Nous suivre Industrie Pharma

Substances végétales : Indena investit 17 millions d'euros dans la production

Sujets relatifs :

,
La société italienne Indena, spécialisée dans la découverte et la production de substances actives d'origine végétale, compte investir cette année près de 17 millions d'euros dans l'extension de ses capacités de production en France, en Inde et en Italie
Dans l'Hexagone, le groupe va ainsi mettre en place une nouvelle unité d'extraction et de purification d'extraits végétaux sur son site de Tours (Indre-et-Loire). Ce dernier, deuxième plus important du groupe après celui de Setalla en Italie, emploie actuellement 130 personnes et a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 33 M€ . Il produit notamment des extraits de pépins de raisin, utilisés comme compléments alimentaires dans le traitement des troubles de la circulation, ainsi que des extraits de Ginkgo biloba utilisés dans les troubles de la mémoire. En Italie, une ligne de production de molécules cytotoxiques à usage pharmaceutique devrait être démarrée début juillet au sein de l'usine de Settala, alors qu'à Milan, sur le site de la filiale Bernett, les capacités de production d'extraits végétaux seront accrues. Enfin, à Bangalore en Inde, Indena doit comme en France installer une nouvelle ligne d'extraction et de purification. Le groupe continue ainsi de maintenir un effort constant sur son appareil de production. « Nous investissons chaque année environ 10 % de notre chiffre d'affaires dans ce domaine afin de conserver notre position dans l'industrialisation des substances naturelles », commente Christian Artaria, directeur Marketing d'Indena. Un programme rendu nécessaire par la forte croissance de l'activité du groupe ces dernières années. Ainsi, en 2005, son chiffre d'affaires a progressé de 19 % pour atteindre 170 M€ , pour un bénéfice avant impôts qui a quasiment triplé pour s'établir à 23,9 M€ (8,35 M€ en 2004). Quant à sa marge opérationnelle, elle est passée de 5,9 M€ en 2004 à plus de 25 Mh en 2005. « Une part significative de cette croissance provient de notre filiale française, qui représente actuellement 15 % de notre chiffre d'affaires total, souligne le dirigeant. L'Hexagone est notre deuxième plus important marché derrière les États-Unis, qui génèrent 30 % de nos ventes, et nous comptons soutenir cette dynamique avec l'introduction de nouvelles molécules pharmaceutiques innovantes en développement, quelques génériques, ainsi que de nouvelles substances dans le domaine de la neutraceutique », ajoute-t-il. Deux accords de licence sur des molécules innovantes attendus en 2006 Indena, qui réalise 65 % de ses ventes dans le secteur pharmaceutique, contre 30 % dans les compléments alimentaires et 5 % dans la cosmétique, compte ainsi signer cette année des accords de licence pour deux de ses molécules qui viennent de sortir des essais cliniques. Des molécules qui sont toutes hémisynthétiques: les substances candidates du groupe sont issues de structures chimiques naturelles modifiées pour en améliorer l'efficacité thérapeutique ou leur conférer de nouvelles activités. La première, IDN 5404, est un dimère de thiocolchicine sélectionné pour son action sur les tumeurs résistantes au cisplatine et au topotecan. Quant à la seconde, IDN 5243, c'est un relaxant musculaire destiné au traitement des douleurs musculosquelettiques. Principalement axé sur l'oncologie et notamment sur les taxanes – Indena est l'un des principaux producteurs mondiaux de paclitaxel –, le groupe investit chaque année environ 10 % de ses revenus dans la R&D. L'autre moteur de la croissance du groupe est l'Asie. Au-delà de sa présence au Japon, qui représente 8 % de ses ventes et qui a enregistré une forte progression dans le domaine de la neutraceutique, Indena mise également sur son développement en Chine, où il va prochainement ouvrir une représentation commerciale.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles