Nous suivre Industrie Pharma

SGS s'intègre dans la caractérisation de protéines

À FRIBOURG, SYLVIE LATIEULE

Howard Morris fondateur de M-Scan

Pourquoi avoir choisi de céder votre société au groupe SGS ?

M-Scan a été créé en 1979 sur la base de mes travaux à l'Imperial College de Londres. Au fil des années, j'ai été contacté par de très nombreuses sociétés, mais les propositions n'avaient jamais répondu à nos attentes. SGS est une très grosse organisation internationale, mais elle avait besoin de notre expertise pour créer des synergies avec ses propres activités. Toute l'équipe de direction de M-Scan est convaincue qu'il y aura des synergies importantes à attendre de la réunion des offres de service des deux organisations.

Ne craignez-vous pas que M-Scan se trouve diluée dans SGS ?

SGS a prévu de conserver les implantations de M-Scan, ainsi que le nom de la société. D'un point de vue business, M-Scan pourra bénéficier de la force de ventes de SGS qui contribuera à son développement. C'est une bonne maison pour offrir un futur aux équipes de M-Scan sachant que je ne pouvais pas poursuivre mes activités éternellement.

Où se situe votre plus forte expertise ?

C'est incontestablement dans la caractérisation de protéines et de glycoprotéines. Toutes les protéines sont différentes et cela demande beaucoup d'expertise et de lourds investissements en équipements analytiques pour parvenir à élucider leurs structures. Nous travaillons aussi depuis quelques années sur les anticorps monoclonaux. Ces types de molécules ont la particularité d'être de très grandes dimensions, de l'ordre de 150 000 daltons, ce qui correspond à des structures à 20 000 atomes. L'augmentation de taille accroît considérablement le degré de complexité. Nous sommes parmi les sociétés qui possèdent le plus d'expérience dans ce domaine.

SGS s'intègre dans la caractérisation de protéines

ANNE HAYS, VICE-PRÉSIDENTE EN CHARGE DU PÔLE SGS LIFE SCIENCE.

© © SGS

Avec la reprise de M-Scan, SGS Life Science étend ses prestations dans l'analyse de molécules biotechnologiques. Un domaine d'avenir où la société suisse ambitionne d'investir massivement.

Spécialisé dans l'inspection, l'analyse et l'audit pour de nombreux secteurs industriels, le groupe suisse SGS vient de lancer une double offensive dans la pharmacie. Pour l'heure, ce segment ne représente que 200 millions de francs suisses de chiffre d'affaires, soit 4,5 % des ventes totales du groupe. Mais il est appelé à doubler à l'horizon 2014, selon les intentions de Chris Kirk, directeur général de SGS. Une première étape a été franchie avec l'acquisition de la société britannique M-Scan. L'entreprise a dégagé un chiffre d'affaires de 6,9 millions de livres sterling (8 M€) en 2009. Elle emploie 61 personnes entre ses quatre laboratoires en Europe (Royaume-Uni, Allemagne, Suisse) et aux États-Unis, et ses agents en Corée du Sud, en Inde et à Singapour. Ce qui porte à 16 le nombre de laboratoires dans le réseau mondial de SGS Life Science. L'intérêt de la reprise de M-Scan repose sur son orientation très « biotech ». « Jusqu'à présent, SGS Life Science ne réalisait qu'une faible part de son chiffre d'affaires dans les biotechnologies », explique Anne Hays, vice-présidente en charge du pôle SGS Life Science, évoquant les activités de bioanalyse des sites de Wawre en Belgique, de Toronto au Canada ou de Poitiers. « L'essentiel de notre prestation en pharmacie se situait en recherche appliquée dans le développement et la validation de méthodes analytiques applicables aux matières premières et produits finis, ainsi que dans les analyses d'innocuité et de toxicologie, auxquelles s'ajoutent des prestations de recherche clinique de phases I et IIa », explique la dirigeante. Or les médicaments du futur seront d'origine biologique. Grâce à M-Scan, SGS Life Science sera désormais présent dans les phases de recherche plus amont, en particulier dans la caractérisation de biomolécules complexes comme les protéines recombinantes, les anticorps monoclonaux, les vaccins, les peptides synthétiques et les oligonucléotides. La marque M-Scan sera conservée, ainsi que l'équipe de direction, avec comme consultant son fondateur, Howard Morris. Professeur à l'Imperial College de Londres, il s'est illustré dès les années 70 dans le séquençage des protéines (structure primaire) puis dans les années 80 par ses recherches sur les ponts disulfures (S-S) permettant d'élucider les structures supérieures (secondaires, tertiaires, voire quaternaires). Aujourd'hui, les prestations de son entreprise portent également sur des analyses de glycosylation des protéines, sur la recherche des extractibles en lien avec l'utilisation de contenants en matière plastique, sur des mesures bioanalytiques. Avec pour point commun de toutes ces prestations l'utilisation de la spectrométrie de masse, couplée avec des méthodes chromatographiques. Pour l'heure, si SGS Life Science n'a pas encore abattu toutes ses cartes concernant l'avenir de M-Scan, Anne Hays assure que des investissements en matériels et ressources humaines sont à prévoir. « Il est important d'avoir, dans ce domaine de la caractérisation des protéines, de la compétence et de l'expérience », a-t-elle expliqué.

