Nous suivre Industrie Pharma

Teva acquiert l'américain Sicor pour 3,4 Mrds $

Sujets relatifs :

,
Actuellement en discussions pour le rachat de l'américain Savient, le groupe pharmaceutique israélien Teva vient d'annoncer l'acquisition de son concurrent américain Sicor, pour un montant de 3,4 milliards de dollars.
Selon les termes de la transaction, les actionnaires de Sicor recevront pour chaque action Sicor 16,5 $ en cash et 0,1906 action Teva. A l'issue de la transaction, ces derniers détiendront ainsi 7 % du capital de Teva, selon la compagnie. Fait marquant, cette acquisition est par son montant la plus importante jamais réalisée par une société israélienne à l'étranger. Injectables, chimie fine et biogénériques Grâce à cette opération Teva élargit le champ de ses activités dans trois domaines : la mise sous forme pharmaceutique de médicaments génériques injectables (marché sur lequel le groupe fait son entrée), la production de principes actifs chimiques et celle de substances actives d'origine biologique pour biogénériques (génériques de spécialités biopharmaceutiques). Le groupe israélien complètera ainsi sa gamme de médicaments génériques oraux par le portefeuille de produits injectables commercialisés par Sicor, « qui permettra à Teva de bénéficier de marges supérieures à celles des génériques par oraux », selon Adele Schulz, analyste chez Datamonitor : « en 2002, la marge opérationnelle de Sicor s'est ainsi élevée à 34,6 %, contre 20,8 % pour Teva », précise-t-elle. Cette activité représente 77 % du chiffre d'affaires de la compagnie américaine et est assurée par deux entités du groupe. Tout d'abord par Sicor Pharmaceuticals (anciennement GensiaSicor), basée à Irvine (Californie) qui détient 68 ANDA (Abbreviated New Drug Application), dans quatre aires thérapeutiques (anesthésiques, oncologie, antipsychotiques et soins intensifs). Sicor Pharmaceuticals, qui a signé des accords de comarketing avec Faulding Pharmaceuticals et Baxter Healthcare, propose également des services dans le domaine de la production à façon de formes injectables. En plus de Sicor Pharmaceuticals, Sicor dispose d'une autre filiale, Lemery SA, basée à Mexico, qui produits 90 génériques (soins intensifs, antibiotiques et oncologie) à destination des marchés d'Amérique latine, du Moyen-Orient et de l'Europe de l'Est. Pour sa part, Teva dispose de 18 sites de mise sous forme pharmaceutique aux Etats-Unis, en Europe et bien sûr en Israël, représentant une capacité globale annuelle de 18 milliards de formes solides. Sur les 180 M$ d'investissement du groupe en 2002, un tiers ont été consacrés à leur rénovation ou à des augmentations de capacités. Dans le domaine de la production de principes actifs, qui représente 22 % du chiffre d'affaires de Sicor, la compagnie détient deux filiales : Sicor SpA située à Milan (Italie), et Sicor de Mexico, basée à Toluca (Mexique). Sicor SpA produit, par fermentation ou synthèse chimique, 60 principes actifs (corticostéroïdes, anticancéreux, hormones, myorelaxants et antibiotiques) à destination des marchés nord-américain, européen et japonais). De son côté, Sicor de Mexico produit six substances actives par synthèse chimique (anticancéreux et corticostéroïdes) pour les mêmes marchés. Ces actifs devraient compléter ceux de Teva API, filiale de la compagnie spécialisée dans la production de principes actifs. Cette branche fournit non seulement sa maison mère (à hauteur de 31 % de ses besoins), mais également des compagnies tiers. Cette dernière activité a représenté l'an dernier 44 % du chiffre d'affaires de Teva API. Enfin, la troisième activité de Sicor, la production de substances actives d'origine biologique (1 % du chiffre d'affaires du groupe), est conduite à travers la filiale lituanienne Sicor Biotech UAB. Acquise par Sicor en 2001, cette dernière produit notamment, à destination de l'Europe de l'Est et de l'Asie, des protéines recombinantes (hormone de croissance et interféron alpha-2b). Depuis 2000, Sicor Biotech UAB dispose à Vilnius d'une de production cGMP multiproduits, qui utilise la fermentation par culture de cellules de mammifères ou bactériennes. Le site de Vilnius héberge par ailleurs une unité pilote pour le développement de process (et la construction de systèmes d'expression) la production de quantités cliniques, ainsi qu'une unité de scale-up. Biogénériques, une cible stratégique pour Teva Le marché des biogénériques devrait atteindre au niveau mondial les 4 Mrds $ l'an prochain. Il connaîtra une forte croissance dans les prochaines années, avec l'arrivée à échéance des brevets portant sur certains médicaments biopharmaceutiques (voir tableau). En 2005, environ la moitié du marché des spécialités à base de protéines thérapeutiques sera exposé à la concurrence des génériques, d'après les prévisions le cabinet de conseil stratégique Datamonitor ( Source "Therapeutic Proteins : Strategic Market Analysis and Forecasts to 2010" ). Selon Adèle Schulz, cette branche est le principal intérêt de l'opération pour Teva : « les produits biologiques qui perdront leur brevet d'ici à 2006 ont représenté en 2002 plus de 14 Mrds $, ce qui représente une énorme opportunité pour les génériqueurs. Grâce à ses ressources financières, sa réputation dans l'industrie des génériques et sa présence au niveau mondial, Teva est bien placé pour négocier avec les autorités sanitaires dans le cadre du développement d'un biogénérique ». Surtout, Teva accède à des capacités de production de produits biologiques, dont elle ne disposait pas jusqu'alors, même si la compagnie est en négociations pour le rachat Savient Pharmaceuticals (anciennement Bio-Technology General Corporation), également présente dans les biogénériques. Si cette dernière transaction se concrétise, Teva aura ainsi réalisé l'acquisition de deux leaders de ce segment, aux côtés notamment des canadiens Apotex et Cangene, des américains Barr Labs et Ivax, ainsi que de LG Chemicals (Corée du Sud), ou encore de Genemedix (Allemagne). Alors que la compétition dans le segment des génériques dits "de commodités" ne cesse de s'intensifier, « les génériqueurs vont devoir investir le marché des génériques de spécialités (dont font partie les biogénériques, ndlr) s'il veulent continuer à générer de la croissance dans les prochaines années », analyse Adele Schulz. Autre concurrent de taille pour Teva dans le biogénériques, Sandoz (groupe Novartis), qui dispose de capacités de production de composés biopharmacetiques, et qui prévoit de lancer son premier biogénérique, Omnitrope (hormone de croissance), sur le marché américain au premier trimestre 2004.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles