Nous suivre Industrie Pharma

Takeda reprend Nycomed pour 9,6 Mrds €

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Takeda reprend Nycomed pour 9,6 Mrds €

Les ventes de Nycomed* par régions, en % du CA 2010

© Source : Takeda

Les rumeurs se sont confirmées. Pour 9,6 milliards d'euros, le leader pharmaceutique japonais reprendra le Suisse Nycomed. Ce qui permettra d'emblée à Takeda de plus que doubler ses ventes en Europe et de littéralement décupler son chiffre d'affaires dans les zones émergentes.

C'est plus qu'envisagé. Estimé ces dernières semaines à un peu moins de 9 milliards d'euros (CPH n°550), le montant de l'opération se porte finalement à 9,6 Mrds €. Ce qui en fait l'une des plus importantes acquisitions jamais entreprise par un groupe japonais sur un concurrent étranger, et la plus grande transaction de l'histoire de Takeda. Jusqu'alors, le leader japonais n'avait jamais dépassé la barre des 8,8 Mrds $ déboursés pour reprendre l'Américain Millenium Pharmaceuticals en 2008 (CPH n°419). C'est dire si Nycomed revêt une importance stratégique. Le prix offert représente plus de trois fois le chiffre d'affaires du laboratoire suisse en 2010 (3,17 Mrds €). Techniquement, le chiffre d'affaires repris par Takeda est même moindre, à seulement 2,84 Mrds €, puisque la transaction exclut la division Nycomed US, une filiale exclusivement américaine et concentrée sur des produits dermatologiques. Cette entité continuera d'évoluer avec les actionnaires historiques de Nycomed. A savoir principalement les fonds d'investissement Nordic Capital (41,2 %), DLJ Merchant Banking (25,6 %), Coller International Partners (9,7 %) et Avista (8,9 %), qui seront les heureux bénéficiaires du gros chèque de Takeda. L'acquisition, qui comprend la reprise de la dette nette de Nycomed, devrait être bouclée avant fin septembre.

Pressé par les pertes de brevet de plusieurs de ses grands médicaments, Takeda se devait de réagir rapidement pour renouveler ses relais de croissance. Dans cette optique, Nycomed dispose de jolis atouts. Avec 39 % de ses ventes générés dans les pays émergents, et une perspective de 60 % à l'horizon 2015, Nycomed se pose comme un formidable potentiel de croissance pour Takeda dans ces régions que n'avait pas privilégiées jusque-là le laboratoire japonais. L'acquisition lui offrira donc une « présence forte immédiate », reconnaît Yasuchika Hasegawa, président et p-dg de Takeda. En cumulant les résultats 2010, le chiffre d'affaires 2010 du groupe pour la zone Russie, Chine, Brésil, Turquie, Corée du Sud, Mexique et Argentine bondirait ainsi de 17,8 à 142,6 Mrds de yens (de 152 M€ à 1,22 Mrd €). De quoi saliver. D'autant plus que ces zones devraient bénéficier de croissances annuelles de 10 % à 22 % ces cinq prochaines années. L'avantage de Nycomed réside aussi dans son positionnement en Europe, qui représente 48 % de son périmètre. Takeda pourrait d'emblée plus que doubler ses ventes européennes en passant de 112,9 à 269,2 Mrds ¥. En 2015, le laboratoire nippon prévoit qu'il disposera ainsi d'un véritable équilibre entre ses ventes régionales. Les parts de l'Amérique du Nord et du Japon passeraient respectivement de 42 à 23 %, et de 40 à 35 %, tandis que l'Europe passerait de 15 à 21 % et que la part Asie et pays émergents bondirait de 3 à 21 %.

Côté produits, Takeda trouve aussi avec Nycomed de quoi renforcer son portefeuille dans les domaines de la gastro- entérologie, des maladies respiratoires, des pathologies inflammatoires, ou encore de l'ostéoporose avec majoritairement des médicaments de prescriptions mais aussi des produits OTC. Le laboratoire suisse dispose également d'un produit innovant, Daxas (roflumilast), un traitement « first-in-class » pour la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) tout juste approuvé aux États-Unis et qui viendrait se positionner sur un marché mondial de la BPCO et de l'asthme estimé à 24,9 Mrds € en 2009 selon IMS Health.

Enfin, Nycomed permettra à Takeda de reprendre de l'envergure sur l'échiquier mondial de la big pharma. Le laboratoire japonais estime qu'il passerait de la place de n°16 à celle de n°12. En Europe, il bondirait de la 29e à la 18e place des plus grands laboratoires, et se positionnerait comme n°14 dans les marchés émergents.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles