Nous suivre Industrie Pharma

Sous-traitance analytique : Un marché en évolution, toujours dynamique

À l'image du secteur de l'industrie pharmaceutique, le marché français de la sous-traitance analytique est en pleine mutation. En parallèle, l'augmentation globale des demandes lui assure une belle croissance.

Il peut sans hésitation être qualifié de très dynamique. Le marché français de la sous-traitance analytique poursuit sur sa lancée, affichant une croissance plus que confortable portée par les grandes tendances de l'industrie du médicament et du dispositif médical (DM). « Le fil conducteur demeure la mutation progressive vers les médicaments biologiques avec une juxtaposition de laboratoires pharmaceutiques « classiques » et l'émergence de nouveaux besoins liés aux médicaments issus des biotechnologies », indique Paul Beyou, directeur de l'activité SGS Life Science Services. Au global, s'il y a davantage de sollicitations, le marché offre aussi moins de visibilité qu'il y a quatre ou cinq ans. Le mouvement de désindustrialisation qui touche le secteur pharmaceutique français entraîne une baisse des investissements. Stéphanie Burger-Prin est directrice marketing et commerciale chez Cebiphar, prestataire de l'industrie pharmaceutique spécialisé en analytique et en affaires technico-réglementaires. Elle analyse : « Ce que nous observons côté clients, c'est un renforcement de la sous-traitance. En poussant l'analyse, on voit un changement d'équilibrage dans la ventilation entre les projets sur des produits en développement et les besoins post-AMM. Sur les premiers, il y a plus de prudence, alors que les seconds sont plus nombreux et répondent à des problématiques multiples. » Cebiphar a adopté un positionnement de niche très spécifique, afin de se différencier des CDMO et des autres grands groupes, « en misant sur une expertise analytiques pointue, la complémentarité réglementaire, la mise en place de nouveaux services en lien avec la législation, des formations et des missions sur sites », poursuit-elle. « Dans la continuité de l'évolution du marché pharmaceutique, il y a de plus en plus de développement de grosses molécules », ajoute Gautier Decock, managing director France/Belgique/Pays-Bas dans le groupe Eurofins BioPharma Product Testing, qui connaît une croissance organique à deux chiffres. Gautier Decock complète : « Nous sommes en croissance sur l'ensemble de nos secteurs d'activité, tirés par la demande sur les grosses molécules avec un besoin analytique croissant en développement clinique. »

 

Un besoin d'expertise

 

Le laboratoire Icare intervient dans le domaine de la prestation de services dans les secteurs de l'industrie pharmaceutique et du DM. « Il y a beaucoup moins de projets de validation et de qualification, relève également Christian Poinsot, président et directeur scientifique d'Icare. Cette baisse est cependant compensée par l'augmentation des exigences en termes de qualification sur les projets que nous menons effectivement à bien. » « Nos clients adoptent plusieurs stratégies, rapporte pour sa part Stéphanie Burger-Prin. Certains font le choix d'externaliser de plus en plus. D'autres ont recours à la mise à disposition de ressources sur leurs sites. En conséquence, on observe une montée en puissance du rôle du service achat, qui devient incontournable. Concernant le contrôle qualité, le paysage est également quelque peu différent : au-delà des demandes classiques pour des analyses de lots en routine, les clients s'adressent à nous pour des demandes qu'ils ne veulent ou ne peuvent pas réaliser en interne (microbiologie, solvants résiduels), et surtout lorsqu'ils ont besoin d'expertise pointue et d'analyses spécialisées d'investigations de problèmes techniques ou de qualité (« troubleshooting ») ». Autre facteur qui impacte largement le marché : le renforcement des contrôles en Europe. Christian Poinsot constate : « Naturellement, les exigences sont de plus en plus élevées au niveau réglementaire. Et ces exigences se reportent sur les exécutants. » « En ce qui concerne l'actualité réglementaire, elle est si riche que le donneur d'ordre a du mal à l'implémenter au sein de son organisation, observe Paul Beyou (SGS Life Science Services). De notre côté, nous nous devons de nous aligner sur eux sur le sujet, pour ne pas risquer le schisme. »

 

Des stratégies de croissance

 

En regard, les prestataires font donc évoluer leurs stratégies. SGS a inauguré en juillet 2015 un nouveau site à Villeneuve-la-Garenne. « Le redimensionnement et la nouvelle conception du site ont été pensés en intégrant à la fois les équipes internes mais également les besoins de nos clients, précise Paul Beyou. Cette relation de confiance a permis un design moderne, respectant les exigences réglementaires et le bien-être au travail et associant optimisation des flux et développement de nouveaux services. » Le résultat est probant ; l'activité France contribue ainsi à la croissance de la division Life Sciences Services de SGS et enregistre une solide croissance. De son côté, Icare a amorcé le virage vers une stratégie afin d'acquérir une dimension plus internationale, il y a environ cinq ans. En témoigne l'implantation d'une filiale au Brésil depuis un an et demi. « Notre concurrence est désormais internationale, témoigne Christian Poinsot. Nous sommes par exemple concurrencés par des laboratoires américains, belges ou suisses. » Eurofins, lui, s'est aussi développé à travers le monde, ces dernières années, multipliant les acquisitions. Le groupe néerlandais Sinensis Life Sciences a ainsi rejoint son giron, début 2016, tout comme Ams Laboratories en Australie, en mars 2016. « Nous avons actuellement 24 laboratoires GMP dans le monde, ajoute Gautier Decock. D'une part, nous avons voulu une présence internationale. D'autre part, nous avons développé une offre la plus complète possible afin d'accompagner au mieux nos clients. » Par ailleurs, le groupe s'est positionné dans le domaine de la recherche clinique en acquérant Bio-Access et Biomnis en 2015. D'autres acquisitions sont à venir. Au-delà de sa croissance externe, Eurofins continue à investir au sein de ses laboratoires existants afin de développer sa plate-forme technologique. « Nous souhaitons proposer une offre complète au niveau de l'industrie de la pharmacie, dit Gautier Decock. Nous accompagnons nos clients sur l'ensemble des étapes du développement pharmaceutique, de l'« early discovery » au développement pré-clinique et au développement clinique. » Flexible et réactif, le marché de la sous-traitance analytique a, pour le moment, toutes les armes pour poursuivre sur sa belle lancée.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Une solution simple et accessible pour la vision

Une solution simple et accessible pour la vision

L'entreprise italienne Datalogic lance le Smart VS. Une solution de contrôle des emballages qui embarque de l'intelligence artificielle et se positionne sur un segment d'équipement simple et facile à configurer.[…]

01/07/2020 | FournisseursTECHNOLOGIE
Air Liquide forme un consortium pour la fabrication de respirateurs

Air Liquide forme un consortium pour la fabrication de respirateurs

Covid-19 : Amyris propose son squalène en adjuvant pour les vaccins

Covid-19 : Amyris propose son squalène en adjuvant pour les vaccins

Emballage : Le site de Clariant à Romorantin est repris par un fonds

Emballage : Le site de Clariant à Romorantin est repris par un fonds

Plus d'articles