Nous suivre Industrie Pharma

Résultats : Sanofi-Aventis optimiste pour 2005

Sujets relatifs :

,
Depuis la fusion en août entre Sanofi-Synthélabo et son concurrent Aventis, la « maison », comme l'appelle son p-dg Jean-François Dehecq, a connu « un processus d'intégration plus rapide qu'initialement escompté » ainsi que de bonnes performances commerciales, a estimé le dirigeant. En 2004, la croissance de Sanofi-Aventis a été supérieure à celle du marché, a expliqué Jean-François Dehecq, avant d'assurer : « nous allons essayer de faire mieux cette année ». Pour ses premiers résultats, le numéro trois mondial affiche un bénéfice net de plus de 5 Mrds ? (+ 17,9 %), un résultat opérationnel en progression de 12,5 % et un chiffre d'affaires pro forma de 25 Mrds ? (+ 10 %). Interrogé au sujet des synergies, le p-dg a précisé qu'elles avaient atteint 220 M ? avant impôts contre 160 M ? annoncés au lancement de l'opération. La direction a par ailleurs prévu de réaliser des synergies de 960 M ? à la fin 2005 et de 1,6 Mrds ? à la fin 2006. Après avoir fermé 70 sièges locaux et établit un siège unique à Paris, Sanofi-Aventis a annoncé pour cette année d'autres réductions d'effectifs et des synergies en matière d'achat. Afin de mener a bien ses ambitions, Sanofi-Aventis a pris le parti suivant : « pas de petits produits, pas de petits pays ». Le groupe table ainsi sur ses produits matures et sur son développement dans tous les pays. Parmi les 8 blockbusters que compte le groupe (sans oublier Lantus et Copaxone qui sont en passe de le devenir), l'antithrombotiqiue Plavix demeure un des produits leader, avec des ventes en hausse de 35 %. Il est d'ailleurs en attente d'homologation au Japon. Rappelons que Sanofi-Aventis et Bristol-Myers Squibb (BMS) sont actuellement en procès aux États-Unis et au Canada contre les laboratoires indiens Dr Reddy et canadien Apotex, qui veulent vendre des génériques du Plavix sans attendre l'expiration, en 2011, de son brevet. En oncologie, les anticancéreux Taxotere (+ 11 %) et Eloxatin (57 %) tirent également une partie de la croissance. Le groupe mise également sur les vaccins, « une des activités stratégiques » et attend du traitement contre la méningite Menactra qu'il accède au statut de blockbuster. n
Huit dépôts de demandes d'AMM attendues en 2005 D'autre part, le groupe va soumettre 8 nouveaux produits au cours de cette année. Des dossiers devraient être déposés en Europe et aux États-Unis pour Accomplia (rimonabant), un traitement contre l'obésité à fort potentiel commercial, ainsi que pour le médicament contre l'arythmie cardiaque dronédarone, actuellement en phase III d'essais cliniques. Le groupe vient par ailleurs d'annoncer avec Pfizer le dépôt aux États-Unis d'une demande d'autorisation de mise sur le marché pour l'antidiabétique Exubera, une insuline inhalable développée avec Nektar, pour le traitement des diabètes de type 1 et 2 chez l'adulte. En ce qui concerne la R&D, J.-F. Dehecq a affirmé : « après 6 mois, la recherche est en ordre de marche ». Le portefeuille de produits a en effet subi un grand dépoussiérage. Une revue complète du portefeuille a été réalisée par Gérard Le Fur et ses équipes au dernier trimestre de l'année aboutissant à la sélection de 128 molécules dont 20 vaccins. Ainsi, 48 projets sont en phase II et phase III, 29 molécules sont en phase I et 51 projets sont en préclinique. Pour Gérard Le Fur, « c'est un des portefeuilles les plus riche de la profession avec beaucoup de produits first-in-class ». En 2005, le groupe compte « défendre le socle pour que la croissance des produits soit au rendez-vous » et attend une progression du bénéfice par action à un rythme équivalent à celui enregistré en 2004 sur une hypothèse de taux de change d'un euro pour 1,25 dollar. Enfin, dans une période marquée une forte agitation du côté des génériques, la position de Sanofi-Aventis est claire : pas d'investissements massifs dans le rachat de sociétés de génériques même si le groupe compte tout de même développer ce secteur. « Il est bien d'être capables de pouvoir revendiquer auprès des pays des prix élevés sur des produits innovants et de présenter des produits à prix modérés pour le reste. C'est un jeu d'équilibre dans lequel les laboratoires doivent s'inscrire », a affirmé le p-dg pour défendre la stratégie du groupe.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles