Nous suivre Industrie Pharma

Transgénèse : Un toutou pour la vie

Sujets relatifs :

Animaux de compagnie ou d'élevage, la FDA veut réguler les animaux clonés. Chats hypoallergéniques et poissons fluorescents sortent d'un no man's land juridique.
Animaux de compagnie ou d'élevage, la FDA veut réguler les animaux clonés. Chats hypoallergéniques et poissons fluorescents sortent d'un no man's land juridique. C'est décidé, la FDA va enfin réglementer les animaux clonés. En clair, les producteurs auront à déposer formellement une demande d'autorisation de commercialisation, selon une procédure balisée. Après dix ans de débats enflammés, le 18 septembre dernier l'agence américaine de régulation des médicaments et des aliments a publié un document qui pose les bases d'un règlement équivalent à celui qui encadre les médicaments. Le guide porte à la fois sur les animaux de compagnie et destinés à la consommation humaine mais aussi sur ceux qui produisent des médicaments. Depuis, l'agence a ouvert une période de 60 jours au cours de laquelle les industriels peuvent livrer leurs commentaires. Les souris de laboratoires, modèles animaux de la recherche, ne sont pas concernées. Identification, caractérisation, process de fabrication, traçabilité sont les critères clés, en plus de la sécurité et de l'efficacité. Outre-Atlantique, les associations de consommateurs ont jugé ce document trop vague. Vague également la légitimité de certaines applications. Des poissons fluorescents pour illuminer votre salon, un chat hypoallergénique pour le câliner sans risque anaphylactique ou tout simplement retrouver la moue irrésistible de votre Médor ou Pinpin adoré… Les techniques de la transgénèse animale le permettent déjà. Et depuis quelques mois, c'est dans nos assiettes que l'on peut déguster une vache Marguerite clonée, aux états-Unis en tout cas. Cet été, autre exemple, Booger a refait apparition sur Terre en cinq exemplaires. Après qu'une société de biotechnologie américaine s'est cassé les dents sur ce projet, la propriétaire de Booger s'est adressée en désespoir de cause à RNL Bio, une société sud-coréenne qui a réussi à le cloner le 28 juillet 2008. En juin, la même compagnie annonçait le clonage d'un chien détecteur-sniffeur de cancers, disponible pour 500000 dollars. Seulement, la technologie de clonage utilisée est protégée par un brevet appartenant à l'Américain Start Licensing et dont BioArts International, un compatriote, possède la licence mondiale. Branle-bas de combat sur le sol américain, les patrons de deux compagnies s'insurgent contre la méthode coréenne qui s'affranchit de tout respect de la propriété intellectuelle. La guerre mondiale des clones est lancée. Les Américains ont promis de brandir toutes les armes juridiques disponibles pour mettre fin à cette spoliation. Ils rappellent que la seule et unique voie légale pour cloner un chien ou un chat est le programme « Best Friends Again ». Seuls les animaux « clone – worthy » méritent
un dédoublement gratuit
Dans un élan de générosité, BioArts a offert la possibilité de cloner gratuitement dans le cadre du programme « Golden Clone Giveaway » l'animal de compagnie d'une famille. Pas n'importe lequel, un “clone-worthy”. L'heureux élu, Trakr, est un chien héros du 11 septembre 2001. Aujourd'hui, ses pattes arrières sont atteintes d'une dégénérescence neurologique associée à l'inhalation de fumée toxique à Ground Zero. Retenez vos larmes, son clone devrait être prêt en juin 2009. Des histoires comme celles-là, il en existe bien d'autres. En effet, la nature n'est pas toujours bien faite. Alors, pour la modique somme de 7950 dollars, la société californienne Allerca livre depuis 2007 des chats soigneusement modifiés pour les rendre hypoallergéniques. Les arguments avancés par la société sèment un trouble : est-ce aux propriétaires d'animaux de se traiter perpétuellement contre des allergies ou n'est-il pas plus judicieux de rectifier l'animal ? Autre coquetterie : les Danio zebrah fish développés par l'américain Glofish. Pourquoi les fonds marins colorés et « glossy » seraient-ils réservés aux plongeurs confirmés ? Pourquoi priver tant de gens de ces superbes créatures, directement dans leur salle de séjour ? Glofish a pensé à ceux-là et commercialise avec l'aval de la FDA ce poisson fluorescent. La France n'est pas en reste. La société francilienne Cryozootech s'est nichée dans un créneau original, celui des chevaux de courses. Ce mois-ci, la société annonce la naissance du clone de Calvaro 5, cheval castré mort en 2003. À partir d'une biopsie et des droits de clonage acquis, la manipulation a abouti début août 2008 à la naissance d'un poulain en bonne santé. Cloné aussi, Gem Twist, un pur-sang trois fois élu « Cheval de l'année », double médaille d'argent au Jeux Olympiques de Séoul, « Meilleur cheval du monde » aux jeux équestres mondiaux de 1990. Réglementer un marché pour circonscrire le sacro-saint droit à la propriété intellectuelle ou s'interroger sur les éventuelles questions éthiques que ces technologies impliquent ? à suivre. Nadia Timizar

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Nanosive planche sur le futur des crèmes solaires

Nanosive planche sur le futur des crèmes solaires

Grâce à une technologie d'encapsulation d'actifs dans des polymères bioadhésifs, la start-up Nanosive entend mettre au point des écrans solaires plus sûrs et écoresponsables, utilisant moins[…]

17/12/2018 | InnovationDermatologie
L'opération New Deal Biotech vise à attirer des porteurs de projets

L'opération New Deal Biotech vise à attirer des porteurs de projets

Des étiquettes moléculaires contre la falsification

Des étiquettes moléculaires contre la falsification

Un microscope lève le voile sur l'intimité des protéines

Un microscope lève le voile sur l'intimité des protéines

Plus d'articles