Nous suivre Industrie Pharma

Stratégie:BMS prépare la mise en Bourse de Mead Johnson

Sujets relatifs :

,
Bristol-Myers Squibb, en quête d'une solution pour sa filiale spécialisée dans le lait en poudre pour bébé Mead Johnson (CPH n°417), envisage de l'introduire en Bourse selon Les Échos. Le groupe américain prévoit de vendre au public entre 10 et 20 % maximum du capital de sa filiale, dont la valeur est estimée entre 7 et 9 milliards de dollars (4,5 à 5,8 Mrds?), tout en en conservant le solde. Selon BMS, cette mise en Bourse permettra à Mead Johnson de poursuivre son développement, tout en augmentant la valeur pour les actionnaires et en assurant une contribution financière importante à sa maison mère. La finalisation de l'opération dépend d'un certain nombre de facteurs, dont les conditions de marché, fortement dégradées en raison de la crise américaine des subprimes. Le groupe pharmaceutique indique avoir étudié plusieurs options stratégiques avant de prendre sa décision. En mars dernier, le Financial Times avait indiqué que BMS avait approché de façon informelle les groupes agroalimentaires PepsiCo, Danone, Nestlé, Kraft et Heinz pour s'enquérir de leur éventuel intérêt. Selon le même journal, d'autres discussions, informelles également, auraient été menées avec des concurrents pharmaceutiques de BMS ayant des activités alimentaires, notamment Johnson & Johnson, GSK et Novartis. Mead Johnson produit notamment la marque Enfamil, l'une des plus vendues aux États-Unis. Un bénéfice net en baisse de 4,2 % Parallèlement à cette information, le groupe publie ses résultats trimestriels. Il a vu son bénéfice reculer de 4,2 % au premier trimestre, à 661 M$ (423,8 M?). Un repli imputable aux charges de restructuration et à une imposition plus forte, malgré une importante hausse de ses ventes tirées par l'anticoagulant Plavix (clopidogrel bisulfate), en hausse de 39 %, et par le traitement de la schizophrénie et de la dépression Abilify (aripiprazole), en croissance de 24 %. Toutefois, le bénéfice hors exceptionnels a progressé à 42 cents par action, un montant un peu supérieur aux 41 cents attendus par les analystes. Le chiffre d'affaires a grimpé de 20 % à 5,18 Mrds $ (3,32 Mrds?), là aussi légèrement au-dessus des 5,12 Mrds $ attendus. Rappelons qu'au premier trimestre 2007, les ventes avaient été affectées par l'arrivée d'un générique du Plavix, interdit depuis. Aujourd'hui, le groupe réaffirme sa prévision d'un bénéfice par action, hors exceptionnels, de 1,60 à 1,70 dollar en 2008.J.B.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles