Nous suivre Industrie Pharma

Servier tiré par l'international

Laura Hendrikx

Sujets relatifs :

, ,

Le géant pharmaceutique français a annoncé de bons résultats pour l'exercice 2016/2017, et ce malgré une baisse des ventes en France.

Pour l'exercice 2016-2017, le chiffre d'affaires de Servier s'est élevé à 4,15 milliards d'euros, en hausse de 3,7 % par rapport à l'exercice précédent. Les ventes de médicaments princeps ont progressé de 5,6 %, à 2,94 Mrds € et représentent 70 % du chiffre d'affaires. Les 30 % restants correspondent aux ventes de génériques, qui ont reculé de 0,7 %, à 1,2 Mrd E. Une inversion des tendances par rapport à l'exercice précédent, où les ventes de génériques avaient augmenté de 20 % tandis que les ventes de princeps avaient accusé une baisse de 3,4 % (CPH n°790). Le chiffre d'affaires de la cardiologie seule s'est élevé à 2,48 Mrds €, ce qui représente 60 % du chiffre d'affaires du groupe. Autre composante importante du chiffre d'affaires : les ventes à l'international, en hausse de 4,5 % à 3,24 Mrds €, ce qui représente 78 % du chiffre d'affaires global. Les ventes à l'export représentent même 93 % du chiffre d'affaires de l'activité princeps. En dehors de l'UE, les principaux marchés sont la Russie, la Chine et le Canada. La Russie, la Roumanie, l'Allemagne, le Brésil, la Turquie, la République tchèque, le Vietnam, les Philippines et l'Ukraine ont connu une croissance supérieure ou égale à 10 %. Le chiffre d'affaires de l'UE a, quant à lui, augmenté de 7 %, et représente 51 % du chiffre d'affaires global consolidé. Les principaux pays contributeurs sont la France, la Pologne et l'Italie. L'Hexagone contribue en effet à hauteur de 70 % au chiffre d'affaires de Servier dans l'UE, notamment grâce à son activité de génériques. Le chiffre d'affaires de Biogaran, en augmentation de 3 %, représente 78 % du chiffre d'affaires en France métropolitaine. Servier déplore que le chiffre d'affaires français ait été, cette année encore, affecté par les baisses de prix, aussi bien sur les princeps que les génériques, et met en cause les « mesures gouvernementales ».

Des investissements en France et un premier bureau aux États-Unis

Le résultat opérationnel a, quant à lui, progressé de 14,2 % à 435 M€, avec un ratio de dépenses de R&D maintenu à 25 % du chiffre d'affaires princeps. Au sein de la R&D, la part de l'oncologie est passée de 14 %, il y a deux ans, à 37 % aujourd'hui, et Servier indique qu'elle devrait atteindre les 50 %, d'ici à deux ans. Le groupe se félicite également d'avoir atteint les 50 partenariats à ce jour, avec des biotechs, start-up, et laboratoires français et étrangers. Servier a mis en avant ses investissements en France, notamment sur le site de Gidy (Loiret) pour un programme de bioproduction qui sera opérationnel, d'ici à 2019, ainsi que dans le futur centre de recherche au sein du pôle Innovation de Paris Saclay, dont l'ouverture est prévue à l'horizon 2021. Le groupe se félicite également d'avoir participé à hauteur de 47 % à l'excédent de la balance commerciale française du secteur pharmacie et chimie fine, ce qui représente 1,5 Mrd €.

Pour cette année, le laboratoire va aussi concrétiser sa présence commerciale aux États-Unis, avec l'ouverture de son premier bureau à Boston, annoncée le 23 février. Ce dernier, nommé Servier BioInnovation, est le premier maillon du nouveau Réseau International de Recherche Servier (SIRN), qui vise à renforcer la visibilité du groupe. Le Français souhaite poursuivre l'enrichissement de son portefeuille de médicaments, disposer de relais de croissance et garantir la compétitivité des génériques. Ses objectifs pour 2021 sont de lancer une nouvelle entité moléculaire tous les trois ans et se positionner comme un acteur de référence en oncologie, tout en maintenant sa position en cardiologie et dans le diabète. À cette échéance, Servier vise un chiffre d'affaires de 5 Mrds € et un résultat opérationnel de 8 %.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Le génériqueur indien Zydus Cadila a annoncé avoir fait l'acquisition de six marques de médicaments de la division indienne de l'Américain Merck, pour un montant non révélé. Les six[…]

23/01/2017 | GénériquesGénériques
Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Cambrex acquiert PharmaCore

Cambrex acquiert PharmaCore

Plus d'articles