Nous suivre Industrie Pharma

Sabic continue de s'étendre en Chine

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

,

La première pierre est posée, les travaux démarrent. A Tianjin, au sud de Pékin (Chine), Sinopec Sabic Tianjin Petrochemical Company (SSTPC) concrétise son second projet. Et avec les moyens. La coentreprise à parts égales entre les géants pétrochimiques chinois et saoudien va investir un total de 11 milliards de yuans (1,3 Mrds €) dans ce futur complexe de polycarbonate d'une capacité de 260 000 tonnes par an, prévu pour démarrer ses productions en 2015. Il sera composé de deux unités de capacités similaires de 130 000 t/an et utilisera un procédé de production sans phosgène moins énergivore et moins polluant. Quatre grands grades de polycarbonate (optique, extrusion, injection et polyvalent) seront produits. De quoi répondre à la formidable demande du marché chinois en polycarbonate, en premier lieu dans des domaines en pleine croissance comme ceux de l'électronique, de l'automobile, des moyens de communication, ou encore des matériaux de construction. Selon Sabic et Sinopec, la production chinoise de polycarbonate est encore loin de pouvoir s'aligner avec la demande locale. En 2010, elle n'avait atteint que 220 000 t pour une demande de 1,13 Mt. Grâce à une croissance entrevue de 10 % par an, les deux partenaires tablent sur une demande de 1,78 Mt en 2015. De quoi conforter leur décision d'investir.

Annoncé il y a un an, confirmé cet hiver avec l'approbation des autorités chinoises, ce projet est la seconde phase d'extension de SSTPC. La première avait permis à Sabic et Sinopec de mettre en service en 2010 leur complexe pétrochimique de Tianjin d'une capacité d'éthylène de 1 Mt/an. Confortablement installés dans le top 5 de la chimie mondiale, avec des chiffres d'affaires 2011 d'environ 67 Mrds $ pour Sinopec et de 50,64 Mrds $ pour Sabic, les deux partenaires ont les reins plus que solides et semblent apprécier leurs collaborations. En début d'année, ils n'ont d'ailleurs pas hésité à affirmer que d'autres projets en commun étaient particulièrement envisageables et souhaités.

« Une croissance à deux chiffres depuis 1980 » 

L'appui et les bonnes relations de Sabic avec un acteur local aussi important que Sinopec est certainement un gage de sérénité pour le pétrochimiste saoudien et ses ambitions en Chine. Pays où il bénéficie d'une forte croissance à deux chiffres depuis 1980, clame-t-il. En parallèle de la pose de la première pierre du complexe de polycarbonate à Tianjin, Sabic en a donc profité pour assurer la bonne avancée de son projet d'unité de compounding de thermoplastiques qui sera construite sur le parc high-tech de Chongqing, en Chine, et qui devrait être opérationnelle l'an prochain. Le groupe a également annoncé une série de projets dans le domaine de la R&D. Ce mois-ci, Sabic posera la première pierre de son centre technologique de Shanghai, lequel représente un investissement de 100 M$. En 2013, ce centre accueillera 400 salariés du groupe, et regroupera une équipe de 200 scientifiques et ingénieurs dont les travaux se concentreront sur les matériaux plastiques avancés et leurs applications dans les marchés de l'automobile, des énergies alternatives, des outils informatiques et électroniques, ou encore de la construction. Enfin, le géant saoudien a signé un accord de coopération et de recherche d'une durée de 10 ans avec l'Institut chinois de la chimie de Dalian. L'objectif est de collaborer sur le développement de procédés innovants pour les matières pétrochimiques. L'avenir chinois de Sabic semble sur une bonne voie.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

La grande ambition d’Innovation Santé 2030

Édito

La grande ambition d’Innovation Santé 2030

La recherche française a-t-elle failli pendant cette crise du Covid-19 ? Nombreux sont les commentateurs qui accusent Sanofi de ne pas avoir réussi à développer un vaccin dans les temps. Dans une récente[…]

[Édito] : À la recherche d’un leadership en bioproduction

[Édito] : À la recherche d’un leadership en bioproduction

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Plus d'articles