Nous suivre Industrie Pharma

Production : SalamanderU propose un dossier de lot à commande vocale

Production : SalamanderU propose un dossier de lot à commande vocale

La solution SmartReg s'implémente en six semaines.

© SalamanderU

Optimiser la production grâce à la commande vocale, telle est la solution digitale proposée par la jeune start-up belge SalamanderU. Baptisée SmartReg, cette solution consiste en un dossier de lot électronique avec reconnaissance et synthétiseur vocaux. Le point avec Delphine Delaunay, business developer chez SalamanderU.

« Nous sommes, à l'heure actuelle, les seuls à proposer ce type de solution digitale », se félicite Delphine Delaunay.

Basée à Aye dans la province du Luxembourg, en Belgique, SalamanderU propose en effet une technologie jusque-là inédite dans les industries pharmaceutique et biotechnologique, à savoir un dossier de lot électronique piloté vocalement.

« Les quatre fondateurs de SalamanderU sont issus des milieux de la pharma et de la biotech. Lors de la fondation de la start-up, leur volonté était d'optimiser la gestion des opérations dans l'environnement contraignant qu'est celui de la production en pharma et en biotech », explique la business developer.

Et pour ce faire, la solution de SalamanderU a été la suivante : coupler une unité opérationnelle à un système de dossier de lot électronique piloté vocalement. Une solution en stand alone, s'implémentant en six semaines, SmartReg étant capable de fonctionner de manière autonome sans être connectée à un équipement ou à un système informatique existant ou bien sans être intégrée à des équipements et systèmes informatiques déjà présents.

Une commande vocale

© SalamanderU
La commande vocale et l'interface SmartReg
 

Tout d'abord, la solution SmartReg présente tous les avantages inhérents aux dossiers de lot électroniques, à savoir une gestion documentaire facilitée. Ainsi, plus besoin de remplir d'innombrables dossiers papiers, les données peuvent être enregistrées et « tracées » en direct. De quoi s'affranchir de possibles erreurs humaines et gagner de précieuses minutes, l'opérateur pouvant se concentrer sur la production et ne pas avoir à s'arrêter dans sa tâche pour remplir un dossier.

En outre, les différentes catégories de personnel, qu'ils soient opérateurs ou superviseurs, peuvent interagir avec SmartReg en temps réel, chaque utilisateur disposant de ses propres droits d'accès. De quoi garantir la bonne transmission de la totalité des informations entre les différents collaborateurs.

Outre le dossier de lot électronique, la solution de SalamanderU va également venir guider l'opérateur, lors de la réalisation des différentes étapes de production. Concrètement, ce dernier va porter un casque relié au logiciel qui va lui indiquer les tâches à effectuer. « Le software va orienter l'opérateur en lui donnant accès aux documents ou encore en réalisant un calcul dont il pourrait avoir besoin. Par exemple, si une étape requiert l'ajout d'un certain volume de solution, le logiciel va effectuer le calcul du volume à ajouter et indiquer directement le résultat à l'opérateur », explique Delphine Delaunay.

En plus de guider l'opérateur, SmartReg peut également contrôler certains paramètres, comme le numéro de lot ou la date d'expiration des matières premières, ou encore l'étalonnage d'un équipement avant de commencer une analyse. « Une vérification qui permet d'éviter d'avoir à mettre en place des processus de double checks, par exemple ».

Une fois la tâche effectuée, l'opérateur confirme oralement la bonne réalisation de cette dernière, mais pas seulement. L'opérateur peut, par exemple, enregistrer un commentaire vocal destiné à son superviseur. Grâce à la commande vocale, l'opérateur peut ainsi indiquer directement au logiciel les tâches accomplies et également faire état des possibles anomalies observées.

Et un logiciel intelligent

« Entraîné grâce au machine learning, SmartReg s'adapte et réagit à la réponse de l'opérateur ; il est, par exemple, possible de confirmer une anomalie pour s'accorder au mieux avec certains évènements imprévus de la production », précise la business developer. « Avec notre solution, le gain de temps - et donc de productivité - est considérable », indique Delphine Delaunay, qui poursuit : « moins d'opérateurs sont ainsi nécessaires en salles blanches. Et moins de personnel en salles blanches, ce sont également moins de contaminations potentielles, et donc un niveau de sécurité accru ».

Enfin et surtout, le logiciel permet de collecter et de traiter les données des différents paramètres de la production. « Pour donner un exemple simple, on peut imaginer relier certains équipements, comme une balance, au logiciel pour collecter les données en direct. Cela évite un nouveau traitement des données a posteriori, et permet d'ajuster au mieux le déroulement de sa production ». Preuve de son intérêt, plusieurs laboratoires se sont tournés vers cette technologie, comme l'indique Delphine Delaunay : « plusieurs laboratoires, dont Revatis, développent avec nous des proofs of concept ».

Et au sujet de la transformation digitale et de l'implantation de technologies comme celles proposées par SalamanderU au sein de l'industrie pharmaceutique, la business developer reste confiante malgré une certaine réticence du secteur : « L'industrie pharmaceutique est par essence une industrie assez conservatrice. Une caractéristique probablement liée aux exigences règlementaires qui entourent le milieu. Mais la transformation est bien en marche. Pour prendre notre exemple, les feed back au sujet de SmartReg sont très positifs. Il y a, bien sûr, toujours la barrière liée à l'idée de changement à franchir, mais la solution est généralement acceptée en peu de temps, principalement parce qu'elle a tendance à rassurer les opérateurs. La mutation du secteur vers une industrie 4.0 est déjà initiée. Par exemple, elle a déjà eu lieu pour ce qui concerne le packaging, il y a une dizaine d'années. Même pour les biotechs où la production reste plus artisanale et moins reproductible, la transformation a commencé à s'opérer, il y a deux-trois ans. Aujourd'hui, on ne peut plus se poser la question de savoir si on doit le faire. La digitalisation des process devient une norme et n'est plus seulement un facteur de différenciation ».

Reste à savoir si cette transformation restera une priorité après la crise sanitaire : « Avec la pandémie de Covid-19, les laboratoires ont d'autres priorités que de se muer en industrie 4.0, la digitalisation apparaît comme quelque chose de moins essentiel à court terme. Il ne s'agit cependant que d'un report, parce que l'efficience des process est nécessaire à la survie des entreprises », conclut Delphine Delaunay.

SALAMANDERU EN BREF

  • Fondée en 2015
  • 4 fondateurs : Claude Dedry, Denis Decubber, Tony Donolato et Philippe Neyt
  • Basée à Aye, en Belgique
  • Une dizaine de salariés et consultants
  • Partenaires : ADC Group, Netaxis et Solidfog

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Malgré la crise, le fret aérien résiste

Logistique

Malgré la crise, le fret aérien résiste

Après quelques semaines confuses lors de l'explosion de la pandémie due au Covid-19, le transport aérien s'est adapté. Les flux de médicaments existants et nouveaux ont été[…]

19/04/2021 | Dossiers/enquêtesDOSSIER
Inno'Vaccins veut aider à accélérer la vaccination

Logistique

Inno'Vaccins veut aider à accélérer la vaccination

Koovea assure un suivi 100 % connecté des températures

Logistique

Koovea assure un suivi 100 % connecté des températures

Transport de médicaments : « Nous restons en mode dégradé », rappelle Nicolas Fernandes (Ceva)

Logistique

Transport de médicaments : « Nous restons en mode dégradé », rappelle Nicolas Fernandes (Ceva)

Plus d'articles