Nous suivre Industrie Pharma

Résultats : la « meilleure année » pour Ipsen depuis 2005

Hélène Bour

Sujets relatifs :

, ,

Le groupe pharmaceutique français a présenté des résultats solides pour 2016, et est résolument optimiste pour 2017, notamment en tirant profit de ses dernières acquisitions.

David Meek, le nouveau directeur général d'Ipsen, n'est pas avare de superlatifs pour désigner l'exercice 2016 réalisé par son groupe pharmaceutique. Et pour cause, Ipsen a réalisé une année exceptionnelle, « la meilleure année depuis 2005 », assure David Meek, qui souligne que tous les objectifs financiers communiqués en octobre dernier ont été atteints voire dépassés. En 2016, le laboratoire dont le siège social est basé à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a enregistré un bénéfice net en hausse de 18,8 % à 226,6 millions d'euros. Son chiffre d'affaires a augmenté de 9,7 % (11,8 % hors effets de change) à 1,58 Mrd €. Le résultat opérationnel des activités a pour sa part progressé de 11,1 %, à 363,9 M€. C'est essentiellement l'activité Médecine de spécialité qui a tiré le groupe vers le haut : elle affiche une progression de 14,2 %, à 1,27 Mrd €. À l'inverse, c'est encore la dégringolade du côté de l'activité de Médecine générale d'Ipsen, avec -5,5 % sur la période, à 311,6 M€. C'est le médicament oncologique Somatuline qui a enregistré les meilleures ventes, avec une augmentation de ses ventes de 34 % sur la période (538,3 M€). Si ce dernier ne fait pas encore figure de blockbuster, Ipsen se félicite de sa progression et espère qu'elle durera dans le temps.

2017, année d'intégration des récentes acquisitions

« 2016 a été une année très riche pour Ipsen avec l'approbation et le lancement de Cabometyx (7,2 M€ de ventes cette année, ndlr) en Europe dans le traitement de deuxième ligne du carcinome avancé du rein, le lancement de nouvelles indications pour Dysport aux États-Unis, la mise en place d'une nouvelle structure de gouvernance, et plus récemment, l'acquisition d'Onivyde, qui renforce notre stratégie en médecine de spécialité dans l'oncologie », a déclaré David Meek. Le laboratoire a en effet récemment mis la main sur un anticancéreux prometteur (CPH n°786), l'Onivyde, acquis auprès de Merrimack Pharmaceuticals pour la modique somme de 575 M $ (540 M€). Et, mi- février, Ipsen s'est également emparé de cinq produits de santé grand public auprès du géant Sanofi, pour 83 M€ (voir encadré). Sous réserve de la finalisation de ces deux transactions, respectivement d'ici la fin du premier et du deuxième trimestre de 2017, Ipsen prévoit une croissance de plus de 18 % en médecine de spécialité et de plus de 4 % en médecine générale, hors effets de change. Le groupe compte en outre sur l'obtention de nouvelles indications thérapeutiques pour ses médicaments Somatuline, Cabometyx, et Dyspot pour booster ses ventes en oncologie en 2017. Les grandes priorités du groupe demeurent les domaines de l'oncologie, des neurosciences et des maladies rares.

83 M€ pour acquérir cinq produits de santé grand public de Sanofi

Le 13 février, Ipsen a annoncé l'acquisition de cinq produits de santé grand public de Sanofi pour 83 millions d'euros. Le principal produit est Prontaglandine, un analgésique pour le traitement des douleurs moyennes à sévères, « qui a connu une croissance à deux chiffres sur les quatre dernières années et est commercialisé uniquement en France », précise Ipsen. Le portefeuille de produits comprend en outre Buscopan, un antispasmodique, Suppositoria Glycerini, un laxatif, Mucothiol et Mucodyne, deux expectorants pour les troubles de la sécrétion bronchique au cours des affections bronchiques aigües. Ces marques régionales couvrent en tout huit pays européens, a ajouté Ipsen, précisant qu'il en sous-traitera la fabrication. Entièrement financée par la trésorerie d'Ipsen et par ses lignes de crédits existantes, cette acquisition devrait être finalisée au deuxième trimestre 2017.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Lundbeck s’offre les anticorps d’Alder Biopharmaceuticals

Lundbeck s’offre les anticorps d’Alder Biopharmaceuticals

Lundbeck va débourser près de 2 milliards de dollars pour faire l’acquisition d’Alder Biopharmaceuticals et de son eptinezumab indiqué dans le traitement de la migraine. Un segment que se disputent[…]

Seqirus et le laboratoire Arrow vont distribuer le Flucelvax Tetra

Seqirus et le laboratoire Arrow vont distribuer le Flucelvax Tetra

Bayer Pharmaceuticals investit dans la e-santé

Bayer Pharmaceuticals investit dans la e-santé

Le Leem alerte sur la fiscalité du médicament en France

Le Leem alerte sur la fiscalité du médicament en France

Plus d'articles