Nous suivre Industrie Pharma

A Strasbourg, Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,

Dans cet isolateur, les opérateurs réalisent le conditionnement de doses pour les essais cliniques.

© Transgene

Plus de trente ans après sa création, et malgré le retrait de Roche d'un de ses programmes phares, la société strasbourgeoise de biotechnologies estime pouvoir décrocher ses premières AMM en 2015. Des avancées déterminantes sont attendues l'an prochain.

L'année 2012 sera décisive pour Transgene. Créée en 1979, la start-up strasbourgeoise n'a toujours pas mis de médicament sur le marché. Des résultats décisifs d'essais cliniques sont cependant attendus pour l'année prochaine, en vue d'une demande d'AMM pour deux produits à l'horizon 2015. Spécialisé dans l'immunothérapie pour les traitements des cancers et des maladies infectieuses, Transgene attend pour la fin de 2012 des résultats décisifs de phase IIb/III du TG4010. Ce vaccin thérapeutique utilise un vecteur viral MVA porteur de l'antigène MUC1 spécifique des cellules cancéreuses. Il est indiqué en première intention du cancer du poumon avancé non à petites cellules en combinaison avec une chimiothérapie. Depuis mars 2010, Novartis dispose d'une option de licence exclusive pour son développement et sa commercialisation. Des résultats préliminaires sont également attendus pour une phase IIb du JX594/TG6006 indiqué en seconde ligne de traitement de l'hépatocarcinome. Ce produit est un virus oncolytique modifié destiné à détruire les cellules cancéreuses. Il a été apporté dans le pipeline par la société californienne Jennerex dans le cadre d'un partenariat exclusif signé en septembre 2010. En cas de résultats positifs, Transgene prendra la décision d'investir dans un outil de production adapté à l'échelle industrielle. Pour l'heure, le groupe ne dispose que de petites installations pour couvrir la production d'échantillons cliniques. « Il y a peu d'offre de production dans ce domaine des vecteurs viraux, explique Philippe Archinard. Cela nous oblige à réaliser nous-même la production. Mais d'un autre côté, cela sécurise notre technologie et nous apporte de la valeur ajoutée ». Le dirigeant souligne par ailleurs que l'investissement dans une unité de production basée sur l'utilisation de vecteurs viraux est de l'ordre de 40 à 50 M€, sans commune mesure avec les montants à engager pour une unité de production d'anticorps monoclonaux et toute sa batterie d'équipements de purification. Transgene se remet du lourd revers que lui a infligé le groupe Roche en février 2011 avec l'arrêt d'un accord de licence portant sur le TG4001, un autre vaccin thérapeutique contre les lésions précancéreuses du col de l'utérus. Philippe Archinard a précisé que les résultats cliniques n'étaient pas en cause, mais que Roche ne souhaitait pas entrer dans le domaine de la gynécologie. Rappelons que Transgene possède un quatrième produit en phase de développement avancé. Il s'agit du TG4040, un vaccin thérapeutique en phase II dans le traitement de l'hépatite C chronique.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Les chroniques de Gilbert Lippmann - président de Proconseil L'émission Cash Investigation d'Elise Lucet : « Travail : ton univers impitoyable » nous a tous interpellés. Elle évoque notamment les[…]

01/12/2017 | Santé publiqueFILIÈRE
PeptiDream collaborera avec Bayer

PeptiDream collaborera avec Bayer

API : Avista double ses capacités de production au Colorado

API : Avista double ses capacités de production au Colorado

Injectables : Fresenius Kabi investit 100 M$ en Caroline du Nord

Injectables : Fresenius Kabi investit 100 M$ en Caroline du Nord

Plus d'articles