Nous suivre Industrie Pharma

Takeda prêt à reprendre Nycomed ?

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

En juin prochain, Takeda fêtera ses 230 ans. D'abord distributeur dès 1781, le leader pharmaceutique japonais a commencé à importer des médicaments venus de l'Occident en 1871 mais aura attendu 1962 pour mettre réellement un pied en dehors de l'archipel. D'abord dans le sud-est asiatique, avant de s'établir en Europe, via la France, seulement en 1978. Ces trente dernières années, le laboratoire japonais a tissé une large toile sur le globe d'abord par croissance organique, puis par une croissance externe plus agressive dans les années 2000. Jusqu'à la gigantesque acquisition de Millenium Pharmaceuticals pour 8,8 Mrds $ en 2008. Le géant nippon de la pharmacie pourrait se lancer dans une opération encore plus importante en annonçant l'acquisition du Suisse Nycomed pour près de 1 000 milliards de yens, environ 8,7 Mrds €. Ces fuites relayées par Bloomberg et la presse japonaise n'ont été confirmées ni par Takeda, ni par Nordic Capital, l'actionnaire majoritaire de Nycomed. Mais les négociations seraient à un stade avancé.

Malgré 230 ans d'expérience, ces dix dernières années auront probablement été les plus agitées de l'histoire de Takeda en raison du bouleversement du marché pharmaceutique mondial. Comme la plupart de ses compatriotes, le laboratoire japonais s'est réveillé un peu tard pour s'assurer des bases puissantes à l'étranger. Et, à l'instar de tous les grands de la pharma, pour renouveler suffisamment son portefeuille et s'ouvrir aux biotechnologies. Confronté à de nombreuses pertes de brevets, Takeda fait aujourd'hui face à des réalités économiques difficiles. Le chiffre d'affaires de son dernier exercice annuel clos le 31 mars fait état d'une baisse de 3,2 %, à 1 419 Mrds ¥. Si le groupe espère une croissance l'an prochain, il table déjà sur de plus forts reculs pour les deux exercices suivants, jusqu'à seulement 1 260 Mrds ¥ en 2013. Niveau rentabilité, c'est encore plus sensible. Le résultat d'exploitation a chuté de 12,6 % en un an (367 Mrds ¥), et le bénéfice net de 16,8 % (248 Mrds ¥). A l'horizon 2013, Takeda prévoit déjà que ces chiffres se réduisent respectivement à 240 et 160 Mrds ¥. Déjà, de larges plans de restructuration ont été engagés : 10 % des effectifs annoncés l'an dernier. En France, 39 % des effectifs pourraient disparaître (CPH n°549). Mais au-delà de seulement réduire les coûts, Takeda planche d'arrache-pied sur de nouveaux relais de croissance. S'il compte sur la force de son pipeline, son plan stratégique 2011-2013 souligne l'urgence de passer d'un mix de produits matures et de blockbusters à un modèle d'une gamme de produits plus diversifiés, plus spécialisés, et plus innovants. La seconde urgence est de fortement investir dans les marchés émergents. C'est là où Nycomed est une cible alléchante. Classé dans le top 30 de la pharmacie mondiale, le laboratoire suisse dispose des deux atouts: un mix produit étendu (gastro-entérologie, maladies respiratoires, maladies inflammatoires, ostéoporose... ), et surtout une très forte présence dans les pays émergents où il a généré 39 % de son chiffre d'affaires 2010 (3,17 Mrds €). En 2015, le groupe prévoit même d'atteindre 60 % ! Fortement positionné sur le marché russe (où il construit d'ailleurs une usine) et ses satellites (ex-CEI), Nycomed recense le Brésil comme n°2 de son périmètre Marchés émergents. Il s'est aussi renforcé l'an dernier en Inde via une coentreprise avec Zydus Cadila et a pris le contrôle du Chinois Techpool Bio-Pharma, deux opérations qui lui offrent des bases de production sur ses marchés. L'acquisition est forcément alléchante. 

« L'urgence d'investir dans les marchés émergents »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le projet est aussi ambitieux et risqué que les premiers pas sur la lune. Pourtant, Covid Moonshot a les pieds sur terre et vise à trouver des antiviraux capables de lutter contre la pandémie de Covid-19. Il faut bien se[…]

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

Plus d'articles