Nous suivre Industrie Pharma

Shire accepte l’offre d’AbbVie

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

Après plus de deux mois d’âpres négociations (CPH n°681), l’Américain AbbVie a enfin réussi à convaincre le laboratoire d’origine britannique Shire, basé à Dublin (Irlande).

Les conseils d’administration des deux groupes ont signé le 18 juillet un accord concernant le rachat de Shire par AbbVie. Datée du 13 juillet, la dernière offre du groupe américain s’élève à 53,19 livres par action, ce qui valorise le laboratoire irlandais à 32 Mrds £ (40,5 Mrds €, CPH n°684). La proposition comprend 24,4 £ en numéraire et 0,896 action Abbvie pour chaque action de Shire. Ce qui confèrerait aux actionnaires du groupe irlandais 25 % du nouvel ensemble. Elle représente une prime de 53 % par rapport à la valeur du titre de Shire le 2 mai, juste avant la première offre d’AbbVie. Les deux groupes espèrent boucler cette opération au quatrième trimestre 2014. Elle doit encore obtenir l’aval des actionnaires d’AbbVie et de Shire ainsi que les approbations légales et réglementaires habituelles.

« En combinant AbbVie et Shire, nous créons une société biopharmaceutique unique et diversifiée. La société fusionnée bénéficiera d’une plateforme de développement de produits de première classe, d’un robuste pipeline et de capacités de R&D renforcées », s’est réjouit Richard Gonzalez, p-dg d’AbbVie. Le nouvel ensemble devrait occuper une place de leader dans plusieurs domaines, notamment l’immunologie, les maladies gastro-intestinales, les neurosciences, les maladies du foie, la virologie, l’oncologie ou encore les maladies rares. Il exploitera 14 usines de production réparties aux quatre coins du globe et 9 centres de R&D. Son effectif s’élèvera à plus de 30 000 salariés et sa capitalisation boursière à 137 Mrds $.

Shire présente une cible alléchante pour AbbVie puisque le groupe avait récemment dévoilé des perspectives de croissance prometteuses, avec un doublement de ses ventes prévu à l’horizon 2020 (CPH n°681). De 5 Mrds $ l’an dernier, son chiffre d’affaires devrait atteindre 10 Mrds $ dans six ans. De son côté, AbbVie, société formée en 2013 à partir de l’ancienne division purement pharmaceutique d’Abbott (CPH n°618), a dégagé des ventes de 19 Mrds $ l’an dernier. Mais près de 60 % de son chiffre d’affaires est généré par son traitement contre l’arthrite juvénile et les rhumatismes Humira (adalimumab), dont le brevet expire en 2016. « En lui permettant de diversifier son offre, l’acquisition de Shire va  rassurer les investisseurs quant à une trop forte dépendance vis-à-vis de l’Humira », a expliqué dans une note d’analyse Barclays, cité par l’AFP.

Le rachat de Shire présente aussi un intérêt fiscal pour AbbVie. La société fusionnée sera en effet opérée par une nouvelle holding nommée New AbbVie. Celle-ci sera incorporée sur l’île anglo-normande de Jersey et sera domiciliée fiscalement au Royaume-Uni. Elle conservera cependant son siège social à Chicago (Illinois). Ce qui permettrait à AbbVie de réduire son taux d’impôt effectif à 13 % d’ici à 2016, contre environ 22 % actuellement. Cette démarche rappelle celle d’autres laboratoires américains, comme Pfizer qui avait tenté de se domicilier fiscalement au Royaume-Uni via le rachat d’AstraZeneca, sans succès (CPH n°675 et 678). De la même façon, les Américains Salix et Mylan devraient prochainement se domicilier fiscalement en Irlande et aux Pays-Bas en acquérant respectivement Cosmo Technologies et les actifs non américains d’Abbott (CPH n°683 et 684).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles