Nous suivre Industrie Pharma

Sanofi-Aventis accélère sa mutation vers les biotechnologies

J.B.

Sujets relatifs :

,
Sanofi-Aventis accélère sa mutation vers  les biotechnologies

Philippe Luscan, vice-président senior Affaires Industrielles.

© © Sanofi-Aventis

Sanofi-Aventis a présenté en avril aux partenaires sociaux un projet d'adaptation de son outil industriel chimique en France. L'objectif est de faire évoluer, d'ici à 2014, l'activité industrielle chimique vers les biotechnologies et la production de vaccins, anticipant les chutes de brevets de molécules chimiques. Le groupe annonce ainsi la fermeture progressive du site de Romainville (Seine-Saint-Denis, 200 personnes) d'ici à la fin 2013. Le site est dédié à la fermentation biotechnologique de principes actifs et à la production de principes actifs aseptiques et stériles (antibiotiques et corticostéroïdes). Les activités de production de corticostéroïdes seront transférées sur les sites de Saint-Aubin-Lès-Elbeuf (Seine-Maritime) et de Vertolaye (Puy-de-Dôme), où un nouveau procédé de production biotechnologique sera mis en place. Sanofi-Aventis y investira 90 millions d'euros. Le site de Neuville-sur-Saône (Rhône), déjà engagé dans la production du futur vaccin contre la Dengue, devrait accueillir de nouvelles activités de Sanofi Pasteur, dont la nature n'est pas précisée. Il deviendra en 2014 le troisième pôle européen du groupe, entièrement dédié aux vaccins en France. Mais le revers est l'arrêt du module chimie de Neuville, où environ 800 collaborateurs travaillent. Aucun détail sur le transfert de ces activités chimiques et sur la répartition des postes n'est communiqué. Mais 60 M€ seront investis sur des sites chimiques français pour accueillir les activités transférées. Globalement, « ce projet permettra d'assurer le maintien d'un niveau d'emploi industriel en France stable pendant quatre ans », a indiqué Philippe Luscan, vice-président senior Affaires Industrielles. Le groupe prévoit un plan de mobilité professionnelle grâce à un plan de formation aux biotechnologies pour plus de 700 collaborateurs. Il y aura un rééquilibrage entre la chimie et la biotechnologie, mais pas de suppressions d'emplois, indique le groupe. De son côté, l'Union syndicale Sud Chimie Pharma estime qu' « en quatre ans, ce sont 1 000 emplois directs qui vont disparaître dans la Chimie du groupe ».


Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Enquête exclusive : 210 sites de production pharmaceutique en France

Enquête exclusive : 210 sites de production pharmaceutique en France

Qui sont ces industriels qui produisent des boites de médicaments en France ? Ou sont-ils implantés ? Que produisent-ils exactement ? Industrie Pharma publie chaque année une enquête sur les sites de production,[…]

01/04/2019 | FaçonnageENTREPRISES
Servier collabore avec un institut singapourien

Servier collabore avec un institut singapourien

Merck taille dans ses usines françaises

Merck taille dans ses usines françaises

Axyntis s'allie au Japonais Fuji Silysia

Axyntis s'allie au Japonais Fuji Silysia

Plus d'articles