Nous suivre Industrie Pharma

Oncologie : Sanofi rattrape son retard

L.H.

Sujets relatifs :

, ,

Si Sanofi a raté le virage de l'immuno-oncologie, le géant pharmaceutique français semble bien décidé à rattraper son retard. C'est ce qu'il a expliqué le 13 juin, lors de la présentation de ses ambitions pour sa branche oncologie. « C'est une année très importante pour nous », a déclaré Joanne Lager, directrice du développement en Oncologie. Début avril, l'Agence européenne du médicament (EMA) a accepté d'examiner la demande d'autorisation de mise sur le marché du cemiplimab dans le traitement du carcinome épidermoïde cutané métastatique ou localement avancé - le cancer de la peau non mélanome le plus mortel - chez des patients non candidats à une chirurgie. Si cette demande aboutissait, il s'agirait du premier produit de Sanofi à être lancé dans le domaine de l'immuno-oncologie. À l'origine du cemiplimab, la collaboration entre Sanofi et Regeneron, qui a marqué un tournant dans l'engagement du laboratoire français en immuno-oncologie. « Sanofi est désormais fortement engagé dans l'immuno-oncologie », a assuré Laurent Debussche, directeur de la recherche pour l'oncologie. Un engagement relativement récent : il y a cinq ans, l'oncologie était encore une petite division de Sanofi. Depuis, des progrès considérables ont été réalisés dans ce domaine, comme l'a souligné Jorge Insuasty, directeur international du développement. En 2017, les ventes de la franchise Oncologie ont progressé de 6,4 % à 1,5 milliard d'euros, ce qui représente 5 % du chiffre d'affaires total du groupe (CPH n°832).

Les progrès réalisés ont notamment porté sur les inhibiteurs de points de contrôle PD1. Cependant, Dmitri Wiederschain, directeur de la recherche en Immuno-oncologie, précise que seuls quelques cancers sont réceptifs à ces inhibiteurs de points de contrôle. L'un des moyens d'y remédier réside dans la combinaison avec d'autres immunothérapies (ARN messagers, TGF bêta, direct T-cell). Il s'agit là de la prochaine étape en matière d'innovation, et le laboratoire français dispose désormais d'un portefeuille lui permettant de réaliser ces combinaisons. « Nous allons voir des données émerger dans les deux prochaines années », affirme Jorge Insuasty. Si Sanofi est en train de rattraper son retard en immuno-oncologie, le laboratoire français reste cependant vigilant à ne pas manquer d'autres révolutions en cours.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Pfizer poursuit ses investissements en Caroline du Nord

Pfizer poursuit ses investissements en Caroline du Nord

Le géant américain poursuit une stratégie d'investissement pour renforcer son leadership dans les thérapies géniques. Un demi-milliard de dollars, c’est la somme que Pfizer a annoncé vouloir[…]

22/08/2019 | Thérapie géniqueActus Labo
Bayer vend sa division de santé animale pour plus de 7 milliards de dollars

Bayer vend sa division de santé animale pour plus de 7 milliards de dollars

Bayer pourrait investir 600 millions de dollars dans BlueRock Therapeutics

Bayer pourrait investir 600 millions de dollars dans BlueRock Therapeutics

Le façonnier Cambrex racheté pour plus de 2 milliards de dollars

Le façonnier Cambrex racheté pour plus de 2 milliards de dollars

Plus d'articles