Nous suivre Industrie Pharma

Un casque ventilé pour les locaux de grades A et B

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,
Un casque ventilé pour les locaux de grades A et B

© VWR

VWR propose un nouvel équipement pour les opérateurs en salles propres de grades A et B. Avec son casque baptisé ViVi, le fournisseur vise à améliorer le confort des utilisateurs en proposant une ventilation continue et adaptable. Un outil conçu pour être conforme aux exigences de l'environnement en salle propre.

Alors que les opérations en salle propre de classes A et B nécessitent un habillage contraignant, le confort de l'utilisateur qui va passer plusieurs heures par jour avec cet équipement devient primordial. C'est dans cette optique que la société autrichienne THI aidée par VWR a conçu un casque ventilé, appelé ViVi. À l'origine de cette idée, il y a un équipement déjà utilisé dans les blocs opératoires pour faciliter le travail du chirurgien orthopédique. Un dispositif plus particulièrement présent aux États-Unis. Depuis l'hôpital jusqu'aux salles propres de l'industrie pharmaceutique, il a fallu faire tout un travail d'adaptation du produit. C'est ce qu'ont réalisé les entreprises VWR et THI, remportant un prix de l'innovation, lors du dernier salon Contaminexpo, qui s'est tenu à Paris, en mars dernier. Au-delà du confort thermique de l'utilisateur, le casque apporte une plus grande efficacité. Avec la chaleur, de la buée peut se former sur les masques et lunettes qui composent la tenue réglementaire des techniciens. Pour éviter la formation de cette buée, l'équipement ViVi propose un système de ventilation adapté et réglable. « L'idée de proposer un équipement qui ventile existait déjà, mais était compliquée à gérer, alors que notre équipement limite le nombre d'objets qui rentrent en salle propre », souligne Anne Huybens, Product specialist, environnement contrôlé chez VWR International.

Le casque est ainsi composé de deux parties. Une partie intérieure, qui ressemble à un arceau, comme on peut en retrouver sur le casque d'un vélo, sur lequel sont fixés les deux ventilateurs qui vont générer un courant d'air, positionnés sur la partie supérieure. Sur cette partie interne, l'opérateur vient ajouter une cagoule en matériau non tissé (polypropylène), à usage unique, spécialement conçue pour s'appairer avec le système développé par VWR. La cagoule présente une ouverture qui permet une vision supérieure à 180 degrés. « Nous avons développé un système qui fait que la cagoule joue un rôle de filtre. Au niveau des deux ventilateurs, le matériau filtrant est spécialement conçu pour filtrer à la fois les particules entrantes et sortantes », détaille Anne Huybens. C'est ce point qui a particulièrement été critique dans le développement du produit, qui s'est étalé sur un peu plus de deux ans. L'équipementier a ajusté, par ailleurs, la « bavette » de la cagoule qui vient se fixer en rentrant à l'intérieur de la combinaison, se maintient par un simple lien et permet ainsi à l'opérateur de s'habiller tout seul. Le système positionné autour de la tête est réglable pour s'adapter à la morphologie. L'équipement est ergonomique, il pèse moins de 400 grammes et a été spécialement conçu pour ne pas entraver les mouvements ou entraîner une gêne sur la durée du port. « La répartition du poids a été spécialement étudiée pour positionner la partie la plus lourde au centre de la tête, l'équipement est parfaitement équilibré », précise Anne Huybens. Pour alimenter en énergie les ventilateurs, le système est relié à une batterie lithium-ion. La capacité de la batterie permet une utilisation de cinq heures et il faut quatre heures pour recharger la batterie sur secteur.

 

Un réglage qui se fait par une simple oscillation de la tête

Pour limiter la présence de connectiques annexes, notamment de boutons ou commandes qui pourraient entraîner une contamination, THI et VWR ont élaboré un système innovant. L'utilisateur peut simplement régler le niveau de ventilation en hochant la tête pour commander la vitesse de l'appareil. « C'est aussi une nouveauté par rapport aux dispositifs existants déjà, beaucoup plus complexes à mettre en oeuvre », remarque Anne Huybens. À pleine puissance, les ventilateurs atteignent un niveau sonore de 57 décibels. En plus de limiter la formation de buée, la ventilation présente l'avantage de limiter la présence de CO2 dans le masque du technicien, un niveau de concentration limité réglementairement à 5 000 ppm. L'article, commercialisé depuis peu, intéresse particulièrement les industriels du secteur malgré la nécessité de mener une qualification de l'équipement. VWR est confiant dans son dispositif, qu'il voit encore évoluer grâce aux retours clients. « Pour concevoir ce produit, nous avons réalisé un partenariat avec un client qui nous a vraiment aidés en termes de retour d'expérience. Nous avons récemment amélioré cet équipement pour qu'il soit le plus ergonomique possible, léger et silencieux », précise Anne Huybens.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Des micro-ordinateurs pensés pour les lignes de production

Des micro-ordinateurs pensés pour les lignes de production

2iPS, société spécialisée dans la fourniture de matériels informatiques industriels, lance la technologie des micro-ordinateurs Raspberry. Compacte et légère, la nanocarte Raspberry Pi 3B+[…]

05/05/2020 | Logiciels
Des solutions tout-en-un de suivi des performances

Des solutions tout-en-un de suivi des performances

Une solution pour faciliter l’intralogistique

Une solution pour faciliter l’intralogistique

Un broyeur rapide

Un broyeur rapide

Plus d'articles