En parallèle, SGS Life Science a entrepris de développer les activités bioanalytiques de son laboratoire SGS Cephac de Poitiers. « Ces tests viennent supporter les développements précliniques ainsi que les études cliniques et comprennent des développements et des validations de méthodes, des tests biocellulaires, des dosages de bio marqueurs et des études d'immunogénicité », explique le groupe. La première phase d'expansion de ce plan comprend un investissement de 2,1 millions d'euros dans le laboratoire de Poitiers pour étendre les capacités d'analyse de molécules biologiques. Dès l'année prochaine, SGS Life Science ajoutera une surface de 500 m2 dédiée à ces types d'analyses. Dans le même temps, la division de SGS va fortement élargir son parc de machines avec de nouveaux équipements incluant les dernières générations de spectromètre de masse et de plateformes d'immunoanalyse. Tout cela sera aussi accompagné d'une politique de recrutement intensive qui s'étendra sur deux ou trois ans. Près de cinquante futurs collaborateurs de formation scientifique viendront grossir les rangs afin de soutenir l'expansion du site de Poitiers. « Nous cherchons à bâtir un réseau de laboratoires de proximité, parfaitement harmonisés, répondant aux normes FDA, BPF et BPL, capables d'offrir une prestation complète sur la base de l'expertise de chacun des sites. Notre ambition est de nous positionner auprès de nos clients de la pharmacie grands et petits avec un statut de « fournisseur préféré » dans le cadre de la signature de contrats long terme ».

Pour atteindre les objectifs de croissance de sa division, Anne Hays confie qu'elle va privilégier trois approches : « Nous allons investir massivement dans les biotech à travers des acquisitions de qualité et de spécialité. Nous allons investir en interne pour former des centres d'excellence. Et nous allons développer nos activités dans le domaine des essais cliniques ». Au plan géographique, Anne Hays prévoit de développer les activités de SGS Life Science en Asie pour devenir le correspondant des sociétés occidentales qui souhaitent se développer dans cette zone.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Des exigences accrues pour les bonnes pratiques de distribution

Des exigences accrues pour les bonnes pratiques de distribution

Les nouvelles règles de bonnes pratiques de distribution (BPD) ont été publiées au Journal officiel de l'Union Européenne le 7 mars 2013. Elles renforcent les exigences de sécurité afin de maintenir la qualité et l'intégrité des médicaments, à[…]

01/10/2013 | RéglementaireLogistique
Les pharmaciens sensibilisés à la chaîne du froid

Les pharmaciens sensibilisés à la chaîne du froid

Les fournisseurs affichent leurs solutions

Les fournisseurs affichent leurs solutions

Installer des tours de contrôle pour améliorer la rentabilité

Installer des tours de contrôle pour améliorer la rentabilité

Plus d'articles