Nous suivre Industrie Pharma

Résultats/Hoechst : croissance à deux chiffres en 1999 pour les sciences de la vie et accélération de la création d'Aventis

Sujets relatifs :

,

En commentant les résultats 1998 de son groupe (CA 98 : 43,7 Mrds DM -16 %, bénéfice avant impôt : 3103 M DM, -2 % et résultat net : 1895 M DM, + 41 %), Jürgen Dormann a plusieurs fois marqué son agacement devant les nombreuses questions concernant les modalités de l'accélération annoncée de la fusion avec Rhône-Poulenc et de la cession (ou de la scission) de ses activités chimiques. Rien n'a donc été dévoilé, ni sur les raisons de cette décision, prise pour satisfaire l'actionnaire koweïtien qui ne souhaitait pas attendre 2001 pour pouvoir éventuellement se défaire de sa participation de 24,5 %, ni sur les modalités de sortie des activités chimiques. Une seule certitude : l'attribution à tous les actionnaires de Hoechst, de titres d'un nouvel ensemble Celanese-Ticona annoncée cet automne n'est plus à l'ordre du jour et une nouvelle formule devra être trouvée. Elle sera définie à l'occasion d'une réunion du conseil de surveillance fin avril /début mai et soumise aux actionnaires à l'occasion d'une assemblée générale extraordinaire qui devrait se réunir en juin ou juillet. Parallèlement, le sujet a été retiré de l'ordre du jour de l'assemblée générale ordinaire du 4 mai prochain. Il est vrai que cette accélération " soulève évidemment quelques problèmes, que nous réglerons en commun avec Rhône-Poulenc dans les quatre à six semaines à venir " a reconnu J. Dormann. Pour ce qui concerne les secteurs chimiques, " il existe, a-t-il précisé, toute une série d'options permettant de gérer nos activités indépendamment d'Aventis et d'en garantir la valeur pour nos actionnaires " notamment " des instruments tels que les dividendes exceptionnels ou le rachat d'actions ". C'est d'ailleurs dans cette optique que se place probablement le programme de rachat de ses propres actions à hauteur de 10 % du capital pour un montant d'environ 4,84 Mrds DM, qui sera soumis à l'assemblée générale du 4 mai. Opération rendue possible par la mise en place d'une nouvelle réglementation allemande en mai 1998. D'autre part, c'est pour faciliter une gestion plus individualisée des titres Hoechst que sera proposée à la prochaine assemblée générale, l'absorption par Hoechst AG du holding Frankfurter Gesellschaft für Chemiewerte qui gère 10,2 % du capital du groupe possédé par 18 banques, institutions financières et compagnies d'assurances menées par la Dresdner Bank. Fiscalement neutre, cette opération va se traduire par la redistribution des titres Hoechst à ses propriétaires qui les géreront désormais en direct. En ce qui concerne la création d'Aventis " les derniers événements s'avèrent bien moins dramatiques qu'ils ont peut-être pu le paraître " a affirmé J. Dormann estimant que " le projet Aventis est sur la bonne voie et avance rapidement ". Environ 600 cadres sont d'ores et déjà nommés et les 240 groupes de travail formés dans les branches Pharmacie et Agriculture pour définir les modalités de fusion, les structures, les missions et les objectifs, vont déposer leurs projets à la fin du mois de juin. Optimisme aussi en ce qui concerne l'exercice en cours. En 1999, les sciences de la vie devraient en effet enregistrer une croissance à deux chiffres de leurs résultats, a pronostiqué J. Dormann. En revanche, dans les activités industrielles, les perspectives restent empreintes de pessimisme. La progression attendue des résultats de Messer (66 % Hoechst), dont les modalités de cession font l'objet de discussions avec la famille Messer, qui entend conserver ses 33 % de l'affaire, ne suffira pas à compenser la nouvelle et forte dégradation des performances de Celanese après une année 1998 déjà particulièrement médiocre. Les discussions sont également en cours avec la famille Wacker qui détient 50 % de Wacker Chemie dont les résultats 1998 ont été pénalisés par la crise des semi-conducteurs. Ses résultats, pas plus que ceux de Targor le joint-venture 50/50 avec BASF dans le polypropylène, ni bien entendu ceux de Clariant dont Hoechst détient 45 % ne sont évidemment consolidés dans les comptes du groupe de Francfort. L'amélioration attendue pour 1999 est d'autant plus nécessaire qu'en 1998, les résultats opérationnels se sont encore dégradés pour HMR (pour la troisième année consécutive), ainsi que pour Hoechst Roussel Vet (qui reste cependant une affaire très rentable, mais ne sera pas reprise dans Aventis), Celanese et Ticona (également pour la troisième année consécutive). Ils se sont au contraire améliorés pour AgrEvo (60/40 Hoechst-Schering), Messer et les activités cédées : Polyesters (ex-Trevira) et Herberts. En dépit des difficultés de HMR liées à la montée en puissance de la concurrence des génériques contre son produit vedette le Cardizem, le pôle pharmacie de Hoechst devrait en effet améliorer fortement ses résultats cette année grâce à une baisse des provisions pour restructurations et à la forte progression de l'Allegra (fexofenadine), de l'antihypertenseur Delix (ramipril) et du décollage des ventes de l'antidiabétique Amaryl (glimepiride) et de l'Arava (leflunomide), seul traitement actuellement disponible contre les symptômes de l'arthrite rhumatoïde. La plupart des autres produits devraient voir leurs ventes baisser. D'où l'intérêt de la création d'Aventis qui permettra d'adjoindre à l'ensemble le Lovenox et le Taxotere, les deux produits vedettes de Rhône-Poulenc. La complémentarité entre le pipe line actuel de HMR et les projets à plus longue échéance de Rhône-Poulenc permettant d'être optimiste pour l'avenir d'Aventis tant sur le moyen que sur le long terme. Le nouveau groupe devrait détenir 4,6 % du marché pharmaceutique mondial, presque à égalité avec l'américain Merck. Optimisme également en ce qui concerne AgrEvo et son intégration dans Aventis Crop Science (dont Schering détiendra 24 %) et qui devrait contrôler 15 % du marché mondial de l'agrochimie avec une forte synergie entre les produits de Rhône-Poulenc Agro (insecticide Regent et fongicide Balance) et les biotechnologies végétales d'AgrEvo avec les couples Liberty Link (herbicide total - semences génétiquement modifiées résistantes). Si tout va bien, et J. Dormann affiche à ce sujet une confiance absolue, l'exercice 1999 sera aussi le dernier sous le nom plus que centenaire de Hoechst, qui ne se perpétuera plus que dans celui du faubourg de Francfort (Höchst) où le groupe a pris naissance et dans celui du Parc industriel Hoechst, nouvellement créé pour attirer les investisseurs. n A Francfort, D.S.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles