Nous suivre Industrie Pharma

Résultats en demi-teinte de la pharmacie mondiale

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

Difficile de trouver une tendance dans l'industrie pharmaceutique mondiale pour l'année 2014. Alors que les acquisitions et cessions de sociétés concurrentes et d'actifs ont marqué l'année écoulée, les chiffres d'affaires et les bénéfices ont connu des variations très diverses. Ainsi, quelques acteurs peuvent se targuer d'augmentation de leur chiffre d'affaire. À l'exemple du leader français qui a vu ses ventes passer de 32,9 milliards d'euros à 33,8 Mrds $, soit une croissance de 2,5 % à taux de change constant. Du côté de la Suisse, Roche a également enregistré une progression de 5 % de son chiffre d'affaires à taux de change constant, passant de 46,8 Mrds de francs suisse à 47,5 Mrds CHF. La plus forte croissance est à chercher outre-Atlantique avec Johnson et Johnson. Le chiffre d'affaires de sa division pharmaceutique a bondi de 14,9 %, passant de 28,1 Mrds $ à 32,3 Mrds $. D'autres ont maintenu le niveau de leurs ventes entre 2013 et 2014. Ainsi Novartis est resté à 57,9 Mrds $, tandis que l'Israélien Teva a enregistré un léger repli, son chiffre d'affaires passant de 20,31 à 20,27 Mrds $. Enfin, certains ont vu leur ventes plonger de 4 % pour Pfizer (49,6 Mrds$ en 2014) et Merck et Co (42,2 Mrds $). Voire de 7 % pour le Britannique GSK dont les ventes s'établissent à 23 Mrds £ en 2014. Et de 15 % pour l'Américain Lilly, dont le chiffre d'affaires a plongé de 23,1 Mrds $ à 19,6 Mrds $.

Du côté des bénéfices, on retrouve la même hétérogénéité, pas forcément corrélée avec les tendances du chiffre d'affaires. Ainsi, certains tirent leur épingle du jeu avec des bénéfices nets ayant doublé voire triplé. Comme l'Américain Merck qui a vu son bénéfice net bondir de 4,4 à 11,9 Mrds $ en un an. L'Israélien Teva se targue également d'un doublement de son bénéfice à 3,04 Mrds $. Novartis a connu également une bonne dynamique de son bénéfice net qui a cru de 19 % à taux de change constants pour atteindre 10,3 Mrds $. Ces croissances sont d'autant plus importantes que la chute a été forte pour d'autres. Ainsi Pfizer a vu son bénéfice plonger de 58 % à 9,1 Mrds $, tandis que GSK, Lilly et AstraZeneca ont enregistré des réductions de près de 50 %. Une hétérogénéité des résultats marquée par des impacts de taux de change, des pertes de brevets, l'impact de restructurations mais aussi par les opérations de cessions, acquisitions et autres redistributions de portefeuille au cours de l'année 2014.

 

La plus forte croissance est à chercher outre-Atlantique avec Johnson et Johnson.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles