Nous suivre Industrie Pharma

Résultats semestriels/Troisième trimestre contrasté pour les groupes américains

Sujets relatifs :

,

GlaxoSmithKline (GSK) a dégagé un bénéfice avant impôts de 1,35 milliard de livres (2,25 Mrds euros) au troisième trimestre 2001, soit une hausse de 17 %. Ce chiffre se situe dans la fourchette des prévisions des analystes, qui tablaient sur un bénéfice avant impôts compris entre 1,15 et 1,4 Mrd £. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 5 Mrds £, en hausse de 13 % par rapport au troisième trimestre 2000. Les ventes de nouveaux produits ont progressé de 59 %, pour atteindre un chiffre d'affaires de plus d'un milliard de livres, soit 24 % des ventes globales du groupe. Le nouvel anti-asthmatique Advair/Seredite, lancé au printemps aux Etats-Unis, a rapporté 240 millions de livres au groupe au troisième trimestre. Les ventes du Paxil/Seroxat, son antidépresseur vedette leader sur le marché mondial, " ont été conformes à celles de l'an dernier ", a ajouté le groupe. Sur l'ensemble de l'exercice, " Nous sommes sur la voie pour réaliser une croissance d'environ 13 % de bénéfice par action à taux de change constants sur l'année et nous sommes confiants dans notre capacité à afficher une croissance d'environ 15 % pour 2002 ", a déclaré Jean-Pierre Garnier, directeur général du groupe. Sur le seul troisième trimestre, le bénéfice par action a progressé de 18 % à taux de change constants. GSK a par ailleurs annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions pour un montant total de 4 milliards de livres. De plus, GlaxoSmithKline s'est déclaré " prêt à produire des antibiotiques en très grandes quantités si besoin était ", a indiqué Jean-Pierre Garnier, après avoir rappelé que les antibiotiques de GSK (Augmentin, Amoxil par exemple) étaient tout aussi efficaces que le Cipro de Bayer. Interrogé sur la tentative des autorités canadiennes de remettre en cause le brevet de Bayer sur le Cipro pour faire fabriquer 900 000 doses par un laboratoire canadien de produits génériques, le patron de GSK a estimé que " c'était un faux problème ". " Il n'y a aucune pénurie d'antibiotiques, parce que la plupart des pénicillines et certaines tétracyclines sont extrêmement actives pour toutes les formes de maladie du charbon ", a-t-il ajouté. Selon J.-P. Garnier, les autorités sanitaires fédérales américaines de la Food and Drug Administration (FDA) devrait " s'assurer que les consommateurs comprennent bien que le Cipro n'a pas le monopole de l'efficacité sur le bacille du charbon, beaucoup d'autres traitements marchent ". GSK assure par ailleurs que l'expiration du brevet du Prozac et l'arrivée de génériques, un autre antidépresseur du groupe concurrent Eli Lilly, " a un effet zéro " sur ses ventes de Paxil. Interrogé sur la plainte déposée aux Etats-Unis par plusieurs patients se disant victimes d'accoutumance après la prise de Paxil, J.-P. Garnier a qualifié les accusations des avocats " d'absolument scandaleuses ". " Nous avons de formidables éléments scientifiques en faveur du Paxil et du bien qu'il fait à des millions de patients ", a-t-il indiqué, se déclarant " très confiant " dans la victoire du groupe devant la justice. Les plaignants affirment avoir souffert de violents maux de tête, de vertiges, de douleurs abdominales, ou encore de perte de coordination après avoir tenté d'interrompre leur traitement. Questionné enfin sur les effets des attentats du 11 septembre sur le groupe, le patron de GSK a reconnu avoir " constaté un creux ", mais " les affaires reviennent à la normale. Sur le trimestre, cela n'a eu aucun effet sur nos résultats ". De son côté, Bristol-Myers Squibb (BMS) a réalisé au cours du troisième trimestre un résultat net quasi-stable par rapport à la même période l'an passé, à 1,24 Mrd $. Malgré une forte hausse des ventes de certains produits comme le Glucophage (+44 % à 702 M$) le Pravachol, (+26 % à 561 M$) le Plavix (+64 % à 384 M$) et l'Avapro (+37 % à 137 M$), le groupe américain n'a vu son chiffre d'affaires ne progresser que de 4 % à 4,7 Mrds $ au cours du troisième trimestre. Les ventes globales ont souffert de la compétition des génériques, notamment sur le Taxol (-33 % à 279 M$) et le BuSpar (-84 % à 28 M$), et auraient atteint sans cela une croissance de 11 %. Pharmacia s'en en mieux sorti après avoir annoncé un bénéfice net de 428 M$ au troisième trimestre 2001, en hausse de 70 % par rapport à la même période de l'an dernier. Le groupe, a dû inscrire une charge exceptionnelle de 111 M$ sur la période, liée à une restructuration et à des coûts de fusion. Le bénéfice hors charges exceptionnelles a progressé de 24 % à 541 M$. Pharmacia a réaffirmé pouvoir faire croître son bénéfice par action de 20 % à 1,74 dollar sur l'ensemble de l'exercice 2001 par rapport à l'exercice précédent. Pour 2002, le groupe a présenté une projection de 1,91 à 1,96 dollar par action là où les analystes tablaient sur 2,00 dollars. Le chiffre d'affaires global a quant à lui augmenté de 4 % à 4,6 milliards de dollars au cours du trimestre, et les ventes de produits pharmaceutiques ont augmenté de 7 % à 3,5 milliards de dollars. Elles ont contribué pour 573 M$ (+22 %), hors exceptionnels, au bénéfice. Les médicaments phare de Pharmacia - dont l'anti-arthritique Celebrex et le Xalatan pour le glaucome - ont vu leurs ventes augmenter de 25 % malgré l'impact négatif des taux de change. Le Celebrex a généré à lui seul un chiffre d'affaires de 851 M$, soit une hausse de 24 % sur un an. Les ventes de Xalatan ont augmenté de 19 % à 221 M$. Celles de la division agriculture ont reculé en revanche de 7 % à 936 millions de dollars. La division a accusé une perte de 37 millions de dollars, hors exceptionnels, sur le trimestre.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles