Nous suivre Industrie Pharma

Teva en plein revirement stratégique

Audrey Fréel

TEVA S'ALLIE À LA CORÉE DU SUD

La société israélienne s'est alliée au Coréen Handok Pharma ceuticals pour mettre en place une coentreprise en Corée du Sud, dont elle détiendra 51 % des parts. Ce projet lui permettra de pénétrer le marché pharmaceutique coréen, estimé à 14 milliards de dollars (10,6 M€). Selon les termes de l'accord, Teva sera en charge de la production et de l'approvisionnement d'une large gamme de médicaments. De son côté, Handok se concentrera sur les activités de vente, marketing, distribution et des affaires réglementaires. A.F.

Teva en plein revirement stratégique

Le groupe prévoit d'arrêter 12 programmes de développements de molécules.

© © Teva

LE GROUPE ISRAÉLIEN VA ENGAGER UN PLAN DE RÉDUCTION DES COÛTS COMPRIS ENTRE 1,5 ET 2 MRDS $ POUR ATTÉNUER LA PERTE DE SA RENTABILITÉ ET LE DÉSENGAGEMENT DE SES INVESTISSEURS.

Remodeler profondément la société au cours des prochaines années. C'est la volonté clairement annoncée par Jeremy Levin, p-dg de Teva, lors d'une réunion entre investisseurs le 11 décembre. Elle fait suite à l'annonce de perspectives décevantes pour 2013, qui amèneront à une réduction des coûts de l'ordre d'1,5 à 2 milliards de dollars d'ici à 2017. Pour mener à bien sa réorganisation, Teva va retoucher plusieurs aspects de son fonctionnement actuel. Coutumier des grosses acquisitions (comme le rachat de Cephalon en 2011), Teva se concentrera désormais sur des petites et moyennes acquisitions. Son ancienne stratégie de croissance externe l'a conduit à développer un portefeuille de produits qu'il juge « flou » et « complexe ». En effet, spécialiste des génériques, Teva dispose aussi d'une large gamme de produits d'OTC, ainsi que de médicaments éthiques couvrant diverses aires thérapeutiques : système nerveux central (SNC), respiratoire, santé féminine, oncologie, etc. De fait, Teva prévoit de recentrer son pipeline de spécialités dans le secteur du SNC et du système respiratoire. Il se concentrera aussi sur les « nouvelles entités thérapeutiques » (NTE), qui sont de nouvelles formulations ou combinaisons d'anciens médicaments. En oncologie, santé féminine et pour les produits biologiques, les investissements seront, eux, plus ciblés. La société israélienne poursuivra également son expansion dans les génériques et les produits sans ordonnance, notamment dans les pays émergents. En revanche, elle compte se séparer des actifs qui ne rentrent plus dans « ses activités de base ». Le groupe s'était d'ailleurs désengagé fin septembre de la santé animale, en cédant sa division à Bayer. Le pipeline de molécules en développement ne sera pas non plus épargné. Teva prévoit d'arrêter 12 programmes qui ne sont plus en ligne avec sa nouvelle stratégie. Il possède actuellement 15 médicaments en phase III d'essais cliniques et 13 en phase II. Via ces diverses mesures, le groupe espère regagner la confiance de ses investisseurs et améliorer sa rentabilité pour les années à venir.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Enquête exclusive : 210 sites de production pharmaceutique en France

Enquête exclusive : 210 sites de production pharmaceutique en France

Qui sont ces industriels qui produisent des boites de médicaments en France ? Ou sont-ils implantés ? Que produisent-ils exactement ? Industrie Pharma publie chaque année une enquête sur les sites de production,[…]

01/04/2019 | FaçonnageENTREPRISES
BioMérieux convoite l'Américain BioFire

BioMérieux convoite l'Américain BioFire

Diaxonhit signe avec Boehringer Ingelheim

Diaxonhit signe avec Boehringer Ingelheim

Baxter noue un partenariat avec Coherus

Baxter noue un partenariat avec Coherus

Plus d'articles