Nous suivre Industrie Pharma

Résultats : Exercice 2005contrasté pour PCAS

Sujets relatifs :

, ,
PCAS a enregistré l'an dernier une hausse de son chiffre d'affaires de 7 % à périmètre comparable*, à 213,1 millions d'euros. C'est la synthèse pharmaceutique qui a enregistré la plus forte croissance, avec une hausse de ses ventes de 26 %, à 107,2 M€ (9 % à périmètre comparable). Une évolution que le groupe explique par le « très bon démarrage de la filiale commerciale américaine », et une hausse du nombre de projets en R&D, dont la maturité va croissante, souligne le groupe. Une évolution qui signifie également plus de retombées financières. La contribution de la co-entreprise VLG, formée avec Sanofi-Aventis à partir du site de Villeneuve-la-Garenne en région parisienne, n'est également pas être étrangère à cette évolution. Les récentes alliances formées par PCAS, avec Borochem d'une part, Provence Technologie et Kilorga d'autre part et plus récemment Proteus dans le domaine de la biocatalyse, qui a donné naissance à PCAS-Biosolution, ne devraient que renforcer cette croissance. Le groupe entend par ailleurs continuer à enrichir son portefeuille de technologies, via des partenariats ou tout simplement des acquisitions. Autre segment dynamique, la chimie fine de spécialités, dont l'activité est en hausse de 15 % à 21 M€ . Le groupe estime assister à une reprise de la croissance dans le secteur. Il entend d'ailleurs réagir par un renforcement de sa position dans l'acroléine, et par des investissements, déjà lancés. Les trois autres divisions – Spécialités industrielles, Photochimie et Chimie minérale – sont moins bien loties. Le chiffre d'affaires de la première recule ainsi de 6,7 % à 18,2 M€ , en raison du déplacement de ses clients vers l'Asie. Celui de la seconde reste stable à 24,2 M€ , la baisse du marché de l'argentique au profit du numérique étant compensée par une photochimie à nouveau profitable. Enfin, les ventes de la chimie minérale fine dévissent de 3,4 % à 17,6 M€ , en raison du renforcement de la déjà très vive concurrence sur ses marchés (oxydes et nitrates métalliques, sels pharmaceutiques). Une organisation autour de deux pôles Côté rentabilité, si PCAS a nettement amélioré son résultat opérationnel l'an dernier, à 4,7 M€ , contre 0,8 M€ en 2004, son résultat opérationnel (qui inclut les résultats hors exploitation, comme les dépréciations d'actifs et les variations de périmètre), chute à 2,5 M€ , contre 19,8 M€ en 2004. Le résultat net tombe de son côté dans le rouge à -2,5 M€ , contre un bénéfice net de 16,5 M€ l'an dernier. Pour 2006, PCAS est confiant. Après une poursuite de la hausse de son chiffre d'affaires au premier trimestre (+7 % à périmètre comparable), le groupe table sur une marge opérationnelle de 8 % en 2008. Autre fait notable, PCAS entend s'organiser autour de deux pôles, l'un centré sur son activité pharmaceutique, et l'autre sur les spécialités. Ce qui pourrait laisser présager de grandes manœuvres. n*(Cession de Creapharm fin 2005 et acquisition de VLG en 2004)

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles