieur, sont identifiés dans la littérature scientifique pour leur rôle dans la respiration néonatale chez les mammifères. Les deux régions sont nommées : complexe préBötzinger et groupe para-facial respiratoire. « Ces neurones sont à l'origine d'une activité pacemaker, c'est-à-dire un rythme au niveau du tronc cérébral à l'origine de mouvements respiratoires automatiques et qui prépare les nouveaux-nés à la naissance », indique le CNRS.

Les travaux des chercheurs mettent en évidence la présence d'une protéine appelée TSHZ3 dans le groupe para-facial respiratoire. Elle jouerait un rôle majeur dans l'activité des neurones dans cette région. « Chez notre souris mutante, ces neurones sont présents mais inactifs. C'est une information importante. Dans un certain nombre de modèles de souris, le système respiratoire est défectueux car les neurones sont absents. Ces modèles permettent de comprendre comment ces neurones naissent et indiquent leur place dans le système nerveux central. Notre modèle permet d'analyser le fonctionnement de ces neurones », se félicite Laurent Fasano. Il identifie ainsi « un point d'entrée pour enfin comprendre comment ces neurones acquièrent une activité rythmique qui prépare à la respiration à la naissance ».

D'autres perspectives s'ouvrent à l'équipe de l'IBDML. Les chercheurs pourraient se rapprocher de cliniciens. « Nous pourrions voir si dans le cas de pathologies respiratoires, les patients présentent des défauts dans la région chromosomique du gène Tshz3 », indique Laurent Fasano. Ces travaux pourraient à long terme permettre de déterminer si ce gène intervient dans les troubles de la respiration chez l'Homme comme l'apnée du sommeil ou dans la mort subite du nourrisson. En France, environ 250 000 personnes ont été identifiées comme porteuses du syndrome d'apnée du sommeil, selon la Société française de recherche et médecine du sommeil. Aujourd'hui, les principales solutions proposées sont des dispositifs mécaniques comme la pression positive continue et l'orthèse d'avancée mandibulaire. L'identification d'un gène et d'une protéine qui pourraient être impliqués dans les troubles du sommeil ouvrent peut-être la voie à de nouveaux traitements et permettraient également de réduire les risques associés.

Bibliographie :« Teashirt 3 regulates development of neurons involved in both repiratory rhythm and air flow control », X. Caubit, M. Thoby-Brisson, N. Voituron, P. Filippi, M. Bévengut, H. Faralli, S. Zanella, G. Fortin, G. Hilaire, and L. Fasano. The Journal of Neuroscience, 14 juillet 2010.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

À la découverte de la base Z, maillon méconnu de l'ADN

Futur

À la découverte de la base Z, maillon méconnu de l'ADN

Une étude réalisée par des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS, en collaboration avec le CEA, a élucidé la voie de biosynthèse d'une base azotée de l'ADN, différente de[…]

15/07/2021 | ADNActus Labo
Des animaux à l'homme, une santé partagée

Des animaux à l'homme, une santé partagée

De l'eau de mer à l'eau pharmaceutique

De l'eau de mer à l'eau pharmaceutique

Covid-19 : Mieux prédire et traiter les formes sévères

Futur

Covid-19 : Mieux prédire et traiter les formes sévères

Plus d'articles