Nous suivre Industrie Pharma

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

,

Le projet est exemplaire à plusieurs titres. Par son ampleur, ses ambitions, et son actionnariat. A Porto Torres, en Sardaigne, la toute fraîche coentreprise baptisée Matrìca prévoit de bâtir un bio-complexe chimique géant d'une capacité de 350 000 tonnes par an. Ce qui en fait l'un des plus ambitieux projets annoncés ces dernières années dans le domaine de la chimie durable. Ce complexe produirait à partir d'huiles végétales des intermédiaires pour des plastiques, des lubrifiants et des additifs pour élastomères. Programmé pour se concrétiser pleinement d'ici à six ans, le projet est soutenu par deux acteurs de taille et de portée extrêmement différentes. D'un côté, Polimeri Europa, filiale pétrochimique du géant énergétique italien ENI, qui représente des ventes de 6,1 milliards d'euros en 2010, près de 6 000 salariés, et recense une vingtaine de sites chimiques en Europe, essentiellement en Italie. De l'autre Novamont, un spécialiste italien des biopolymères et des plastiques biodégradables produits à partir de matières végétales, comme l'amidon. La société détient une unité de 80 000 t/an à Terni, près de Milan, recense 200 employés et a généré l'an dernier un chiffre d'affaires de 88 M€. Malgré leurs proportions nettement opposées, les deux partenaires détiendront pourtant Matrìca à parts égales. Et ils investiront un total de 500 M€ pour ce bio-complexe qui sera aussi doté d'un centre de R&D dédié à la biochimie. En parallèle, ENI investira 250 M€ supplémentaires pour la construction d'une centrale à biomasse adjacente pour l'alimentation électrique du complexe. Matrìca estime qu'en 2015, la chimie biosourcée représentera un marché de 8,1 Mt/an de produits et bénéficiera d'une croissance de 17,7 % par an. Convaincu de « créer un cercle vertueux basé sur l'innovation technologique et les bio-produits durables » Daniele Ferrari, p-dg de Polimeri Europa prédit que ce projet « sera un modèle industriel qui s'exportera ». Catia Bastioli, dirigeante de Novamont, cible de son côté la création d'un « modèle exemplaire sur le marché mondial » destiné à « inspirer une approche innovante dans l'utilisation de matières premières renouvelables ».

« Un modèle industriel qui s'exportera »

Le bio-complexe se bâtira sur l'actuel site pétrochimique de Polimeri Europa à Porto Torres. Lequel sera entièrement reconverti. Toutes les unités existantes, sauf celle de caoutchoucs nitriles, seront fermées, et remplacées par sept autres unités. Une première phase de travaux, en 2014, permettra la construction d'une bioraffinerie pour la production de bio-monomères et de bio-lubrifiants. En amont, les deux partenaires prévoient des cultures de matières premières et des productions d'huiles pour alimenter la bioraffinerie. Le tournesol sera la matière première de référence, mais la bioraffinerie sera flexible. Une deuxième phase, en 2015, visera à édifier des unités d'huiles d'extension et de charges bio-sourcées utilisées dans l'industrie du caoutchouc. Enfin, en 2016, seront construites des unités additionnelles de bio-monomères et de bio-lubrifiants, et en une unité d'intermédiaires pour plastiques bio-sourcés. Plastiques qui viseraient des marchés comme l'hygiène, l'agriculture, la restauration ou encore l'emballage. Tout au long de ces constructions et développements, Polimeri Europa et Novamont entendent collaborer en R&D avec des partenaires académiques italiens et internationaux pour constamment améliorer les procédés. Peu connue jusqu'alors pour son appétit de chimie durable, l'industrie chimique italienne se positionne aujourd'hui, de fait, comme l'une des plus ambitieuses.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Au vu des annonces de la campagne présidentielle de 2017, les industriels de la pharmacie en France étaient prêts à se mettre en marche, a confié Patrick Errard, président du Leem, à l'occasion[…]

22/01/2018 | Edito HebdoLeem
Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

La fusion Pfizer/Allergan tombe à l'eau

La fusion Pfizer/Allergan tombe à l'eau

Accélération des fusions en 2015

Accélération des fusions en 2015

Plus d'articles