Nous suivre Industrie Pharma

Résultats : Les difficultés d'Ipsen en Europe de l'Est

Sujets relatifs :

,
Le Français s'attend à un 1er trimestre « plus difficile que prévu du fait de taux de change défavorables en Europe de l'Est » .
Le Français s'attend à un 1er trimestre « plus difficile que prévu du fait de taux de change défavorables en Europe de l'Est » . Dans certains de ces pays, « les grossistes ont nettement freiné leurs achats de médicaments », a expliqué Christophe Jean, vice-président exécutif chargé des opérations d'Ipsen. Même si le laboratoire négocie avec les grossistes pour tenter de résoudre la situation, l'impact devrait se faire sentir sur 2009. Le laboratoire n'a pas confirmé ou infirmé sa précédente prévision d'une hausse du chiffre d'affaires de 12 à 14 % sur l'année, vu le manque de visibilité sur ces marchés, selon le président d'Ipsen, Jean-Luc Bélingard. Les pays est-européens ont représenté 10 % des ventes de la société en 2008 et 20 % de sa croissance. Toutefois, 2009 sera « sans doute exceptionnellement riche » en lancements de produits et d'autorisations réglementaires, selon M. Bélingard, avec l'entrée aux états-Unis de Somatuline (lanréotide, traitement de l'acromégalie) et d'Increlex (mécasermine, traitement des retards de croissance). « Nous pensons tripler le nombre de nos programmes cliniques en 2009 », a-t-il ajouté. Ipsen compte toujours dégager 300 M$ de chiffre d'affaires en 2012 aux États-Unis. Un marché où il n'était pas présent jusqu'aux acquisitions réalisées en 2008 : Tercica dans l'endocrinologie (avec l'Increlex) ; la filiale américaine de Vernalis dans la neurologie (avec les droits d'Apokyn - apomorphine) ; et l'acquisition des actifs relatifs à l'OBI-1 (facteur VIII porcin recombinant) auprès d'Octagen. Des opérations de croissance externe qui ont fait reculer son bénéfice net de 2,2 % en 2008, à 147,2 M€, et son bénéfice opérationnel de 13,8 % à
180,1 M€. Le chiffre d'affaires total du groupe a, lui, progressé de 5,5 % en 2008, à 971 M€ (8,2 % de croissance à données comparables). Son litige avec Bayer sur la date d'échéance d'un contrat de licence sur le Kogenate (octocog alfa, traitement de l'hémophilie) a fait chuter les tombées de redevances sur l'année. Un manque à gagner de 25 M€. J.B.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles