Nous suivre Industrie Pharma

Rétrospective 2010 : Consolidation et diversification

Sujets relatifs :

, ,

PHILIPPE LAMOUREUX directeur général du Leem

Quels faits retiendrez-vous de 2010 ?

D'un point de vue économique, 2010 aura été une année sans surprise, avec un taux de croissance très modéré. Je retiendrais plutôt la consolidation des mesures adoptées lors du CSIS* et la poursuite des réformes pour permettre à la France de demeurer un grand pays des sciences du vivant. Avec les États généraux de l'industrie ou le Grand emprunt, la volonté des pouvoirs publics de renforcer l'attractivité du pays s'est affirmée. Nous sommes aussi parvenus en 2010 à renouveler l'accord-cadre avec le CEPS, donc il y a une certaine lisibilité en matière de politique économique des médicaments jusqu'en décembre 2012. Je retiendrais le très gros travail mené en partenariat avec la recherche publique et les professionnels de santé qui a abouti à la démarche prospective "Santé 2025" permettant d'alimenter la réflexion stratégique des industries de santé pour anticiper le paysage de la santé d'ici 2025. Enfin, on a observé en 2010 la poursuite de la transformation du secteur, ainsi que le tassement de l'emploi qui traduit une transformation des métiers. On a vu se poursuivre le mouvement de baisse de la visite médicale mais le renforcement de nouveaux métiers en biotechnologies, ainsi que le développement des activités de façonnage lié à la tombée des brevets. Le générique est important pour le maintien de l'emploi industriel en France.

Qu'anticipez-vous pour l'industrie pharmaceutique en 2011 ?

Il y aura évidemment le cas particulier de la France avec les suites de l'affaire du Mediator. Les pouvoirs publics vont beaucoup travailler au renforcement de la sécurité sanitaire. En 2011, la mutation de l'emploi va aussi se poursuivre. Ce qui me paraît important, c'est que l'on va probablement voir se renforcer la concurrence entre les États dans les sciences du vivant. En effet, la compétition n'est plus seulement entre les entreprises. Il y a la poursuite de l'émergence des BRIC mais aussi avec la concurrence accrue au niveau de l'Europe. Anglais et Allemands par exemple font beaucoup d'efforts pour se rendre plus attractifs. Un autre enjeu concerne notre système de santé dont les ressources sont de plus en plus comptées. Les produits seront donc de plus belle « challengés » en termes d'efficience.

Sur quoi doit se concentrer la France face à la compétition mondiale ?

Il y a avant tout le grand défi de la R&D. Cela nécessite un environnement favorable et des partenariats public-privé accrus car parmi ses avantages compétitifs, la France bénéficie d'une recherche publique de grande qualité. D'autant que renforcer la R&D est l'un des meilleurs moyens d'attirer la production. Trois axes sont essentiels. D'abord, l'innovation. Notre pays doit être capable de garantir aux patients l'accès à l'innovation thérapeutique. Deuxièmement, la lisibilité. Il faut que la politique conduite en France reste, vue depuis l'étranger, compréhensible, que la gouvernance du système reste lisible. Enfin, la prévisibilité. Un industriel s'engage en R&D sur 10 ans. Un des critères de décision relève donc de la capacité à s'assurer que le cadre dans lequel son projet s'inscrit ne va pas changer radicalement à cet horizon. Cela nécessite une politique du médicament prédictible.

(*) Conseil stratégique des industries de santé

Rétrospective 2010 : Consolidation et diversification

PHILIPPE LAMOUREUX directeur général du Leem

© Leem

L'industrie pharmaceutique mondiale a continué de se consolider en 2010 avec des géants actifs à la fois sur le front des restructurations et celui des diversifications de portefeuille. Acteurs des pays émergents et start-ups, avec de nombreuses introductions en Bourse en France, ont poursuivi leurs avancées.

JANVIER

Sanofi-Aventis se renforce sur le segment de la santé grand public en Amérique du Nord. Le géant français rachète l'Américain Chattem, pour 1,9 Mrd $. Et en juin, Sanofi signe un accord pour l'acquisition des actifs de Canderm Pharma, l'un des plus grands spécialistes indépendants de soins dermatologiques au Canada.

 

Pfizer poursuit sa restructuration. Le géant ferme deux sites américains anciennement détenus par Wyeth et supprime 15 % des programmes de R&D engagés après combinaison des pipelines.

 

L'Indien Ranbaxy entre sur le marché des vaccins avec l'acquisition de Biovel Lifesciences.

FÉVRIER

Sanofi-Aventis étend sa plateforme de santé grand public en Chine avec l'acquisition de Minsheng en février puis celle de BMP Sunstone en décembre.

 

Les Laboratoires Pierre Fabre investissent 15,5 M€ dans la production d'anticorps monoclonaux à Saint-Julien en Genevois (Haute-Savoie).

 

L'Américain Cephalon entre sur le marché des génériques avec la reprise du Suisse Mepha pour 622,5 M CHF. L'opération a été finalisée en avril.

 

Bristol-Myers Squibb en discussions exclusives avec Salem pour la reprise du site de Meymac (Corrèze).

 

IDD-Tech reprend le site de Novartis à Orléans (Loiret).

MARS

Le Japonais Astellas lance une offre de 3,5 Mrds $ sur l'Américan OSI. L'opération s'est finalisée en mai pour un montant de 4 Mrds $.

 

Merck KGaA s'offre Millipore pour 5,3 Mrds €. L'intégration a été confirmée en juillet créant l'activité Merck Millipore.

 

Sanofi-Aventis et Merck donnent naissance au n°1 de la santé animale. En fusionnant les entités Merial (dont Sanofi avait racheté ses parts à Merck durant l'été 2009) et Intervet/Schering-Plough Animal Health, le nouveau Merck/Sanofi détrône le leader Pfizer/Fort Dodge.

 

L'Israélien Teva acquiert son concurrent allemand Ratiopharm pour 5 Mrds $. La transaction permet de créer un nouveau leader dans le domaine des génériques en Europe.

 

Lonza réduit ses effectifs mondiaux de 5 %, soit 450 postes. Le Suisse avait fermé trois sites au Royaume-Uni, au Canada et aux Etats-Unis en début d'année, impactant 175 salariés.

AVRIL

Sanofi-Aventis annonce la fermeture progressive d'ici à fin 2013 de son site de Romainville (Seine-Saint-Denis) et l'arrêt du module de chimie du site de Neuville-sur-Saône (Rhône).

 

Néovacs fait son entrée sur Alternext, en levant 11 M€ (contre 20 millions espérés).

 

Le LFB inaugure une nouvelle unité de bioproduction à Lille, doublant ainsi ses capacités de production de médicaments dérivés du plasma.

 

ExonHit cherche à acquérir l'Américain RedPath Integrated Pathology, mais l'accord est résilié en novembre.

 

AB Science lève 16,5 M€ lors de son entrée en Bourse, contre 25 millions espérés.

MAI

Nanobiotix lève 11 M$ en entrant en Bourse.

 

Remise en question du Naproxcinod, médicament phare de NicOx. Face au rejet des autorités américaines, la société annonce en novembre 2010 la réduction de 50 % des effectifs à Sophia-Antipolis, la fermeture de bureaux américains et une possible restructuration de son centre de recherche italien.

 

Takeda supprime 10 % de ses effectifs.

 

Abbott met la main sur les génériques de Piramal pour 3,72 Mrds $. L'Américain détiendra 7 % des parts du marché pharmaceutique indien.

JUIN

Grifols rachète le laboratoire américain Talecris pour 3,4 Mrds $. L'Espagnol devient n°3 des dérivés du sang (derrière Baxter et CSL) et détiendra 19 % des parts de marché mondial.

 

En France, la fusion Merck/Schering-Plough pourrait conduire à la suppression de 800 des 4 000 postes.

JUILLET

Merck Serono inaugure son centre de biotechnologies à Corsier-en-Vevey en Suisse. Avec un investissement de 350 M€, c'est l'un des plus grands centres de biotechnologies au monde.

 

Merck et Co ferme 16 sites dans le monde. Le laboratoire américain restructure pour consolider sa fusion avec Schering-Plough. Huit sites de production seront démantelés ou cédés et huit centres de R&D seront fermés. 15 000 postes, soit 15 % des effectifs seront supprimés d'ici à 2012.

 

Le génériqueur Mylan investit dans le secteur des injectables avec l'acquisition du laboratoire irlandais Bioniche Pharma.

 

Genzyme investit 300 M$ à Framingham (Massachusetts) pour une deuxième unité de bioproduction qui sera opérationnelle en 2011.

 

Novagali Pharma lève 22 M€ lors de son introduction en Bourse.

AOÛT

Sanofi montre ses premières marques d'intérêt pour la biotech américaine Genzyme. L'offre (à 69 dollars par action, ce qui valorise Genzyme à environ 18,5 Mrds $) est officialisée en septembre et se transforme en OPA hostile en octobre. Genzyme estime que l'offre sous-estime la valeur de la société. L'offre court jusqu'au 21 janvier 2011.

 

Le Canadien Medicago s'étend à l'international. La société envisage une implantation américaine pour la production de vaccins à base de particules pseudo-virales (PPV). Au mois de novembre, il confirme son implantation sur le bioparc du Genopole : en R&D et en production.

SEPTEMBRE

Roche lance son programme Operational Excellence pour adapter sa structure de coûts et accélérer la productivité. En novembre, le groupe suisse annonce la suppression de 4 800 postes soit 6 % de l'effectif mondial.

 

Genzyme met en place un programme de réduction de 10 % de ses effectifs. La société américaine de biotechnologies concrétise un premier désinvestissement : celui de ses activités de tests génériques. Simultanément, Genzyme se sépare de 1 000 personnes dans le monde.

 

Johnson et Johnson entrerait sur le marché des vaccins avec l'acquisition de Crucell. Le laboratoire américain propose 24,75 € par action, soit 1,7 Mrd €, pour le contrôle de 100 % des actions de la société néerlandaise.

 

Un an après l'annonce de l'acquisition de la pharmacie de Solvay, Abbott réorganise les actifs hérités. L'opération, de 4,5 Mrds €, a été finalisée en février 2010. En juin, Abbott envisageait de céder les actifs acquis dans le domaine des vaccins. Quelques mois après, Abbott coupe 3 000 postes, soit 3 % des effectifs mondiaux.

OCTOBRE

L'Europe suspend l'autorisation de commercialisation de l'Avandia, l'antidiabétique de GlaxoSmithKline. Le ratio bénéfice/risque préoccupait depuis quelques mois.

 

Pfizer se renforce dans le traitement de la douleur avec le rachat de King Pharmaceuticals, pour 3,6 Mrds $.

 

Sanofi-Aventis réduit de 25 % les effectifs de sa branche Pharmacie aux Etats-Unis, soit 1 700 des 6 900 emplois.

 

Biocon investit en Malaisie pour la construction de la première unité de bioproduction du pays (116 M€).

 

Novartis cède l'usine d'Huningue (Haut-Rhin) au façonnier français Delpharm.

NOVEMBRE

Le façonnier français Cenexi a signé un accord pour la reprise des actifs industriels des Laboratoires Leurquin à Neuilly-sur-Marne (Seine- Saint-Denis). C'est la 1re acquisition de la société.

 

Inauguration des nouvelles capacités de Mabgène à Alès (Gard) dans le cadre du projet d'offre de bioproduction commune, MabLaunch, avec Sanofi-Aventis à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Inauguration du Généthon Bioprod sur le site du Génopole à Evry (Essonne). Le bâtiment de production de médicaments de thérapie génique a nécessité un investissement de 28 M€. Il produira des lots cliniques dès début 2012.

 

GSK prévoit d'investir 500 M£ au Royaume-Uni et de créer 1 000 emplois dans le pays.

 

Novartis supprime 1 400 des 18 500 postes aux Etats-Unis.

DÉCEMBRE

Sanofi supprime 500 postes de visiteurs médicaux en France.

 

Novartis prend le contrôle de 100 % d'Alcon. Faisant suite au rachat de 25 % des actions d'Alcon en 2009, Novartis a repris les 52 % que détenait encore Nestlé pour plus de 28 Mrds $ en janvier. L'opération s'est finalisée en août. Novartis vient de conclure un accord pour le rachat des 23 % restant. Cette dernière opération devrait être finalisée au 1er semestre 2011.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles