Nous suivre Industrie Pharma

Trois questions à Patrick Errard, président du Leem

Propos recueillis par Laura Hendrikx

Quels faits retiendrez-vous en 2017 ?

Tout d'abord, l'élection d'un jeune Président de la République et la nomination d'un gouvernement très différent des précédents qui ont été perçues par beaucoup de secteurs, y compris le nôtre, comme un signe d'espoir mais aussi un signe d'attente. Il y a derrière l'élection de ce Président de la République quelque chose qui est tout à fait différent des élections présidentielles précédentes. Cette vague d'espoir qui a traversé le pays a en même temps généré, en particulier de la part des industriels, un degré d'attente qui est proportionnel à l'espoir qu'ils ont fondé sur ce jeune Président dynamique et réformateur. Le deuxième fait, c'est sans doute, à cette occasion, le travail extraordinaire qui a été fait par les administrateurs et les permanents du Leem autour de la rédaction et de la mise en oeuvre d'une proposition programmatique pour ce nouveau gouvernement, dans le but de redonner de la compétitivité et de l'attractivité au secteur que je représente, pour notamment permettre à tous les patients en France d'avoir accès le plus précocement possible à l'innovation. Le troisième fait, c'est la vague d'innovation qui est arrivée en 2017, notamment en cancérologie, et qui justifie que l'on puisse également s'inscrire dans cette dynamique de réforme structurelle grâce à ces innovations. Enfin, malheureusement, le quatrième élément marquant n'est pas le plus positif : c'est un PLFSS (projet de loi finance de la sécurité sociale) très décevant, copié-collé des PLFSS précédents, et qui vient, comme un nuage noir, assombrir un ciel qui était pourtant bien bleu.

 

Quels sont les enjeux auxquels devra répondre l'industrie pharmaceutique française en 2018 ?

Il n'y en a qu'un : renouer avec la croissance. Renouer avec la croissance en donnant accès à l'innovation, en "boostant" tous les facteurs de compétitivité et d'attractivité, notamment en recherche et en production, et en simplifiant de façon drastique la régulation qui pèse très lourdement sur le secteur. Si vous regroupez tous ces éléments, vous avez finalement un seul grand objectif, c'est de redonner à cette industrie une dynamique qu'elle a perdue en France et que nos voisins européens ont su relancer avant nous. Le rendez-vous qui va avec cet enjeu, c'est le CSIS (Conseil stratégique des industries de santé).

 

Quelles sont vos attentes et propositions pour le Conseil stratégique des industries de santé qui se tiendra en juillet ?

C'est un rendez-vous qui sera déterminant pour l'avenir de notre industrie sur le quinquennat en cours. Il imprimera ou n'imprimera pas, c'est là tout l'enjeu de ce rendez-vous, mais s'il imprime, il marquera un changement profond de logique dans la façon dont la France entend dynamiser son industrie du médicament.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Rétrospective 2018: Lifting de portefeuilles

Rétrospective 2018: Lifting de portefeuilles

L'année 2018 n'aura pas échappé à de grandes fusions-acquisitions dans l'industrie pharmaceutique. Mais les opérations géantes ont été plus rares, les acteurs se concentrant sur[…]

2017, année sans grande surprise

2017, année sans grande surprise

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

Rétrospective Pharma 2016 : réorganisations en cours

Rétrospective Pharma 2016 : réorganisations en cours

Plus d'articles