Nous suivre Industrie Pharma

Un an après la réforme de la formation professionnelle : un fiasco !

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

Lors d'une de mes précédentes chroniques, j'avais posé la question : « Un nouvel ANI, pourquoi faire ? » et évoqué ses impacts en matière de formation professionnelle, y compris pour nos industries de santé. Eh bien, aujourd'hui, nous commençons à avoir des réponses. La baisse spectaculaire des ressources financières, via la taxe d'apprentissage, pour nos CFA, et par voie de conséquence pour les formations initiales, va entraîner une chute tout aussi importante des capacités des organismes de formation, privés et publics, à former et donc à « mettre sur le marché » des diplômés compétents, des « jeunes professionnels ». En effet, plus de la moitié de la taxe d'apprentissage récoltée cette année sera redirigée vers les conseils régionaux pour compenser les dotations de l'État astreint par l'Europe à faire des économies. En d'autres termes, l'argent de la formation professionnelle servira à d'autres choses, comme celui de la vignette auto qui n'a jamais servi à financer la retraite des personnes âgées !

Si cette réforme a du sens pour ce qui concerne le CPF (Compte personnel de formation) dont pourront bénéficier les salariés, elle occulte complétement les moyens financiers liés à la formation initiale, celle créatrice d'emplois, au moment où le chômage est en hausse croissante et les demandes de recrutement de compétences clefs en forte expression des besoins. En effet, depuis de nombreux mois, les industriels du médicament éprouvent de grandes difficultés à recruter et le succès des forums emploi en est la démonstration. Mais si, d'ores et déjà, l'ensemble des structures de formation privées ou publiques peine à « produire » les compétences demandées, les prochains mois verront augmenter cette carence. Gageons que, de 400 000 contrats d'alternance en 2014, nous tomberons à moins de 350 000 en 2015, et que, si aucune prise de conscience n'est faite par les partenaires sociaux (qui ont évidemment accepté cette réforme en négociant des contreparties sur d'autres champs que celui de la formation professionnelle), ce chiffre continuera de baisser au cours de 2016. Soit l'effet strictement inverse que celui annoncé par les « négociateurs » de cette réforme. Ce qui est un comble ! Au lieu de former intelligemment, et de créer des compétences à recruter, on continuera à alimenter les contrats aidés, simple pansement sur une jambe de bois !

Il ne restera plus qu'aux industriels à se prendre en main, et à utiliser d'autres moyens, comme le contrat de professionnalisation, financé en grande partie par les OPCA par exemple, ce qui reviendra à gérer, par eux-mêmes, les quelques ressources de fonds financiers qui vont leur rester et qu'ils alimentent par ailleurs directement.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles