Nous suivre Industrie Pharma

Teva enregistre une baisse de 31 % de son bénéfice

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,
Teva enregistre une baisse de 31 % de son bénéfice

Activités de Teva en % du CA 2012

© Source : Teva

Teva affiche des résultats disparates pour 2012. Alors que le bénéfice net s'est effondré de 31 %, les ventes ont bondi de 11 %.

La rentabilité du laboratoire israélien a sérieusement souffert l'année dernière. Le bénéfice net a chuté de 31 %, à 1,91 milliard de dollars (1,42 Mrd €). Même constat pour le résultat opérationnel qui dégringole de 29 %, à 2,20 Mrds $. Ces résultats en perte de vitesse s'expliquent par des facteurs exceptionnels comme des coûts de restructurations et des dépréciations d'actifs. Mais, pour rassurer ses actionnaires, Teva a décidé de relever de 15 % son dividende. Du côté des ventes, les compteurs sont au vert. Teva a dégagé un chiffre d'affaires de 20,3 Mrds $ l'an dernier, en hausse de 11 %. « Notre franchise générique reste notre activité de base. Nous avons lancé 23 produits génériques aux États-Unis en 2012 et nous anticipons un nombre similaire de lancements en 2013 », explique Jeremy Levin, p-dg du groupe israélien. Cette division compte pour la moitié du chiffre d'affaires 2012 puisqu'elle a généré 10,4 Mrds $ (+2 %) de ventes. Ce chiffre inclut aussi les ventes des ingrédients pharmaceutiques actifs (API) (796 M$, + 7 %). Si la croissance des génériques progresse aux États-Unis et dans certaines régions émergentes comme l'Amérique latine et la Russie, elle recule sur le Vieux Continent et au Canada, impactée par des conditions économiques difficiles, des réformes de santé et des pressions sur les prix. La deuxième branche, dédiée aux médicaments de spécialité, affiche elle, une croissance beaucoup plus dynamique (+ 26 %) avec des ventes qui s'élèvent à 8,15 Mrds $. Elle représente dé-sormais 40 % du chiffre d'affaires total, contre 35 % un an auparavant. Cette progression est notamment due à la pleine intégration de Cephalon, acquis fin 2011 par Teva (CPH n°549). Cela a permis au groupe de mettre la main sur l'anticancéreux Treanda (bendamustine) et les traitements contre la narcolepsie Provigil (modafinil) et Nuvigil (amodafinil) qui ont respectivement généré des ventes de 608 M$, 417 M$ et 347 M$ en 2012.

4 Mrds $ de ventes pour le Copaxone

« Le Copaxone (acétate de glatiramère) continue de dominer le marché de la sclérose en plaque en terme de ventes et de parts de marché », ajoute aussi Jeremy Levin. Ce blockbuster arrive bien en tête des ventes de spécialités du groupe puisqu'il a généré 4 Mrds $ (+ 12 %). Un chiffre qui pourrait cependant flancher, puisque ce médicament pourrait subir la concurrence des génériques dès cette année. En dehors des aires thérapeutiques de l'oncologie et du système nerveux central, Teva est aussi bien implanté sur le marché des produits respiratoires et de la santé féminine. La troisième division du groupe, dédiée aux OTC, a aussi réalisé une belle performance en 2012, avec un chiffre d'affaires de 936 M$ (+ 22 %). Enfin, les ventes des autres activités (distribution, etc.) reculent de 1 %, à 846 M$. Pour l'année à venir, le groupe n'a pas fourni de perspectives précises, mais Jeremy Levin assure qu'il démarre 2013 avec un « portefeuille d'activité solide et organisé ». « Nous avons lancé notre programme de remodelage et nous nous sommes engagés à contrôler nos coûts tout en investissant dans le futur de Teva », a-t-il rappelé. Fin 2012, le groupe avait en effet mis en place un plan de réorganisation de ces activités afin de réduire ses coûts d'1,5 à 2 Mrds $ au cours des cinq prochaines années.

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles