Nous suivre Industrie Pharma

Teva en plein revirement stratégique

A.F.

Sujets relatifs :

, ,

Teva acquiert une licence

En ligne avec sa volonté de se muscler dans le secteur du SNC, Teva a conclu un accord exclusif de développement et de licence avec la société canadienne Xenon Pharmaceuticals. Dans ce cadre, le groupe israélien mettra la main sur la molécule XEN402, actuellement en développement clinique pour le traitement de la douleur. Dans ce cadre, Xenon recevra un financement initial de 41 millions de dollars. Il pourrait aussi de percevoir 335 M$ selon le franchissement de certaines étapes.

Remodeler profondément la société au cours des prochaines années. C'est la volonté clairement annoncée par Jeremy Levin, p-dg de Teva, lors d'une réunion entre investisseurs le 11 décembre. Elle fait suite à l'annonce, il y a quelques jours, de perspectives décevantes pour 2013, qui amèneront à une réduction des coûts de l'ordre d'1,5 à 2 milliards de dollars d'ici à 2017 (CPH n°615). Pour mener à bien sa réorganisation, Teva va retoucher plusieurs aspects de son fonctionnement actuel. Coutumier des grosses acquisitions (comme le rachat de Cephalon en 2011, CPH n°549), Teva se concentrera désormais sur des petites et moyennes acquisitions. Son ancienne stratégie de croissance externe l'a conduit à développer un portefeuille de produits qu'il juge « flou » et « complexe ». En effet, spécialiste des génériques, Teva dispose aussi d'une large gamme de produits d'OTC, ainsi que de médicaments éthiques couvrant diverses aires thérapeutiques : système nerveux central (SNC), respiratoire, santé féminine, oncologie, etc. De fait, Teva prévoit de recentrer son pipeline de spécialités dans le secteur du SNC et du système respiratoire. Il se concentrera aussi sur les « nouvelles entités thérapeutiques » (NTE), qui sont de nouvelles formulations ou combinaisons d'anciens médicaments. En oncologie, santé féminine et pour les produits biologiques, les investissements seront, eux, plus ciblés. La société israélienne poursuivra également son expansion dans les génériques et les produits sans ordonnance, notamment dans les pays émergents. En revanche, elle compte se séparer des actifs qui ne rentrent plus dans « ses activités de base ». Le groupe s'était d'ailleurs désengager fin septembre de la santé animale, en cédant sa division à Bayer (CPH n° 606). Le pipeline de molécules en développement ne sera pas non plus épargné. Teva prévoit d'arrêter 12 programmes qui ne sont plus en ligne avec sa nouvelle stratégie. Il possède actuellement 15 médicaments en phase III d'essais cliniques et 13 en phase II. Via ces diverses mesures, le groupe espère regagner la confiance de ses investisseurs et améliorer sa rentabilité pour les années à venir.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles