Nous suivre Industrie Pharma

« Tracer un trait d'union avec Lyon »

Le Biopôle accompagne, en Auvergne, les entreprises innovantes en biotechnologie. Il souhaite se positionner comme complémentaire du Grand Lyon. Entretien avec son directeur général, Hervé Prévoteau.

Industrie Pharma : Comment s'orga-nise le Biopôle Clermont-Limagne ?

Hervé Prévoteau : Le Biopôle a été créé en 1995, avec la volonté de lancer dans la région de Clermont-Ferrand une zone dédiée aux activités de biotechnologies au sens large, c'est-à-dire pas uniquement centrée sur les biotechnologies santé. Nous avons conservé cette ligne directrice au fil des ans, notre emplacement géographique stratégique fait que nous sommes très sollicités par les entreprises, mais nous sommes restés orientés, depuis l'origine, biotechnologies. Aujourd'hui, le Biopôle s'organise en 3 zones géographiques : le site d'origine de Saint-Beauzire, qui est spécialisé principalement en chimie verte, chimie fine, biotech santé et medtech ; à Clermont-Ferrand, l'activité est centrée sur la biologie végétale et la microbiologie et à Riom, davantage sur la chimie fine pharmaceutique, la toxicologie et le développement préclinique. Au total, 53 entreprises et 1 500 personnes sont présentes sur le Biopôle.

 

Quels sont les services qu'offre le Biopôle aux entreprises ?

H.P : Nous accompagnons les entreprises de manière globale en réfléchissant sur leur stratégie de développement. Nous partageons notre carnet d'adresses, nous les aidons pour l'obtention de financements et travaillons sur leur visibilité, avec par exemple, la participation à des salons internationaux. D'un point de vue technique, nous proposons des locaux et du foncier mais aussi des matériels, normalement difficiles d'accès pour de jeunes entreprises comme des appareils d'imagerie ou la mise à disposition de réacteurs « pilote ». Pour les équipements mis à disposition, nous ne demandons pas de rétribution financière mais seulement un contrat de maintenance, c'est très avantageux pour les entreprises.

 

À quoi ressemble une entreprise du biopôle ?

H.P : Nous travaillons avec des entreprises très différentes, du projet individuel aux entreprises déjà développées. Nous accompagnons beaucoup de chercheurs et d'ingénieurs qui constituent la plus grande partie des créateurs d'entreprises dans les biotechnologies. Le secteur santé est très représenté, puisqu'environ 40 % des entreprises du Biopôle travaillent pour et par la santé. Ce sont par exemple des entreprises expertes en galénique et formulation ou oeuvrant dans le domaine de la prestation de services pour les industriels de la pharma, dans le dispositif médical ou dans l'analyse des processus industriels. Parmi les réussites présentes sur nos sites, on peut citer notamment Greentech (bio-ingrédients), une société qui est passée de 2 à 150 employés, de l'origine du Biopôle à maintenant.

 

Comment se porte le secteur pharma en Auvergne ?

H.P : Le tissu pharma de la région Auvergne reflète les tendances présentes au niveau mondial : l'industrie pharmaceutique a subi une profonde mutation, est passée d'une approche chimique à une approche biologique avec l'essor des biotechs. Elle s'est ouverte aussi à d'autres domaines que le médicament : diagnostic, biomédical, prévention, e-santé... Il y a également une évolution dans le domaine des biotechs, il y a 15-20 ans, on ne parlait pas des biotechs vertes. Biotech signifiait forcément santé, maintenant, les biotechs se sont ouvertes à de nombreux secteurs, comme l'agroalimentaire qui se rapproche de l'industrie pharma pour développer des produits nutrition-santé, la génétique végétale, animale, etc., qui sont des marchés où la valeur ajoutée est plus faible, mais qui sont des marchés de masse.

 

Comment peut se positionner le Biopôle Clermont-Limagne dans la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes ?

H.P : Nous entretenons de très bons rapports avec les pôles de la métropole du Grand Lyon, ce sont des structures d'excellence dans la santé ; Lyon Biopôle en est le parfait exemple. Nous ne sommes pas en opposition, nous sommes complémentaires. Notre positionnement territorial est davantage orienté prévention, avec des entreprises qui travaillent sur les compléments alimentaires (à l'image de Valbiotis, récemment introduite en Bourse). Nous avons la possibilité de travailler ensemble pour tracer un trait d'union, créer une continuité, dans le domaine de la santé. Nous avons également avec le département de l'Allier, de très vieilles relations qui nous ont permis de constituer une fédération de 3 biosites appelée Arbios qui regroupe le Biopôle Clermont-Limagne, le pôle de Vichy-Hauterive, davantage orienté vers la cosmétique, et le naturopôle nutrition-santé, à Saint-Bonnet-de-Rochefort dans l'Allier.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Fujifilm Irvine Scientific produira aux Pays-Bas

Fujifilm Irvine Scientific produira aux Pays-Bas

Le groupe renforce sa production de milieu de culture pour répondre aux besoins de ses clients européens. Le spécialiste du milieu de culture, a annoncé la construction d’un nouveau site de production à[…]

Bioproduction : «Nous basculons dans un autre métier», déclare Servier

Bioproduction : «Nous basculons dans un autre métier», déclare Servier

Stratégie : Wacker veut peser dans la bioproduction

Stratégie : Wacker veut peser dans la bioproduction

Process : La fermentation passe à la mesure de la biomasse en ligne

Process : La fermentation passe à la mesure de la biomasse en ligne

Plus d'articles