Nous suivre Industrie Pharma

Takeda rachète Nycomed

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

DES LICENCIEMENTS EN FRANCE

Le groupe japonais a décidé de considérablement réduire ses effectifs en France. Selon Les Echos, Takeda France envisage de réduire de 39 % les postes dans l'Hexagone, soit 195 postes sur 490 employés. 55 postes seraient en réalité vacants, ce qui limiterait les licenciements secs à 140. Avec un chiffre d'affaires de 222 millions d'euros générés sur l'exercice 2009-2010 (clos le 31 mars), la filiale France du laboratoire japonais aurait vu ses ventes reculer de 30 % en quatre ans.

LE LABORATOIRE JAPONAIS VA SIGNER LE PLUS GROS CHÈQUE DE SON HISTOIRE. EN ÉCHANGE, IL VA DÉCUPLER SON CHIFFRE D'AFFAIRES ET ENRICHIR SON PORTEFEUILLE EN PRODUITS INNOVANTS.

Les rumeurs se sont confirmées. Pour 9,6 milliards d'euros, le leader pharmaceutique japonais reprendra le Suisse Nycomed. Ce qui permettra d'emblée à Takeda de plus que doubler ses ventes en Europe et de littéralement décupler son chiffre d'affaires dans les zones émergentes.

Estimé ces dernières semaines à un peu moins de 9 milliards d'euros, le montant de l'opération se porte finalement à 9,6 Mrds €. Ce qui en fait l'une des plus importantes acquisitions jamais entreprises par un groupe japonais sur un concurrent étranger, et la plus grande transaction de l'histoire de Takeda. Le prix offert représente plus de trois fois le chiffre d'affaires du laboratoire suisse en 2010 (3,17 Mrds €). Les heureux bénéficiaires du gros chèque de Takeda seront les actionnaires historiques de Nycomed. A savoir principalement les fonds d'investissement Nordic Capital (41,2 %), DLJ Merchant Banking (25,6 %), Coller International Partners (9,7 %) et Avista (8,9 %). L'acquisition, qui comprend la reprise de la dette nette de Nycomed, devrait être bouclée avant fin septembre. Pressé par les pertes de brevet de plusieurs de ses grands médicaments, Takeda se devait de réagir rapidement pour renouveler ses relais de croissance. Dans cette optique, Nycomed dispose de jolis atouts. Avec 39 % de ses ventes générés dans les pays émergents, et une perspective de 60 % à l'horizon 2015, Nycomed se pose comme un formidable potentiel de croissance pour Takeda. L'avantage de Nycomed réside aussi dans son positionnement en Europe, qui représente 48 % de son périmètre. Takeda pourrait d'emblée plus que doubler ses ventes européennes. Côté produits, Takeda trouve aussi avec Nycomed de quoi renforcer son portefeuille dans les domaines de la gastro-entérologie, des maladies respiratoires, des pathologies inflammatoires, ou encore de l'ostéoporose avec majoritairement des médicaments de prescription, mais aussi des produits OTC. Le laboratoire suisse dispose également d'un produit innovant, Daxas (roflumilast), un traitement « first-in-class » pour la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), tout juste approuvé aux États-Unis.

Enfin, Takeda reprendra de l'envergure sur l'échiquier mondial. Le laboratoire japonais estime qu'il passerait de la place de n°16 à celle de n°12. En Europe, il bondirait de la 29e à la 18e place des plus grands laboratoires, et se positionnerait comme n°14 dans les marchés émergents.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

DBV Technologies bouleverse son organigramme

DBV Technologies bouleverse son organigramme

La biotech française DBV Technologies a nommé Michel de Rosen en tant que président non-exécutif. Il succède au Dr Pierre-Henri Benhamou, cofondateur de DBV Technologies. Michel de Rosen siège au conseil[…]

11/03/2019 | StratégieImmunologie
MedImmune s'efface au sein d'AstraZeneca

MedImmune s'efface au sein d'AstraZeneca

Pfizer condamne deux sites en Inde

Pfizer condamne deux sites en Inde

Boehringer Ingelheim pourrait supprimer 327 postes en France

Boehringer Ingelheim pourrait supprimer 327 postes en France

Plus d'articles