Nous suivre Industrie Pharma

Servier mise sur l’intégration de Pharlab

Depuis la prise de participation majoritaire du groupe français au capital du génériqueur brésilien, Servier investit sur le site de production. L’objectif étant de croître sur le marché local et ainsi internationaliser son activité Génériques.

«L’internationalisation de nos activités génériques fait partie de la stratégie pour les cinq années qui viennent », rappelle Olivier Laureau, président de Servier. Et le développement du génériqueur brésilien Pharlab s’inscrit totalement dans cet axe stratégique. Le laboratoire français a repris 80 % du capital en 2012. Depuis il impose ses méthodes. En deux ans et demi, le groupe a mis en place « une modification dans l’entreprise, dans les investissements, le tout préparé avec beaucoup de solidité », se félicite Antônio Carlos, fondateur et dirigeant de Pharlab qui détient aujourd’hui les 20 % restant de l’entreprise. Pharlab compte 428 salariés dont 326 dans l’usine de Lagoa da Prata, à 200 km de Belo Horizonte, dans l’État du Minas Gerais. Depuis la reprise, 20 millions d’euros ont été investis, précise Pascal Brière, président de Biogaran, la filiale dédiée aux génériques de Servier. Outre des investissements de structure, comme un réfectoire, un nouveau vestiaire pour les employés et un nouveau système de traitement de l’air, les fonds ont permis d’acquérir des équipements. Pascal Brière cite ainsi l’achat de deux étuves et d’une géluleuse haute vitesse. D’autres investissements sont également prévus, comme la création d’un laboratoire de développement et l’achat d’un sécheur à lit fluidisé.
Et surtout, Pharlab a entamé une restructuration du portefeuille de produits. « Quand nous sommes arrivés, Pharlab avait un gros problème de capacités. Tout ce qui était fabriqué était directement vendu. Il n’y avait pas de stock », témoigne Pascal Brière. Servier a travaillé à réduire le nombre de références afin de faire du stock. Aujourd’hui, sur les 53 références du portefeuille Pharlab, seules 37 sont produites. De même, le groupe travaille actuellement à une réduction du « nombre de variétés de production pour augmenter nos capacités », indique Pascal Brière. Si le site produit des injectables, des pommades, des comprimés, des gélules et des poudres, il pourrait dorénavant se concentrer sur les comprimés, les gélules et les formes pâteuses. Toutes les modifications de l’usine devraient permettre de doubler les capacités à brève échéance, souligne Antônio Carlos. Et ainsi progresser sur le marché brésilien, où l’entreprise créée en 2000 se place à la 15e place du marché du générique et 71e sur le marché total. En termes de chiffres d’affaires, Pharlab affiche sa progression avec un résultat de 57,7 M reals brésiliens (BRL, 17,9 M€) pour l’exercice 2013-2014 (50,1 MBRL en 2012-2013) et une prévision de 70 MBRL pour l’exercice en cours, selon Pascal Brière.
Cette croissance de l’entreprise brésilienne s’inscrit ainsi dans la stratégie de Servier en matière de génériques. Comme en témoigne le président de Biogaran, filiale créée en 1996 et présente sur le marché français principalement. Pascal Brière pointe les difficiles perspectives pour poursuivre cette stratégie en France uniquement : « Le marché en France va aller vers plus de volumes mais avec des prix qui vont se contracter. Il nous fallait trouver d’autres endroits pour créer de la valeur ». C’est chose faite avec Pharlab au Brésil, et le Français regarde déjà d’autres régions. « Nous avons d’autres pays dans le viseur où nous recherchons des opportunités d’acquisition de sociétés. Notre stratégie est de s’appuyer sur un socle existant pour apporter notre savoir-faire, des investissements dans les usines, de la technique », indique Pascal Brière qui cite des pays cibles « en Amérique latine comme le Mexique, la Colombie, le Venezuela et le Chili » mais aussi « la Russie, l’Ukraine, la Roumanie et peut-être certains pays d’Asie ». Il n’exclut pas non plus de « se renforcer au Brésil ». La filiale de Servier affiche ainsi sa volonté de poursuivre son déploiement à l’international.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles