Nous suivre Industrie Pharma

Un marché français à contre-courant

Sylvie Latieule Rédactrice en chef

Le secteur pharmaceutique mondial est en forte croissance. En 2015, le marché a progressé de 8,9 % pour atteindre 1 069 milliards de dollars et il devrait continuer d'augmenter pour se situer entre 1 400 et 1 430 Mrds $, sur les cinq prochaines années. Soit une hausse de l'ordre de 350 Mrds $ d'ici à 2020, selon le cabinet d'études IMS Health, à l'origine de ces pronostics. Au vu de ces chiffres, une première remarque s'impose : cette croissance sera deux fois plus forte que celle observée entre 2010 et 2015. Deuxième surprise, on a beaucoup dit, ces dernières années, que les pays émergents tiraient la croissance. Cette fois, IMS Health assure que l'on pourra compter sur les pays matures. La majorité de la croissance des cinq prochaines années est attendue en Amérique du Nord, en Europe, au Japon et en Corée assure Vincent Bildstein, président d'IMS Health France, alors qu'« une plus faible part de la croissance est apportée par les pays émergents », a-t-il ajouté.

En termes de classes thérapeutiques, excepté les maladies transmissibles qui regroupent plusieurs pathologies (HIV, hépatite...) et qui pèseront 15 % du marché mondial, c'est l'oncologie qui dominera la pharmacie mondiale en 2020 avec 11 % du marché, suivie par le diabète (10 %), du fait notamment de l'explosion de l'épidémie dans les pays émergents.

Pourtant, le secteur restera confronté aux pertes de brevets, avec près de 190 Mrds $ de chiffre d'affaires impactés dans les cinq ans. Même les médicaments biologiques en feront les frais avec 58 Mrds $ de ventes de médicaments exposés aux pertes de brevets. Mais dans le même temps, le marché pharmaceutique mondial va bénéficier d'un flux d'innovations sans précédent. 225 nouvelles molécules attendues entre 2016 et 2020, contre 184 entre 2011 et 2015.

Au bilan, les États-Unis resteront de loin le premier marché pharmaceutique mondial avec 41 % du total en 2020, devant le top 5 européen (Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie, Espagne) à 13 % et la Chine à 11 %.

Dans cette tendance haussière, le marché français (-0,9 % à 19,5 Mrds € en 2015 en ville) ne va pas tirer son épingle du jeu. L'économiste Claude Le Pen, consultant pour IMS Health, constate même que la France est « le seul marché européen en baisse en ce moment, et si l'on se projette à l'horizon 2020, nous ne voyons pas de facteur qui va inverser cette tendance ». Du 5e rang mondial, le marché français devrait reculer à la 8e place, dépassé par le Brésil, le Royaume-Uni et l'Italie. Bien sûr, il faut y voir les effets de notre politique de santé, en particulier les fortes baisses de prix. Une bonne nouvelle pour l'équilibre budgétaire du pays qui l'est un peu moins pour les industriels de la pharmacie. Claude Le Pen explique qu'un marché en contraction est un marché moins attractif où les industriels seront moins enclins à lancer rapidement leurs nouvelles molécules.

Y a-t-il, pour autant, une menace en France sur l'accès à l'innovation, tant au niveau de l'offre que dans son financement ? Claude Le Pen se veut rassurant, estimant que la France reste « un grand pays incontournable » où l'innovation pourra être financée (encore pendant quelque temps) par des économies. Par exemple, un anticancéreux particulièrement efficace pourra faire économiser des frais hospitaliers liés au traitement de la maladie, de même que l'on pourrait envisager des modes de rémunération variables en fonction de la réussite d'un traitement sur une indication donnée. La France a donc de la marge, mais elle doit rester vigilante, si elle veut continuer de garantir à ses concitoyens un haut niveau de protection en matière de santé.

 

« La France est le seul marché européen en baisse en ce moment. »

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Edito : SMR et ASMR sur la fin

Edito : SMR et ASMR sur la fin

« Préparer la réforme de l'évaluation des médicaments », c'est la 15e mesure du Conseil stratégique des industries de santé qui s'est tenu en juillet. Le sujet a son importance[…]

01/11/2018 | Edito Magazine
PLFSS, le feuilleton de l'automne

PLFSS, le feuilleton de l'automne

Auvergne-Rhône-Alpes : La filière pharmacie, fleuron territorial

Auvergne-Rhône-Alpes : La filière pharmacie, fleuron territorial

Peut mieux faire

Peut mieux faire

Plus d'articles