Nous suivre Industrie Pharma

Un potentiel partenaire pour Nicox en Europe

A.F.

Sujets relatifs :

, ,

Le laboratoire espagnol Ferrer vient de poser une option visant à obtenir les droits de co-commercialisation du Naproxcinod de Nicox en Espagne et en Allemagne ainsi que les droits exclusifs de commercialisation en Grèce et au Portugal. Nicox pourrait recevoir des paiements d'étapes s'élevant jusqu'à 7 millions d'euros ainsi que des royalties sur les ventes. Une opportunité pour le laboratoire français qui avait vu son anti-inflammatoire, indiqué dans le traitement de l'arthrose, rejeté par les autorités américaines en juillet 2010 (CPH n°509). La FDA avait conclu qu'elle ne disposait pas « d'éléments suffisants à ce stade pour justifier l'approbation du Naproxcinod pour le soulagement des signes et symptômes de l'arthrose ». Un coup dur pour Nicox qui avait dû entreprendre des mesures de réorganisation (CPH 527). Il avait notamment réduit de 50 % les effectifs du siège social de Sophia Antipolis (Alpes Maritime). Le Naproxcinod est actuellement en cours d'évaluation par l'Agence européenne des médicaments (EMEA) dans le cadre d'un dossier de demande de mise sur le marché soumis en décembre 2009. Le Comité des médicaments à usage humain devrait émettre un avis mi-2011. Le groupe précise toutefois que cet accord avec Ferrer « ne donne en aucun cas d'indications sur la vraisemblance d'une approbation du Naprox- cinod en Europe ou sur une éventuelle date de réponse ». D'ailleurs, dans le cadre de ce partenariat, Ferrer pourra décider de ne pas exercer son option même si le médicament est autorisé. De même, cet accord sera annulé dans le cas où l'autorisation serait très retardée ou si le médicament était soumis à des études supplémentaires que Nicox ne souhaiterait pas entreprendre. « Ferrer et Nicox ont été partenaires pendant de nombreuses années dans le domaine de la dermatologie et nous sommes très heureux de signer ce nouvel accord », se réjouit Michele Garufi, p-dg de Nicox. Les deux groupes avaient signé un accord de licence en 2004 portant sur des dérivés stéroïdiens destinés au traitement de pathologies dermatologiques (CPH n°254). Ils avaient ensuite signé un partenariat en septembre 2005 pour développer le NCX 1047, un corticostéroïde donneur d'oxyde nitrique (CPH n°341).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles