Nous suivre Industrie Pharma

Résultats : Transgène affiche une perte nette de 20,9 millions d'euros et puise dans sa trésorerie

Sujets relatifs :

,
Vingt-cinq ans d'existence et une trésorerie de 34,9 millions d'euros : de quoi tenir jusqu'à la mi-2005. Les nouvelles financières en provenance de la société strasbourgeoise de biotechnologies Transgène ne sont donc pas roses. En 2003, la société affiche une perte nette de 20,9 millions d'euros contre 18,5 l'année précédente. En cause : une augmentation des frais liés aux essais cliniques, qui ont nécessité 34 personnes en plus en 2003, ainsi qu'une croissance des frais administratifs et des frais de restructuration à hauteur de 100 000 euros. Transgène met également en avant l'impact défavorable de la baisse du remboursement du crédit d'impôt recherche et la baisse des produits financiers. Ses produits d'exploitation se sont élevés à 2,5 millions d'euros contre 2,2 millions d'euros en 2002. Ces revenus sont issus du vaccin contre la rage Raboral, licencié, des remboursements de frais de recherche et développement effectués par l'Association Française contre les Myopathies et de contrats de sous-traitance (production de lots précliniques de vaccins contre le Sida) et du versement initial par Merck & Co. lié à un accord de licence portant sur la recombinaison homologue. Christophe Mérieux, président-directeur général de Transgène, reconnaît sans détour que la société devra trouver de nouveaux moyens de financement au cours de l'année 2004. « Nous n'avons pas de pistes claires pour le moment, mais plusieurs possibilités s'offrent à nous : développer la sous-traitance, conclure un accord de développement en phase III, trouver de nouveaux investisseurs, par exemple. Un ou deux scénarios majeurs seront arrêtés en juin ou en juillet 2004 », a assuré le p-dg de Transgène. En tout cas, bioMérieux Pierre Fabre, investisseur principal, n'a pas prévu de nouvelle capitalisation pour le moment. Des résultats cliniques encourageants pour un vaccin thérapeutique Mais les dirigeants sont apparus optimistes pour l'avenir de la société grâce à ses produits en développement. Aujourd'hui, quatre produits sont en phase II de développement. L'annonce des résultats intermédiaires du vaccin thérapeutique contre le cancer MVA-Muc1-IL2, deux jours avant l'annonce des résultats, est tombé à pic pour redresser le titre en Bourse. Les essais visent à évaluer différentes modalités de traitement : en association avec une chimiothérapie classique dans le cancer du poumon, selon différents schémas posologiques dans le cancer de la prostate et en association avec une immunothérapie dans le cancer du rein. « Globalement, ces essais ont montré l'efficacité clinique, sans effets secondaires notables » de ce virus de la vaccine très atténué combiné à un antigène associé à de nombreuses tumeurs cancéreuses et à la séquence codant pour la cytokine interleukine 2 qui stimule la réponse immunitaire spécifique de lymphocytes T. Les résultats complémentaires sont attendus au deuxième trimestre 2004 pour le cancer du poumon et au troisième trimestre pour le cancer du rein. Pour le cancer de la prostate, le recrutement doit se poursuivre. Deux autres produits, relevant de la stimulation immunitaire non spécifique, sont en phase II : Ad-IL2 contre le mélanome et d'autres tumeurs solides et l'Ad-IFN * dans le lymphome cutané primaire. Un produit de thérapie génique contre la myopathie de Duchenne est en fin de phase I et un traitement candidat faisant appel à la chimiothérapie ciblée contre le cancer colorectal est en fin d'études précliniques. D'une manière générale, Transgène prévoit de faire appel à des partenaires pour poursuivre le développement de ses produits en phase III. Pour cela, la société est régulièrement en contact avec une vingtaine de "big pharma" et d'importantes sociétés de biotechnologies.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles