Nous suivre Industrie Pharma

Takeda reprend le Brésilien Multilab

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,
Takeda reprend le Brésilien Multilab

Ventes de Takeda par régions en 2011

© Source : Takeda

Le laboratoire japonais multiplie les opérations de croissance externe. Il vient de signer un accord pour mettre la main sur le Brésilien Multilab pour environ 200 millions d'euros.

Takeda a décidément soif d'acquisitions. Il vient d'amorcer sa troisième opération de croissance externe en l'espace de quelques mois. Cette fois, le laboratoire japonais a jeté son dévolu sur la société brésilienne Multilab Indústria e Comércio de Produtos Farmacêuticos. Un accord a été signé entre les deux groupes concernant la reprise de Multilab par la filiale brésilienne Takeda Farmacêutica Brasil. L'opération devrait être conclue d'ici septembre. Le groupe japonais déboursera 500 millions de reals (200,3 M€) et pourrait mettre sur la table 40 millions de reals supplémentaires en tant que paiements d'étape. L'offre est de taille pour Multilab, dont les ventes se sont élevées à 140 millions de reals en 2011. Son chiffre d'affaires affiche une croissance de 20 % depuis 2009, pour un effectif actuel d'environ 650 salariés. Le laboratoire dispose d'un siège social et d'un complexe de production à São Jerônimo, dans l'État de Rio Grande do Sul. Spécialisé dans les médicaments génériques et les produits OTC, Multilab commercialise notamment Multigrip, un médicament sans ordonnance phare au Brésil, utilisé pour soigner les rhumes et grippes. Cette reprise permettrait à Takeda d'intégrer le top 10 des sociétés pharmaceutiques brésiliennes et d'étoffer son portefeuille dans ce pays. Actuellement, le groupe nippon vend des produits sous ordonnance ainsi que des OTC au Brésil, comme l'analgésique Neosaldina, le médicament pour la digestion Eparema ou encore l'antibactérien Nebacetin. « Cette acquisition renforce significativement la position de Takeda au Brésil, qui est la sixième zone économique mondiale, et la plus grande en Amérique du Sud », se réjouit Jostein Davidson, responsable des opérations commerciales pour les marchés émergents de la société japonaise. « Le Brésil est notre deuxième plus grand marché émergent, juste après la Russie en terme de ventes et l'acquisition de Multilab signale clairement notre intention de devenir un acteur significatif à la fois au Brésil et dans les autres marchés à forte croissance », ajoute-t-il. Pourtant, ce pays reste encore très minoritaire dans les ventes du groupe. Les Amériques, hors États-Unis, ont représenté 1 % du chiffre d'affaires total, à 13 milliards de yens (132,7 M€, voir graphe). En dehors du Brésil, sur le continent américain Takeda est aussi implanté au Canada et au Mexique (R&D et commercialisation), ainsi qu'aux États-Unis. Il avait d'ailleurs récemment renforcé sa présence dans cette zone, via la reprise de l'Américain URL Pharma en avril (CPH n°589) pour 800 M$ (645,1 M€). En 2011, Takeda avait aussi signé l'une des plus grandes opérations de rachat de l'année dans le secteur pharmaceutique, mais cette fois-ci sur le Vieux Continent. Il s'était emparé du Suisse Nycomed en mai 2011 pour la colossale somme de 9,6 Mrds € (CPH n°551). Une stratégie de croissance externe qui vise à regonfler ses ventes américaines et européennes, en perte de vitesse l'an dernier, tout en continuant d'étendre ses ventes hors Japon.

 

« Le Brésil est notre deuxième plus grand marché émergent »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles