Nous suivre Industrie Pharma

Sanofi coupera 900 postes en France

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,
Sanofi coupera 900 postes en France

Activité de recherche sur le site toulousain de Sanofi

© Gérard Uferas / Rapho

Le plan social de Sanofi dans l'Hexagone touchera les activités de recherche, la division vaccin et les fonctions supports. Quelque 900 salariés seront concernés par cette mesure, qui conduira aussi à la fermeture du centre de R&D de Toulouse.

Le laboratoire français lève enfin le voile sur son plan de restructuration en France. Le projet, évoqué au début de l'été, avait entraîné de nombreuses grèves de la part des salariés (CPH n°600 et n°601). Les syndicats craignaient à l'époque une réduction de l'ordre de 1 200 à 2 500 postes. Finalement, 900 postes seront supprimés sur l'Hexagone à l'horizon 2015. Cette réduction est notamment due à la prise de position du gouvernement dans ce dossier. Selon Reuters, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg aurait déclaré qu'après des discussions « âpres et franches », le nombre de postes supprimés serait passé de 2 500 à 1 350, dans un premier temps, puis à 900. Un nombre qui laisse cependant dubitatif les syndicats du groupe. « Ce chiffre masque la réalité, on pense tous qu'ils n'ont pas comptabilisé au moins les 640 salariés de Toulouse, et peut-être les 200 à 300 salariés de Montpellier », a déclaré à l'AFP Rémi Barthes, coordonnateur CFE-CGC de Sanofi. Comme annoncé en juillet, le projet concerne trois activités : la recherche, les vaccins et les fonctions supports. « Aucune délocalisation de site et aucune modification du nombre de sites industriels en France n'est prévue », rassure cependant Sanofi.

Le laboratoire devrait céder pourtant son centre de recherche toulousain. « Sanofi a identifié, pendant l'été, des acteurs susceptibles d'y poursuivre des activités scientifiques ou technologiques », explique-t-il. L'avenir du site devrait être déterminé « au cours des prochains mois ». Autre sujet d'inquié tu de : le site de Montpellier (Hérault) qui devrait évoluer vers « un centre stratégique dédié au développement ». Les syndicats craignent la fin de l'activité de recherche dans cette ville. En revanche, les sites de Lyon (Rhône), Vitry/Alfortville (Val-de-Marne) et Chilly-Mazarin/Longjumeau (Essonne) devraient être « maintenus dans leur configuration actuelle ». Les activités de recherche des deux derniers sites devraient même être renforcées. De même, « le site de Strasbourg maintiendrait sa dynamique de plateforme collaborative ouverte à la recherche académique et aux biotechnologies ». Un centre d'excellence mondial des maladies infectieuses sera aussi créé à Lyon. En outre, les unités industrielles de Sanofi Pasteur, filiale dédiée aux vaccins, seront aussi impactées par les réductions d'effectifs afin « d'améliorer leurs performances économiques ». Enfin, l'organisation des fonctions supports sera « simplifiée », ce qui se traduira également par des suppressions de postes. Ces différentes mesures ont été annoncées le 25 septembre, date à laquelle devaient se tenir les différents comités centraux d'entreprise. Mais, selon l'AFP, ces réunions ont été annulées suite à la décision des représentants du personnel de Sanofi de ne pas s'y rendre. Ces derniers n'avaient en effet pas reçu en amont les documents relatifs à ce plan. « Nous allons envoyer rapidement les documents aux partenaires sociaux et les réunions débuteront mi-octobre », a précisé à l'AFP Christian Lajoux, le président de Sanofi France.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles