Nous suivre Industrie Pharma

Sanofi et Evotec discutent de la création d'une plateforme R&D

Laura Hendrikx

Sujets relatifs :

, ,

Sanofi envisage de céder à Evotec une partie de son portefeuille R&D et son unité de recherche sur les maladies infectieuses dans l'optique de créer une nouvelle plateforme d'innovation dans ce domaine à Lyon, sous la direction du groupe allemand.

Le laboratoire de recherche clinique allemand Evotec et le géant pharmaceutique français Sanofi ont annoncé avoir entamé des négociations exclusives pour accélérer la recherche et le développement dans le domaine des maladies infectieuses. Une volonté qui devrait se traduire par la création d'une nouvelle plateforme d'innovation ouverte dans la région de Lyon (Rhône), fief de Sanofi, mais sous la direction d'Evotec. Le laboratoire français cèderait donc à ce dernier la majeure partie de son portefeuille de R&D précoce sur les maladies infectieuses ainsi que son unité de recherche dans ce même domaine, tout en conservant des droits de négociation sur le développement, la fabrication et la commercialisation de produits anti-infectieux. L'opération, qui exclurait l'unité R&D vaccins de Sanofi et ses projets, devrait être finalisée au cours du premier semestre 2018, sous réserve de la finalisation des accords définitifs et des procédures légales d'information-consultation. Sanofi verserait alors à Evotec un paiement unique initial de 60 millions d'euros, avant d'apporter d'« importants financements sur le long terme pour soutenir la progression du portefeuille », indique le groupe. Il est ensuite prévu qu'Evotec intègre l'unité de recherche maladies infectieuses de Sanofi et ses collaborateurs - plus de 100 - à ses activités globales de découverte et de développement de médicaments. La société allemande prendra des mesures concernant l'emploi sur une période de cinq ans et s'engage à maintenir les activités dans la région de Lyon.

Les syndicats sont inquiets

Malgré ces engagements, la FCE-CFDT a fait part de son inquiétude pour les salariés de la recherche en anti-infectieux de Sanofi, qui ont déjà connu une restructuration en 2015 les amenant à quitter Toulouse (Haute-Garonne), Montpellier (Hérault) et Paris pour rejoindre la ville de Lyon. Le syndicat justifie ses craintes par le fait qu'une garantie d'emploi de 5 ans avait également été annoncée lors de la cession du site de Porcheville à la société américaine Covance en 2010 (CPH n°514), dont les 128 salariés ont ensuite été licenciés, début 2016 (CPH n°746). La FCE-CFDT demande donc à Sanofi d'étudier toutes les solutions possibles pour garder les salariés dans le groupe.

Une plateforme ouverte aux collaborations

Le maintien de ces activités dans le Rhône permettrait à Evotec de bénéficier de l'écosystème scientifique et médical de la zone, et donc de mettre en place des collaborations avec les institutions universitaires, les entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques et les fondations et agences gouvernementales. « Parvenir à susciter davantage de financements publics et d'initiatives universitaires pour faire émerger de nouveaux traitements anti-infectieux sur la plateforme d'Evotec sera un facteur clé de succès pour cette initiative », a déclaré le Dr Werner Lanthaler, p-dg du groupe allemand. « Cette nouvelle plateforme d'innovation ouverte basée en France bénéficierait d'un écosystème scientifique de grande qualité. Evotec est un partenaire de confiance dans la découverte de médicaments et a l'ambition et la capacité de devenir un véritable leader dans la lutte contre les maladies infectieuses », a ajouté le Dr Elias Zerhouni, président Monde de la R&D de Sanofi. Cette collaboration n'est pas la première entre les deux sociétés : en août 2015, elles ont signé un accord de licence dans l'objectif de découvrir et développer des traitements d'immuno-oncologie à base de petites molécules haut de gamme dans le traitement de cancers solides et hématologiques en stimulant l'activité antitumorale du système immunitaire humain. Plus tôt en 2015, Sanofi et Evotec avaient déjà signé un accord définitif de partenariat concernant les activités scientifiques du site de recherche de Toulouse (Haute-Garonne) du laboratoire français, cédant ainsi à la société allemande des activités de recherche et technologiques du site (CPH n°712).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Equipement de process : Pour une production toujours plus efficace

Equipement de process : Pour une production toujours plus efficace

L'amélioration de leur outil de production est une préoccupation permanente des industriels de la chimie fine et de la pharmacie. Si l'on a beaucoup parlé de méthode et d'organisation, ces derniers mois,[…]

11/06/2018 | ProcessActus Labo
Collaboration entre Nicox et Ironwood Pharmaceuticals

en bref

Collaboration entre Nicox et Ironwood Pharmaceuticals

Cambrex investit 5 M$ en Suède

Cambrex investit 5 M$ en Suède

Almac dépasse les 500 M£ en 2017

Almac dépasse les 500 M£ en 2017

Plus d'articles